En Une

CEF : le plaidoyer pour la famille de Mgr Pontier

Commentaires (3)
  1. BABEY dit :

    Un très beau texte d’ouverture, merci Monseigneur.
    Un “oubli” sans doute : pourquoi la question des couples divorcés et remariés n’est-elle pas posée ouvertement alors qu’un couple sur trois marié en l’Eglise ne tiendra que quelques années? Pourquoi ne pas aborder, dans ce contexte, la question de la préparation au mariage, du service qu’il faudrait apporter après le mariage à l’occasion d’événements importants ou de dates anniversaire?

  2. Michel dit :

    Quel baratin! Quelle bureaucratie! Tout cela, cette belle dissertation, ce beau panorama, ne sert à rien, sinon comme un faire-valoir. Quand on pense que le denier du culte sert à financer ces réunions d’évêques!

    Mais aussi quelle habileté politicienne! Tout est calcul: voilà que Mgr Pontier se met à défendre la famille et à pointer la gravité des évolutions promues par le pouvoir politique. On le voyait moins courageux quand cela aurait été utile qu’il intervienne, avant les votes des lois. On voit la manœuvre: il essaie de se concilier la Manifpour tous qu’il critiquait encore il y a peu. Pourquoi cette réconciliation subite et à bon compte puisqu’elle ne gêne plus le pouvoir politique et que le mal est fait? Pourquoi?

    Peut-être parce que le denier du culte se rapproche… mais aussi parce que l’Eglise prépare un mauvais coup dans le cadre de cet affreux synode, un mauvais coup contre l’enseignement multiséculaire de l’Eglise et du Christ lui-même, à savoir la possibilité qui serait donnée sous certaines conditions ( des chouchous de la paroisse sous l’arbitrage du curé et de l’évêque ou d’un diacre qui jugeront des personnes adultères qui pourront communier…) de communier en état d’adultère. Quel mépris pour les laïcs, quel mépris pour le sacrement de mariage. Il faudra bien aller jusqu’à autoriser les prêtres en adultère public à communier, sinon quelle injustice!
    Et puis, le voyage du pape approche: il faut du monde, de l’argent, de l’enthousiasme télécommandé pour plaire au chef.
    Quelle misère à la tête de l’Eglise. Stop, stop, stop à tous ces mauvais coups. Parlons enfin de l’Evangile et respectons-le pour qu’il y ait moins de victimes dues au divorce. Qu’il soit clair que le remariage est un adultère et que les personnes qui se marient religieusement, c’est vraiment pour toujours, et si elles divorçaient, elles ne pourront plus se remarier civilement sauf à ne plus pouvoir communier.

  3. Otto dit :

    @ Michel

    Je pense que la visite de l’évêque de Rome en France sera une belle occasion de montrer que les catholiques n’aiment pas le culte de la personnalité.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »