Les amis de l’abbé Jean Carmignac s’intéressent aussi au Motu Proprio

Download PDF

 

 

 


images
Sous le titre « Fidélité à
l’Écriture », l’association des Amis de l’abbé Jean Carmignac (photo) publie une lettre destinée à continuer à faire connaître les
travaux de ce gran
 d exégète bien connu pour sa traduction du Pater et son combat contre les traductions
erronées. Dans l’éditorial de la dernière livraison, Roger le Masne rappelle que son association lutte depuis des années pour la
rectification de traductions liturgiques du Missel romain (forme ordinaire).

Cela ne l’empêche pas en dernier page du bulletin d’aborder le Motu Proprio du 7 juillet 2007. Il s’est livré à une petite enquête pour constater que les termes de
« forme ordinaire » et « forme extraordinaire » du rite n’évoquent pratiquement rien pour les habitués des paroisses ordinaires. Après une réflexion sur le sens des morts
ordinaire et extraordinaire, et une exégèse du texte du Pape, Roger le Masne s’interroge : « Ne serait-ce pas une richesse nouvelle que cette double possibilité soit présente dans
nos paroisses ?
 » Il ne peut évidemment que poser la question, la réponse appartenant à l’autorité. Il remarque cependant que la Providence répondra elle aussi :
« Sachons en tout cas que le nombre de séminaires où la forme extraordinaire est enseignée est en croissance certaine et que, semble-t-il, le pourcentage des vocations vers la forme
extraordinaire augmente aussi 
».

Cependant ce constat lui paraît insuffisant : « une telle requête se double d’une seconde : une restauration de la forme ordinaire. Celle-ci
nécessite d’abord une réforme importante de la langue liturgique, reforme qu noue espérons ardemment ». On suppose qu’il entend ainsi la question des traductions. Il entend aller plus loin
cependant : « il faut également dans les paroisses où est pratiquée la forme ordinaire, une réforme des habitudes et des attitudes ». Et d’évoquer la reprise de
l’agenouillement ou la suppression des « commentaires incessants que ne permet que trop le vernaculaire
 ».

Bref, c’est la question de la réforme de la réforme qu’il évoque, sans dire le mot puisqu’il parle même de « restaurer la forme ordinaire ».
Restauration qu’il complète par la nécessité « d’instaurer la forme extraordinaire ».

 

 

Pour se procurer ce bulletin : Association des Amis de l’abbé Jean Carmignac, 63 rue Joseph Bertrand 78220
Viroflay.