Rome

Diplomatie, le Vatican, rappelle l’urgence du bien commun

Commentaire (1)
  1. Courivaud dit :

    Il y a plusieurs niveaux de lecture dans la diplomatie du Vatican.

    Parfois “ça marche”, comme l’intervention bienvenue du pape François 1er en septembre 2013 lors de la crise syrienne provoquée par le gouvernement des Etats-Unis, et ceux de Grande-Bretagne et de France, “en remorque”. Il est miraculeux de voir comment le pape a réussi à passer outre certaines contradictions.

    Mais parfois, il y a des ratés comme tout ce qui touche les relations avec l’Islam. Là, le pape n’est visiblement pas capable de surmonter de grosses contradictions, qui risquent d’être fatales à la chrétienté.

    Et puis, dans le gouvernement du Saint-Siège, il y a des personnages particulièrement malfaisants, comme Mgr Tauran…..

    C’est vrai, la réforme de la Curie est à l’ordre du jour, mais saint Paul nous rappelle en tout domaine “qu’un oui doit être un oui, un non doit être un non”, même en diplomatie….

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »