Perepiscopus

Les droits de l’homme en bonne santé

Commentaires (9)
  1. Devgir dit :

    Excellente réaction, comme cela fait plaisir !

  2. Françoise dit :

    Monsieur Hamiche, j’ai appris par Media presse info que la maman du patient n’avait pas été autorisée à le prendre chez lui, alors que ce serait si simple, elle n’aurait qu’à l’alimenter et l’hydrater pendant des années avec toute la patience d’une mère – jusqu’à un hypothétique réveil (c’est déjà arrivé après des années de coma) ou la mort naturelle (c’est déjà arrivé avec une maman qui avait ainsi nourri et hydraté son fils pendant 28 ans si j’ai bonne mémoire), jusqu’à ce que Dieu le rappelle à Lui en douceur.
    Pourquoi n’organiserions nous pas une pétition auprès des pouvoirs publics pour que la mère de Vincent Lambert puisse le prendre chez lui comme cela est déjà arrivé dans le passe ? Pourquoi une telle injustice ?

  3. Benard Marguerite dit :

    Ne perdons pas nos valeurs premières . Nul n’ a le droit d’ôter la vie . Dieu , nous la donne et Lui seul peut la reprendre . Luttons pour cela .

  4. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Un très bon jugement ce cardinal + + +

  5. Gilberte dit :

    Et nous perdons notre liberté de vivre si un jour un handicap nous atteint, car notre vie dépendra du bon vouloir de messieurs hissés à la Cour européenne . La peine de mort est abolie en France mais il faut la mériter par notre intégrité physique

  6. Nostradamus dit :

    Merci, Mgr Barbarin, de redire que toute vie est sacrée de sa conception à sa mort naturelle.
    Pour plus d’arguments strictement juridiques article : La CDEH n’est pas la conscience de l’Europe, analyse juridique fine et précise de l’exacte portée du jugement.
    http://www.koztoujours.fr/la-cedh-nest-pas-la-conscience-de-leurope

    Il est urgent de faire une très large mobilisation non confessionnelle pour sauver une vraie civilisation des droits de l’homme.

  7. Harvey dit :

    Vincent Lambert n’est pas mourant, il est bien vivant. Vincent Lambert ne souffre pas d’une souffrance insupportable, tout au plus parfois d’inconfort. Vincent Lambert n’a pas de traitement disproportionné, probablement même, plus de traitement du tout, l’alimentation et l’hydratation ne constituant jamais un traitement.
    Qui dérange-t-il que l’on veuille le faire mourir? Qui a décidé que sa vie ne valait pas la peine d’être vécue?
    Ce qui est clair c’est que son état fait peur aux bien portants. Ce qui est clair, c’est que sa dépendance a un coût.
    Il y a-t-il des personnes qui ont droit à la vie et d’autres qui ont droit à la mort??

  8. freregris dit :

    C’est une honte de vouloir le faire mourir .Mais à qui profiterai le crime ? Peut être à l’épouse qui a envie de se remarier ou de prendre un amant .Et que vient faire le neveu si virulent pour le décès de son oncle .Moi , je retiens seulement ce que dit le coeur d’une mère et d’un père .

    1. Harvey dit :

      L’épouse a refait sa vie en Belgique, mais comme elle est toujours mariée, elle ne peut pas se (re)marier. La situation de veuve serait radicalement différente.
      Quant au neveu “virulent”, disons simplement que les alliances affectives intrafamiliales sont très variées et donnent lieu à des collusions d’intérêt multiples. Je ne sais pas ce qui se passe dans le cœur de cet homme, quelles ont été les relations passées avec son oncle et ce qu’elles sont devenues.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »