En Une

Mgr Balsa : « Passons sur l’autre rive »

Commentaires (5)
  1. Henri dit :

    “Cette tension m’a plu : on voit la destruction de la famille mais aussi que dans cette « pédagogie divine », comme dit le Synode, Dieu a la patience de recomposer, de créer à nouveau des alliances.”
    Ces propos sont monstrueux. Y a-t-il un seul prêtre ou évêque en France qui va se lever contre ces ignominies?

    1. apobrod dit :

      je pense que non. Il y a des prêtres en soutane qui marchent un pied sur chaque rives et qui vont forcement …”couler”….Monseigneur Balsa l’a bien compris car témoin dans son ancien diocèse…
      mais il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre…
      je sais, vous n’allez pas aimer!!! Tant pis…Pour vous!!

  2. Harmonie dit :

    Certes, nous passerons le plus nombreux possible, je l’espère, avec une foi ferme et bien ancrée, sur l’autre Rive. Mais soyez assuré Monseigneur, que ce sera sans votre concours. Nous sommes réduits à l’espérer, seuls et sans guides désormais, avec la seule arme de l’Evangile et l’Amour de Notre Seigneur, puisque LUI ne peut plus compter sur SES PASTEURS pour le représenter. A cause de votre défection dans votre grande majorité, vous êtes d’avantage dans nos prières tous les jours. Nous espérons, avec nos prières, vous retrouver sur l’autre Rive quelque jour.
    Si la parabole de la brebis qui pais ses pasteurs n’existe pas encore, il faudra peut-être bientôt l’inventer …

    Seigneur, viens … Vite.

  3. Michel dit :

    Ce propos sur la capacité de Dieu à recomposer est proprement stupéfiant dans le contexte de ce débat lui-même stupéfiant sur les divorcés remariés, où l’on voit que la grande majorité de nos évêques sont prêts à poignarder le Christ en piétinant ses commandements.

    L’Eglise dévale la pente. Chaque jour, elle apparaît plus bas encore que la veille. Et dire que la liturgie nous fait dire chaque dimanche à la messe que notre Eglise est sainte, catholique, et apostolique, et aussi que notre évêque veille sur le dépôt de la foi. Cela finit d’ailleurs par poser un sérieux problème de foi, de voir dans quel état lamentable, et scandaleux est maintenant notre Eglise.

    Que faire? Faudra-t-il en venir, à la messe, au moment du “qui veille sur le dépôt de la foi”, pousser un grand cri ? De fait, il pourrait être salutaire que nous soyons nombreux à avoir le courage de le faire. Car il ne suffit plus aujourd’hui d’arrêter tout denier du culte. Il faut désormais aller beaucoup plus loin et plus fort dans la résistance. C’est un devoir. La perte de foi, l’autisme, et l’aveuglement complets de nos évêques l’appellent malheureusement. Car il n’y en a pas un seul qui ait le courage de tirer le signal d’alarme auprès de ses collègues, et pas un seul qui daigne, ne serait-ce que dans une attitude pastorale élémentaire, écouter les cris de leurs brebis atterrées!

  4. remond dit :

    sa devise est en réalité un appel pour quiter la Sainte Eglise Catholique pour aller sur l’autre “rive” c’est à dire le “monde” de satan

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »