Perepiscopus

Message de Pâques de Mgr Moutel

Article suivant
Messe dans un manège
Commentaires (3)
  1. Cassianus dit :

    De certaines expériences de joie naturelle (l’étonnement émerveillé de constater la “permanence de l’amour, de la vie en eux et autour d’eux”), les Chrétiens tirent la conclusion que Jésus est ressuscité des morts… C’est acrobatique. On voit bien pourtant la motivation théologique du prédicateur : il voulait parler de la résurrection du Christ et dire qu’elle nous est connue par les prodiges que l’Esprit-Saint opère en ceux qui croient. L’acrobatie, c’est de considérer comme éléments équivalents et interchangeables des miracles stupéfiants réalisés au nom de Jésus et des émotions plus ou moins euphoriques sans lien logique nécessaire avec la confession de foi chrétienne.

    On a l’impression que le prédicateur voudrait fonder la foi sur des sentiments que tous les hommes peuvent éprouver, indépendamment de leur appartenance religieuse. Car enfin, même cette “paix qui m’habite comme une présence bienveillante, etc”, nous pouvons bien imaginer que la ressentent aussi des hommes de toute religion, et même des athées. Elle ne dit rien sur Jésus ni sur le pardon des péchés ni sur l’existence de la vie éternelle et les moyens d’y parvenir.

  2. Laurent dit :

    Réjouissons-nous certes du nombre croissant des baptêmes d’adulte.
    Mais n’oublions pas non plus le chiffre croissant des nouveaux nés non baptisés !
    Ceci explique cela. On ne peut pas se fermer les yeux sur le “recul continu” des pratiques religieuses.
    Donc réjouissons … fort modestement !
    C Q F D

  3. Constance dit :

    J’apprécie l’analyse faite par Cassianus, à laquelle je rajouterais “…pardonner à ceux qui nous ont fait du mal…”certes, mais à condition qu’il y ait un REPENTIR SINCERE.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »