Guide électoral pour catholiques conséquents

Download PDF
Le texte dont je vous propose aujourd’hui la lecture étant assez long, je suis dans l’obligation de le scinder en quatre parties. Vous en lirez donc la suite jeudi 12, vendredi 13 et samedi 14 avril. Intitulé Voter’s Guide for Serious Catholics, il a été rédigé par la remarquable équipe éditoriale de Catholic Answers, le site d’apologétique catholique créé par Karl Keating (http://www.catholic.com). La première version fut éditée en 2004, quelques mois avant l’élection présidentielle de novembre : diffusée à des centaines de milliers d’exemplaires, sa réception ne fut pas pour rien dans les résultats électoraux du vote catholique de cette année-là où les « cinq questions non négociables » (avortement, euthanasie, manipulations des cellules-souche embryonnaires, clonage humain, “mariage” homosexuel) avaient été au cœur du débat politico-électoral. Karl Keating m’en avait autorisé la traduction en français pourvu qu’on ne s’en servit pas à des fins commerciales. J’en fis une première version avec un ami en 2005, mais l’absence d’échéance électorale immédiate en France me la fit mettre sous le coude… Une seconde édition remaniée et augmentée a été éditée en 2006 avant les Mid-Term Elections (élections de mi-mandat) de novembre dernier.
C’est la traduction de cette dernière édition que je vous propose de lire (la version anglaise est téléchargeable à l’adresse suivante : http://www.caaction.com/index.php?option=com_content&task=view&id=54&Itemid=95).
Voici le sommaire des 11 chapitres de ce guide électoral (sachant que vous n’en lirez aujourd’hui que les deux premiers) : 1. Comment ce guide électoral va vous aider ; 2. Votre rôle comme électeur catholique ; 3. Les cinq questions “non négociables” ; 4. De quels mandat politique dois-me me préoccuper ? ; 5. Comment déterminer la position d’un candidat ? ; 6. Ce qu’il ne faut pas faire quand on vote ; 7. Comment voter ? ; 8. Et si aucun candidat n’est “acceptable” ? ; 9. Le rôle de votre conscience ; 10. Quand vous en aurez fini avec ce guide électoral… ; 11. Appendice (propre à l’édition de 2006).
Je considère ce texte comme une contribution d’importance au débat chez les catholiques français en vue des imminentes consultations électorales.
Ce texte est librement diffusable – de manière non commerciale s’entend – et je tâcherai, en début de semaine prochaine, de réunir ces quatre textes en un seul afin d’en permettre le téléchargement au format pdf pour tous les visiteurs de ce “blog”.

Guide électoral pour catholiques conséquents


1. Comment ce guide électoral va vous aider

Si vous prenez au sérieux votre foi catholique, alors ce guide électoral vous est destiné. Il vous aidera à exprimer votre vote d’une manière consciente, compatible avec l’enseignement moral catholique et les droits humains fondamentaux. Ce guide va vous aider à comprendre la différence entre les positions de candidats qui sont moralement acceptables et celles qui sont si opposées au principe moral fondamental qu’elles sont incompatibles avec toute fonction publique.
Pour la plupart des questions qui se présentent devant l’électeur ou le législateur, il s’agit de choisir la politique la plus efficace pour faire passer ou appliquer un principe moral. Les bons catholiques doivent adhérer aux principes, mais la plupart du temps il n’y a pas de “position catholique” spécifique quant au meilleur moyen de faire passer ce principe.
Mais certaines questions relèvent de principes moraux “non négociables” qui n’admettent ni exception ni compromis. La position de quelqu’un s’accorde à ces principes ou ne s’accorde pas. Quiconque admet la mauvaise réponse à ces questions ne saurait être considéré comme agissant conformément aux normes morales de l’Église.
Comme le Saint-Siège l’a souligné : « La vie démocratique elle-même [a] besoin de fondements vrais et solides, c’est-à-dire de principes éthiques qui, en raison de leur nature et de leur rôle de fondement de la vie sociale, ne sont pas “négociables” » (CVP n. 3).
Ce guide de l’électeur identifie cinq problèmes de la politique actuelle qui impliquent des valeurs morales non négociables, et va vous aider à restreindre la liste des candidats acceptables, qu’ils briguent des fonctions au plan national, régional ou local.
Vous devez, dans toute la mesure du possible, éviter de voter pour des candidats qui avalisent ou promeuvent des politiques intrinsèquement mauvaises. Autant que faire se peut, vous voterez pour ceux qui promeuvent des politiques conformes à la loi morale.
Dans de nombreuses élections, il arrive que tous les candidats en lice tiennent des positions moralement inacceptables sur une ou plusieurs des questions “non négociables”.
De telles situations placent le citoyen devant des choix ardus. Dans ces cas-là, le citoyen devra voter de manière à limiter au maximum le mal qui pourra être fait par les candidats en lice.
Dans ce guide nous allons d’abord examiner les principes à appliquer dans les compétitions nettes, là où existe, sans aucune ambiguïté, un choix moralement bon. Ces mêmes principes serviront de référence pour les décisions à prendre dans les situations plus difficiles.
Connaître les principes à appliquer dans une situation idéale est utile lorsqu’on a affaire à des situations problématiques. C’est pourquoi, en passant en revue ces principes vous devrez garder présent à l’esprit qu’ils devront souvent être appliqués dans des situations où le choix est plus difficile. À la fin du guide nous vous proposerons des conseils pratiques pour savoir quelle décision de vote prendre dans ces cas-là.

2. Votre rôle comme électeur catholique

Les catholiques ont l’obligation morale de promouvoir le bien commun en exerçant leur droit de vote (cf. CEC n. 2240). Les autorités civiles ne sont pas les seules à être responsables d’un pays. « Le service du bien commun exige[nt] des citoyens qu’ils accomplissent leur rôle dans la vie de la communauté politique » (CEC n. 2239). Cela signifie que les citoyens doivent participer au processus politique en se rendant aux urnes.
Mais on ne peut pas voter de manière arbitraire : « la conscience chrétienne bien formée ne permet à personne d’encourager par son vote la mise en œuvre d’un programme politique ou d’une loi dans lesquels le contenu fondamental de la foi et de la morale serait évincé par la présentation de propositions différentes de ce contenu ou opposées à lui » (CVP n. 4)
Lorsqu’un citoyen vote, il donne en général sa voix à un candidat et c’est celui-ci qui votera directement lois ou programmes. Mais le fait d’agir à un niveau qui précède l’élaboration de la loi, ne libère pas les citoyens de leurs responsabilités car la morale exige qu’on évite de faire le mal dans toute la mesure du possible, même indirectement.
Certaines choses sont toujours mauvaises et on ne peut délibérément voter en leur faveur. Les parlementaires, qui disposent d’un vote direct, ne doivent pas soutenir ces choses mauvaises dans la législation ou les programmes. Les citoyens soutiennent indirectement ces choses mauvaises s’ils donnent leurs voix à des candidats qui proposent de les promouvoir.
Ainsi, les catholiques doivent, autant que possible, éviter de voter pour tout candidat qui a l’intention de soutenir des programmes ou des lois intrinsèquement mauvais. Si tous les candidats approuvent des politiques moralement nocives, les citoyens doivent voter de manière à limiter le dommage qui peut potentiellement être commis.

Abréviations :
CVP : Congrégation pour la doctrine de la Foi, Note doctrinale à propos des questions sur l’engagement et de comportement des catholiques dans la vie politique, 2002 : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20021124_politica_fr.html
CEC : Catéchisme de l’Église catholique.

6 comments

  1. Je ne suis pas très démocrate pour ma part étant donné que l’idée même que l’opinion majoritaire puisse déterminer la morale ne me paraît pas très chrétienne et votre outil démocratique me paraît donc relever de la plus pure fantaisie – mais je serais curieux quand même de savoir quel résultat cela donne lorsque vous vous appliquez cette “grille de lecture” à vous-même ? Pour qui voterez-vous ?

  2. EA

    Cher monsieur Hamiche,

          nous savons que vous n’êtes pas un démocrate convaincu. Vous avez hébergé dans votre ancien journal pendant des années M Yves-Marie Adeline, candidat royaliste. Il est, je crois, l’un de vos amis personnel. Vous avez été membre de l’Alliance Royale.Il semble que seul le candidat Le Pen s’approche des 5 fondamentaux que vous présentez dans ce guide électoral.

    Pouvez vous nous dire si l’ex candidat Adeline a donné ou donnera des consignes de vote conforme à la doctrine de l’Eglise catholique ?

    Bon courage,

    EA

     

     

     

     

  3. le roitelet

    Faf,

    ce n’est pas une envie c’est une obligation morale.

    Si l’on vote, c’est Le pen.

    Si on ne veut pas voter, on n’est pas tenu de voter le Pen.

    Mais en attendant, on peut supposer qu’un candidat supposé "catholique" et "croyaliste" dont le parti veut investir la scène public ne devrait pas rester indifférent devant plus 6 millions de morts.

    Nous verrons…