En Une

Cardinal Ludwig Müller: “les diocèses ne sont pas non plus les filiales du secrétariat d’une conférence épiscopale”

Commentaires (8)
  1. Courivaud dit :

    De toute façon, allons droit au but :
    1) le statut des conférences épiscopales est bancal et ce, dès l’origine, car il déresponsabilise la mission confiée à CHAQUE évêque dans l’Eglise universelle (pas seulement occidentale, soit-dit en passant)
    2) le cardinal Ratzinger devenu Benoît XVI a beau se plaindre de ce statut bancal, il n’a rien fait pour le remettre en cause.

    Alors, qu’est-ce qu’on attend pour supprimer les conférences épiscopales qui coûtent cher et ne servent à rien ?
    Il y a des économies à faire et pas la peine de demander à la BCE de Francfort pour savoir comment il faut s’y prendre pour les réaliser.

  2. Romualde dit :

    Excellent!

  3. ROMANOS dit :

    En effet, on observe à l’usage que les conférence épiscopale dont le fonctionnement s’apparente à nos systèmes de démocratie politique, ont trop souvent pour résultat, entre autre, la déresponsabilisation des évêques, qui s’abritant derrière les médiocrités consensuelles desdites conférences, ne brillent pas par un zèle excessif des âmes dans leurs diocèses respectifs.

  4. emi dit :

    Non seulement les CEF déresponsabilisent les évêques mais en plus elles donnent le ton du “politiquement spirituel”. Cela paralyse l’Eglise et certains souhaits des laïcs, la CEF en France n’est pas favorable à la messe tridentine et fait pression auprès d’évêques (timorés) pour qu’ils ne l’autorisent pas. La CEF se comporte comme une autorité parallèle dans l’Eglise depuis le concile Vatican II et doit être supprimée pour le Bien de tous.

  5. Hervé Soulié dit :

    Bravo Monseigneur Müller !

  6. Bruno ANEL dit :

    On parle beaucoup à la Curie. Qu’en pense le pape ?

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »