Perepiscopus

Nul ne sait ni le jour ni l’heure

Article précédent
Ce n'est pas l'islam ?
Commentaires (4)
  1. Shimon dit :

    Bien sûr, bien sûr, il faut d’abord et prioritairement une réponse sécuritaire, c’est à dire militaire, sur le territoire national. C’est d’abord notre sol qu’il faut défendre, même si l’attaque de l’ennemi (qu’il faut désigner clairement) sur son territoire est également indispensable.
    Certes il est vrai que comme en 1939 les états (et pas seulement la France) sont mous dans leur réaction et ambigus. C’est qu’il s’agit à la fois de ne pas braquer sa propre population et de ne pas irriter des « partenaires » commerciaux « dont nous avons besoin ». 
    Il y a plus, si l’islamisme radical est l’ennemi maintenant désigné, beaucoup comptent sur l’islam pour affaiblir les racines chrétiennes de l’Europe. Il en résulte une ambiguïté de paroles et d’actes rarement atteinte dans laquelle nos « dirigeants » se prennent les pieds. Comment soutenir l’islam coranique et dénoncer l’islamisme qui l’applique littéralement ? Subtil distingo. Pas d’amalgame. Mais comment penser qu’un « infidèle » pourrait faire évoluer une pratique multiséculaire ?
    Nous voici donc maintenant aux véritables racines de cette violence guerrière barbare. Cette guerre est indiscutablement une guerre économique, pour l’hégémonie régionale, mais c’est aussi une guerre idéologique, ou plutôt religieuse, car il faut bien parler de « la religion de la laïcité », avec ses dogmes, ses rites, ses œuvres.  Ce sont les « valeurs » d’un occident vécu comme mécréant et décadent qui sont attaquées. C’est, pour aller jusqu’au bout de l’idéologie, la société occidentale actuelle dans sa conception de la famille et de la sexualité. Autrement dit, c’est la contestation radicale de la mini jupe et de l’homosexualité. 
    On ne combat pas une idéologie avec des Famas G2 ou des AK 47, ni même avec des chars AMX ou Léopard, ni même des Rafales ou des Sukhoï. On combat une idéologie par un combat idéologique.
    Et là il faudra bien que l’on prenne conscience que les valeurs « démocratiques » occidentales sont des valeurs qui ne peuvent exister que dans une perspective chrétienne.  La Liberté est une valeur chrétienne et non pas marxiste ou capitaliste. La solidarité a été dès le début « la marque de fabrique » du christianisme, qui fait vraiment des frères de tous les hommes. L’égalité dans la différence des enfants de Dieu l’est tout autant.  Vouloir l’occident sans christianisme est simplement une illusion, une chimère, une construction qui s’écroule faute d’ancrage et de fondations.
    Le réarmement doit d’abord être moral et intellectuel.  Il est possible à chacun où il est de prier et de fréquenter les sacrements de l’Église catholique.  Mais chacun doit aussi approfondir tous les fondements de sa foi et devenir un missionnaire qui s’adresse aux mécréants de l’intérieur, tant laïques que monothéistes égarés. 
    Il faut pouvoir comprendre et faire comprendre le Dieu trinitaire, qui est fondamentalement relation et amour. Il faut pouvoir témoigner de l’incarnation et de la résurrection de son fils, Notre Seigneur Jésus-Christ. Il faut surtout, avec le soutien de l’Esprit Saint, vivre dans l’amour, dans une perspective eschatologique qui seule donne un sens à l’histoire et à nos vies individuelles. 
    Nous devons dire, mais surtout vivre, le rejet d’une barbarie meurtrière et réaffirmer les respect inconditionnel de toute vie humaine, de sa conception à sa fin naturelle. Il est impossible de défendre la vie en tuant nos enfants à naître, nos vieux parents et les handicapés. « Nul ne sait ni le jour ni l’heure », mais il sait que seul l’amour comptera.
    Shimon

  2. DUFIT THIERRY dit :

    Ce que le cardinal Vingt Trois oublie de dire est que depuis 50 ans l’Eglise est engluée dans un oecuménisme mortifère. Cet œcuménisme qui met toutes les religions à égalité est une sorte de sida. L’Eglise en ayant renoncé à proclamer qu’elle est la seule arche de Salut favorise les fausses religions et particulièrement l’Islam qui est une religion très conquérante.
    On ne veut plus du Christ Roi, notre châtiment est que nous avons maintenant l’Islam dans toute sa splendeur.
    Notre Dame de Lépante priez pour nous.

  3. Françoise dit :

    Sauf erreur je ne vois pas de condamnation et l’islam radical tel qu’il fut enseigné par Mahomet et mis en pratique par ses “disciples” depuis son origine et aujourd’hui plus que jamais. Tandis que des journalistes osent en parler aux infos à visage découvert (ce qui pourrait leur valoir une fatwa), de même que les évêques du Moyen Orient.
    Les signes terrifiants devant se produire, selon l’évangile de Saint Marc, dans les cieux et sur la Terre à la fin des temps auxquels Mgr Vingt-Trois fait allusion comme si nous en étions proches, pour moi ne s’appliquent pas dans le cas présent des attentats terroristes que subit depuis des décennies la France, le pire jusqu’à ce jour ayant été perpétré le vendredi 13.11.2015, car il s’agit d’événements horribles certes, mais pas géologiques (étoiles tombant du ciel, raz de marée etc.).
    Enfin notre archevêque devrait savoir que “l’histoire” s’écrit avec une majuscule : l’Histoire.

  4. duroc dit :

    Merci à Mgr Vingt-trois pour son allégeance aux ” valeurs de la république … ”. Le grand Orient doit être rassuré …

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »