547 enfants à naître sauvés de l’avortement (13 avril)

Download PDF

Au quarantième et dernier jour de la campagne de Carême – lancée Mercredi des Cendres et qui s’est achevée hier aujourd’hui dimanche des Rameaux – 547 ! enfants à naître ont déjà été sauvés de l’avortement grâce à la présence paisible et priante des vigiles devant 253 avortoirs, grâce aux “conseillers de trottoirs” qui proposent aux mamans qui envisagent l’avortement des solutions concrètes pour qu’elles y renoncent, grâce aux jeûneurs, et grâce, aussi, aux “prières de l’arrière” de ceux qui, sans participer sur place aux vigiles, prient aux intentions des 40 Days for Life. C’est une de ces chaînes de prières “de l’arrière” qu’Americatho et Riposte Catholique ont lancée avec un résultat magnifique : 456 courriels d’inscription – 2,5 fois de plus que pour la précédente campagne d’automne –, soit plus de 2 000 personnes qui ont prié chaque jour et pour toute la durée de ces quarante jours pour la vie, une dizaine de Je Vous salue Marie… aux intentions des 40 Days for Life. Le “compteur de la vie” va sans doute s’incrémenter ces prochains jours, à mesure que les informations remonteront à la coordination nationale de la campagne. J’en ferai part sur ce blogue.

Quelques photos des Vigiles.

À El Paso (Texas)…

spring2014elpaso2

À Tuscaloosa (Alabama)…

spring2014tuscaloosa2

À Pensacola (Floride)…

spring2014pensacola3

Et enfin à Zagreb (Croatie) où l’on sait utiliser la publicité !

spring2014zagreb3

4 comments

  1. Pingback: 661 enfants à naître sauvés de l’avortement ! | Riposte-catholique

  2. Comment participer soi-même à ce mouvement “40 days for Life”?. Merci de me renseigner. J’imagine qu’il s’agit de rejoindre une initiative ” for Life” devant un hôpital, une maternité … Exactement comme a fait depuis les débuts l’excellent et courageux Docteur Dor . Quelle serait alors la différence ? Une histoire de “chapelle”??? Ce serait infiniment regrettable .
    Ma 2ème question est la suivante: Désireux vraiment de m’impliquer dans ce combat, et étant “prêtre accompagna-
    -teur de l’aumônerie du Centre hospitalier” de la ville où j’exerce mon ministère, je ne me vois pas agir sur place, de peur non seulement d’être “viré”,mais surtout de compromettre le travail de toute l’équipe d’Aumônerie .
    Dans ce cas,j’envisagerais participer à l’opération dans un autre endroit, éventuellement dans un département voisin . Que pense-t-on de tout celà ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *