En Une

Les Victimes du Sacré-Coeur déménagent en Vendée

Commentaires (7)
  1. Denis Merlin dit :

    Ce doit être un déchirement car ces religieuses ont été fondées par une Marseillaise. Elles ont tous leurs souvenirs à Marseille. La branche masculine n’a pas eu de suite. Mais leur père co-fondateur avait, lui aussi, habité le monastère de Marseille.

    J’ai lu (il y a longtemps) un livre sur cette congrégation. Seront-elles encore les Victimes du Sacré Cœur en quittant Marseille ?

  2. LE GUEN dit :

    N’est ce pas aussi providentiel. A Loublande en Vendée ont eu lieu les apparitions du Sacré-Coeur de Jésus à Claire Ferchaud, à qui il a demandé d’instituer la Messe perpétuelle et de mettre le Sacré-Coeur sur le drapeau français. Elle était allé voir le Psdt Poincarré en 1917 pour ce faire, ça lui fût refusé. Elle fonda aussi une communauté de religieuses victimes. Moi je vois la réunion géographique de 2 spiritualités communes.

  3. ROMARY Didier dit :

    J’ajouterai qu’il existe des membres laïcs affiliés Victimes du Sacré-Coeur de Jésus, liés à cette Communauté. Les religieuses victimes du Sacré-Coeur de Jésus restent et resteront des Victimes du Sacré-Coeur de Jésus et rayonneront dans tous les diocèses limitrophes de la Vendée et les porteront dans leurs prières oblatives.

  4. fernand dit :

    ah…..La Vendée…. que les vocations religieuses y refleurissent…..

  5. denis dit :

    très bonne nouvelle pour la Vendée et pour cette communauté qui cherchait à retrouver le calme et l’espace nécessaires à leur vocation contemplative.

    quel signe de la Sainte Providence quand on médite les mots que soeur Marie-Véronique, prieure du Carmel de Chavagnes, écrivait en juin 2015 pour annoncer le départ vers Luçon des carmélites de Chavagnes “…Mais, nous croyons que notre grand sacrifice commun sera mystérieusement fécond.” !

    pour les documents publiques qui parlent de cette communauté il y a eu un long reportage dans la revue Geo n° 159
    http://www.priceminister.com/offer/buy/49075688/Collectif-Geo-N-159-La-Crete-L-ile-Ou-Est-Nee-La-Grece-Revue.html
    et un très beau reportage dans les premières pages du livre de Thomas Grimaux “les communautés traditionnelles en France” ( édition La Nef)
    http://www.chire.fr/A-164428-venez-et-voyez–les-communautes-traditionnelles-en-france.aspx
    http://www.e-leclerc.com/espace+culturel/produit/venez-et-voyez-les-communaut%C3%A9s-traditionnelles-en-france,28493883/

    et un très beau livre sur leur fondatrice (écrit en 1936 et réédité en 1998) :
    Une Victime D’amour. Julie-Adèle De Gérin-Ricard fondatrice des Soeurs Victimes du Sacré-Coeur de Jésus Broché – 1998 de Payan d’Augéry (Auteur)
    https://www.amazon.fr/Julie-Ad%C3%A8le-G%C3%A9rin-Ricard-fondatrice-Victimes-Sacr%C3%A9-Coeur/dp/B00FRL4B5C

    enfin, leur aumonier l’abbé Afonso a été curé de la paroisse de L’Ile-Bouchard de 1998 à 2010, je crois.

    La Sainte Vierge veille sur cette communauté.

  6. Glock dit :

    Sans doute Mrg l’évêque de Marseille n’a-t-il beaucoup cherché à les garder.
    L’abbé Zanotti, ces religieuses, …. il est sans doute jugé qu’il faut nettoyer pour s’ouvrir plus au monde…

  7. mf dit :

    MF
    C’est pour moi un déchirement de perdre “le juste qui permettait que la ville ne sera pas détruite par Dieu”
    quand on commence a avoir peur de son voisin, de ses remarques de ses violence savoir que des êtres se vouer à prier pour nous les avoir si proche était rassurant.
    Est ce que le bruit n’était pas une épreuve pour justement éprouver leur foi ? Ou encore une sorte de changement nécessaire qui dans leur retraite devait être aussi une sorte de communication avec les habitants et pour soutenir les habitants qui eux aussi sont les victimes du bruits. Une bataille qui aurait pu être mené par un groupe plus fort alors.
    Outre la vie religieuse, la foi il y a aussi la mémoire le souvenir l’histoire, Le livre de Julie Adèle de GERIN-RICARD Marque ses lieux d’une certaine résistance à la révolution plus encore qu’un hôtel où Rouget de Lisle à passer quelques heures pour composé un chant.
    Et je ne comprends pas l’Évêché qui perds cette construction et laisse des croyants et pratiquant désœuvrer pour retrouver un autre lieu de culte. et de l’autre côté je ne comprends pas la mairie qui semble vouloir détruire les bâtiments

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »