Une autre université catholique américaine scandaleuse

Download PDF

La St. Joseph’s University (St. Joe’s pour les intimes), une université catholique accueillant 7 300 étudiants à Philadelphie (Pennsylvanie) possède deux points communs avec
Notre Dame University.
1. Ces deux universités catholiques ont été fondées par deux Français : le Père jésuite Félix-Joseph Barbelin pour la première (en 1851), et le P. Édouard Sorin, de la Congrégation
de la Sainte Croix, pour la seconde (1842).
2. Elles inviteront toutes les deux pour la cérémonie de remise des diplômes de cette année, deux personnalités pro avortement. Ce qui, pour deux universités “catholiques”, fait désordre. Et
scandale !
Mais pour St. Joe’s, comme je vais vous le montrer, je pense que le scandale est encore plus grave quand bien même n’atteindrait-il pas l’intensité du scandale Notre Dame [1] qui
est désormais une affaire nationale aux États-Unis. Et pourquoi ? Parce que s’il est scandaleux pour une université catholique comme Notre Dame d’offrir une tribune et d’honorer un homme
politique pro avortement comme Obama, ce dernier, au moins, n’est pas catholique, alors que St. Joe’s offre une tribune et honore un personnage qui se dit “catholique”. C’est le
comble du comble.
C’est l’indispensable site catholique LifeSiteNews qui nos le révélait hier : St. Joe’s a invité
pour prononcer la Commencement Address, autrement dit le discours traditionnel lors de la remise des diplômes, le journaliste Chris Matthews, patron d’une émission sur
MSNBC, « Hardball with Chris Matthews ». Cela se passera le samedi 16 mai prochain et, pour faire bonne mesure l’université conférera à l’orateur un diplôme honoris
causa
en communication. Matthews est non seulement a fond pour l’avortement mais il déteste les militants pro vie qu’il n’hésite pas à qualifier de « terroristes » dans son
émission.
En 2003 déjà, Matthews avait été invité à prononcer la Commencement Address dans deux établissements catholiques, le Holy Cross College of Massachusetts et la University
of Scranton
(Pennsylvanie) ce qui avait obligé les deux évêques diocésains à boycotter les cérémonies de remise des diplômes cette année-là.

1. À 13 h (heure de Paris), le site NotreDameScandal avait enregistré 237 568
protestations.