En Une

Lettre de Mgr Aillet à ses diocésains

Commentaires (11)
  1. Denis Merlin dit :

    Que de souffrances ! Cette femme ne fait qu’allusion aux souffrances post-avortement. Elle n’ose pas les nommer, les décrire. Hallucinations: elles voient leurs enfants grandir (il vagit dans on berceau, il commence à marcher, il commence à parler, aujourd’hui, c’est un grand jour: son premier jour d’école, il va à l’école etc.) Le matin elles le voient leur tendre les bras les appeler “Maman !” Était-ce une fille ou un garçon ? C’est la même chose.

    Personne ne le dit, mais je le sais par des confidences indirectes. Elles se croient folles et pourtant toutes le subissent et personne n’en parle. Mensonge par omission, mensonge sataniste.

  2. Cet evêque généreux et méritant , a ici le tord de présenter des excuses et de manifester son humilité effectivement émouvante , alors que le combat contre l’avortement est une oeuvre de justice et de charité

    Nous savons tous que énormément de pauvres femmes sont en souffrance, et que les personnes qui sont les auteurs de grossesses non désirées sont porteurs d’une grande et fautive responsabilité. Mais l’immense detresse des femmes , ne doit pas nous conduire à relativiser le crime de la mort d’un enfant innocent, et ceci d’autant plus qu’il existe des structures pouvant prendre en charge des enfants dont l’éducation n’est pas possible par la famille .

    Par ailleurs monseigneur Aillet a également tord de relativiser l’importance et la gravité de l’affront intolérable que lui ont infligé de dégoutants gauchistes , en brulant son éffigie en place publique , ce qui constitue un appel à la haine et la violence condamnables par la loi. Monseigneur Aillet n’a pas porté plainte contre les auteurs de ce délit confirmé , et je regrette son attitude désinvolte

  3. morel dit :

    Bravo,Monseigneur,continuez et prions pour que tous vos “confrères”aient le même courage que vous
    J’ai lu qque part qu’il fallait annoncer “a temps et à contre temps” et puis qui a déclaré qu’ “il vomissait les tièdes??
    soyez assuré de mon filial respect

  4. morel dit :

    bravo,Monseigneur,continuez,à temps et à contretemps.N’est-ce pas Jésus qui a déclaré qu’il vomissait les tièdes??

  5. solluna dit :

    Cher Mgr Aillet, je vous sens un peu moins combatif dans votre lettre . Vous vous protégez trop derrière la parole pontificale qui sur ce point est claire et sans ambiguïté. De grâce appuyez vous surtout sur votre autorité et celle de Jésus qui vous la confiée. Nous avons besoin d’homme d’Église, prêtres ou évêques, qui ne tremblent pas devant le magistère des médias et du politiquement correct. N’ayez pas peur du martyr de l’honneur. Continuez! Toujours et toujours! “Une parole de vérité a plus de poids que le monde entier”!( Dostoïevski) Nos prières vous accompagnent.

  6. Jean dit :

    Mgr Marc Aillet mérite d’être remercié par tous les fidèles chrétiens, prêtres et évêques honnêtes, ceux qui défendent la morale traditionnelle catholique mise à mal aujourd’hui, en France, par l’immoralité ambiante du sein du clergé…Bientôt les évêques vont se réunir à Lourdes, nous espérons qu’ils seront honnêtes pour laver les linges sales en famille. Ne soyons pas surpris que d’autres religions prennent bientôt le dessus sur le christianisme: c’est de notre faute car nous refusons de reconnaître nos erreurs pour nous améliorer: il y en a même qui se défendent et se justifient face à la pédophilie au lieu d’en pleurer! Nous avons tous trahi Jésus et son Evangile…

  7. Jean-Christophe dit :

    Pédiatre, puis je donner un conseil à tous les responsables, évêques, prêtres, diacres qui parlent au nom de Dieu dans leurs homélies ?
    Une parole dure vis à vis de l’avortement ne peut se concevoir que dans un but préventif, or parmi les fidèles qui vous écoutent, certaines femmes ont avorté et il n’est pas acceptable à mes yeux d’employer des mots durs, qui entraînent obligatoirement, c’est mon expérience, des rejets contraires aux buts fixés.
    Crime assassinat, tous ces termes ne devraient pas être utilisés au sein d’une homélie, d’autant que le clergé a perdu sa virginité et son innocence depuis longtemps, lui interdisant de donner des leçons pour une longue période, aussi longue que celle nécessaire pour la femme qui a barré le chemin de vie à son enfant, selon l’expression d’Etty Hillesum décrivant son avortement.
    Mais le Seigneur est miséricordieux, et nous a donné les Ecritures. Pourquoi donc ne pas les utiliser ?
    Quand une maman m’a raconté son avortement devant le frère ou la soeur de son avorton je finis souvent mes consultations en disant : ” Avez vous lu les Evangiles ? ” la réponse est souvent négative !
    Et j’ajoute alors et bien lisez les et vous trouverez la femme qui a fait comme vous et vous verrez ce qu’a fait le Seigneur avec elle. Et j’ajoute encore et mettez Marie Madeleine hors du coup s’il vous plaît !
    Il serait utile que les mystères de l’Evangile qui restent à découvrir, après 2000 ans, puissent être étudiés avec des yeux neufs.
    Bonne lecture !

    1. Denis Merlin dit :

      Cher docteur, bien d’accord pour être miséricordieux. Nous sommes tous pécheurs nous ne pouvons regarder personne de haut. Mais un assassinat est un assassinat. Ce n’est pas en cachant la poussière sous le tapis que la maison devient propre.

      1. Denis Merlin dit :

        Cela écrit, bien sûr que nous devons consoler et non culpabiliser. Mais c’est une autre question. Ce n’est pas en niant l’évidence que l’on console. Au contraire, il ne faut jamais mentir, surtout à des gens dans la détresse. Mais évidemment, on ne va pas les accabler de qualificatifs, plutôt les tourner vers l’avenir et surtout ne pas nier leurs souffrances. Consoler, c’est aussi les détourner du sentiment de culpabilité (à bien distinguer du sens du péché selon l’enseignement de Benoît XVI) ! Tout cela est une question de prudence et de charité…

        Les évêques, qui sont pécheurs comme nous tous, peuvent et doivent qualifier l’avortement de ce qu’il est “un crime abominable” (Gaudium et spes 51.3) C’est leur droit. C’est leur devoir.

  8. karr dit :

    Monseigneur Aillet a fait ce que tout évêque digne de ce nom devrait faire,il n’accuse personne mais le crime qu’est l’avortement,ou se trouve le droit à la liberté d’expression dans ce pays?
    En quelques décennies ce qui était dénoncé comme un crime ignoble est devenu la norme à suivre,je pensais que ces héritiers de mai 68 seraient plus dignes de leur slogan “il est interdit d’interdire”,que personne ne soit en droit d’interdire à un citoyen,et qui plus est un homme d’Eglise,de s’exprimer!
    Des couples français ne peuvent adopter des enfants lorsqu’ils le souhaitent et que la nature ne le leur permet pas,qu’une jeune femme mène sa grossesse à terme et que l’adoption de bébés nés ici devienne plus facile.
    Des” couples” d’hommes et de femmes peuvent adopter alors que pour de véritables couples constitués d’un homme et d’une femme c’est le parcours du combattant.
    Une société qui fait des cimetières du ventre des femmes est une société qui va disparaitre,les mahométans nous colonisent par le ventre ne l’oublions pas,il y a ceux qui nous envahissent en franchissant les frontières ou en traversant la mer,d’autres sont déjà à l’oeuvre en nous colonisant par le ventre de leurs femmes et des nôtres,tout se tient,l’Occident Chrétien doit disparaître,seuls les peuples peuvent empêcher cela en se ressaisissant.
    Oui à la famille française,oui au salaire pour les femmes qui souhaitent élever leurs enfants,oui aux crèches et aux jardins d’enfants gratuits pour les mamans françaises de souche ,on peut voter FN comme moi mais exiger que la famille française soit au centre de notre politique,une priorité!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »