En Une

Promotion de l’avortement : la CEF réagit

Commentaires (6)
  1. Delmau dit :

    Il faut bien faire un lien entre cette réaction heureuse, et l’abondance des éditoriaux et commentaires de nombreux chrétiens inquiets des silences ou des timides positions de l’Eglise. Ayons donc confiance en l’Esprit-Saint, et reconnaissance à ce blog.

  2. Denis Merlin dit :

    On pourrait commencer par le commencement: le vol manifeste que représentent ces campagnes faite avec l’argent de tous. On pourrait aussi dénoncer le financement des avortements par le Trésor public qui fait de l’État une entreprise de racketteurs et de tueurs à gage.

    On peut aussi s’indigner de voir l’épiscopat utiliser la langue de bois, la langue mensongère des abortistes: la “contraception d’urgence” n’existe pas. C’est une notion inventée pour cacher l’avortement chimique dangereux pour la mère et mortel pour l’embryon. Bref, c’est triste de voir l’épiscopat se rendre complice de la diffusion de poison pour les femmes et les enfants (qui peuvent aussi être des filles).

  3. garmon dit :

    L’avortement et l’infanticide sont des crimes abominables (Gaudium et Spes § 51) Mgr Olivier Ribadeau Dumas aurait dû citer cet enseignement du 21ième concile œcuménique (Vatican II) et c’est Mgr Jean-Luc Brunin qui aurait dû dire cela, haut et fort.

    Notre saint père le pape François le fait bien, rappel des principes miséricorde pour tous et dans toutes les situations :
    http://www.20minutes.fr/monde/1349569-20140411-pape-francois-cite-vatican-ii-dire-avortement-crime-abominable

    Dieu vous garde

  4. France dit :

    Et la Parole dans tout ça? Pas de référence explicite!….
    Pour la CEF serait-ce une maladie honteuse?

  5. Cassianus dit :

    L’avortement, ” un acte grave qui engage et marque bien souvent profondément et durablement les personnes qui le vivent : les femmes mais aussi les hommes et les familles. ” ? Il n’aurait pas été de trop de préciser que cette marque profonde et durable pouvait avoir pour effet d’être jeté dans le feu éternel. Même si cette raison avait laissé indifférents les incroyants, elle aurait été utile aux Chrétiens qui ne croient pas aux traumatismes ou pensent que l’on peut risquer d’en causer quand cela paraît être le moyen de se tirer d’un mauvais pas.

  6. jejomau dit :

    Bizarre que la CEF ponde un tel texte…… Bizarre que Mgr Burke ait été invité pour s’exprimer sur le sujet de la famille…

    Le prochain Synode arrive. C’est là le VRAI combat qui se joue et chacun prépare ses armes.

    A y bien y regarder, on a l’impression que l’Eglise-en-France essaye d’envoyer des SIGNAUX clairs en faveur de la Tradition..

    Mais serait-ce pour mieux ….; endormir celle-ci quand il faudra brusquement passer à l’action ? En effet, curieuse cette dissonance qui ne résonne pas du tout au diapason des deux messages envoyés ci-dessus nommés : Mgr Brunin, père synodal et président du Conseil Famille et Société de la Conférence des évêques de France, vient de préfacer un ouvrage rédigé par 26 théologiens, qui met de côté le Catéchisme de l’Église catholique et l’enseignement de Jean-Paul II….

    Eh oui…. On fait croire qu’on est du bon côté du manche avec une petite condamnation de l’avortement par ici, une petite causerie par là…E t hop, pendant ce temps, on sort les fourches de la traitrise que personne n’a vu venir…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »