En Une

Encore sur le lobby gay au Vatican: le cas de Mgr Ricca

Commentaires (10)
  1. Deo gratias dit :

    “Mais je voudrais ajouter autre chose là-dessus : je vois que souvent dans l’Église, au-delà de ce cas et aussi dans ce cas, on va chercher les « péchés de jeunesse », par exemple, et on les publie. Pas les délits, eh ? Les délits c’est autre chose : l’abus sur mineurs est un délit. Non, les péchés. Mais si une personne, laïque ou prêtre ou sœur, a fait un péché, et ensuite s’est convertie, le Seigneur pardonne, et quand le Seigneur pardonne, le Seigneur oublie et cela est important pour notre vie. Quand nous allons nous confesser et que nous disons vraiment : « J’ai péché en ceci », le Seigneur oublie ; et nous, nous n’avons pas le droit de ne pas oublier, parce que nous courrons alors le risque que le Seigneur n’oublie pas nos péchés.”

    Je suis surpris par cette parole de notre Saint-Père.

    Je rappelle les faits : ” À Montevideo, entre 1999 et 2001, Mgr Ricca cohabitait avec son amant, l’ex-capitaine de la garde suisse Patrick Haari qui l’avait suivi là-bas depuis Berne. Et il fréquentait également des lieux de rencontre avec des jeunes du même sexe, subissant même un passage à tabac et allant jusqu’à se retrouver coincé dans un ascenseur de la nonciature avec un jeune homme de dix-huit ans bien connu de la police uruguayenne.”

    Et je pose quelques questions : Que ferait l’évêque de mon diocèse (et du votre) qui découvrirait que l’un de ses prêtres a commis de tels actes ? Est-ce qu’il va le nommer vicaire-général de son diocèse ?

    Je ne sais pas ce qu’il ferait, je ne sais pas ce qu’un évêque doit faire dans ce genre de circonstances, mais quelque chose me dit…

    1. Eve dit :

      Deo Gratias,
      pour l’abus sur mineurs, il faut des preuves. Lesquelles ?
      Pourquoi, dans notre société, si évoluée, les jeunes ne se plaignent pas immédiatement ?
      Et puis ce genre de choses ne se passent pas en public. Les jeunes ne devraient jamais accepter
      de se trouver seuls avec un adulte.

  2. Jack dit :

    Qui suis-je pour juger ?
    On ne demande pas au Pape de condamner le pêcheur, car seul Dieu juge. On lui demande de rappeler la doctrine de l’Eglise et elle n’est pas tendre, par la voix de Saint Paul (Cor. 6, 1-11)
    “Ne vous y trompez pas: les débauchés, les idolâtres, les adultères, les dépravés et les pédérastes, les voleurs et les profiteurs, les ivrognes, les diffamateurs et les escrocs, ne recevront pas le royaume de Dieu en héritage.”
    Libre à ceux qui ont été ainsi prévenus de continuer leur vie de débauche.
    Est-ce que simplement rappeler cet enseignement, doit être considéré comme “jugemental” (et donc à proscrire absolument) comme les donneurs de leçons se plaisent à étiqueter ceux qui le font?
    Vaut-il mieux ne pas inquiéter les pédérastes et les encourager à se maintenir dans leur ornière funeste puisque, comme nous l’assure Polnareff, “on ira tous au Paradis” ?
    Ou encore comme nous le dit le Pape François (et on se demande où il a été pêcher ça) les âmes des réprouvés ne vont pas en Enfer mais elles sont tout simplement “annihilées” (?!?!)

  3. Jack dit :

    Voilà comment un des prédécesseurs de François traitait les religieux coupables d’homosexualité:

    Constitution du pape [Saint] Pie V sur la condamnation de l’homosexualité active des clercs catholiques romains (1568)

    “§. 3. C’est pourquoi, voulant poursuivre énergiquement ce que nous avons déjà décrété dès le début de Notre Pontificat [Constitution Cum Primum], Nous privons, de par l’autorité du présent canon, tous les Prêtres, et quels qu’il soient, et autres Clercs séculiers et réguliers, de quelque degré ou dignité qu’ils soient, pratiquant un crime si horrible, de tout privilège clérical, et de toute charge, dignité et bénéfice ecclésiastique. Ainsi, suite à cela, dégradés par le Juge Ecclésiastique, qu’ils soient livrés immédiatement à la puissance séculière, [et] qu’elle leur applique le même supplice, que celui concernant les laïcs ayant glissé en cette ruine, [et qui] se trouve être institué par les sanctions légales.”

    Sans plus de commentaires…

  4. Jack dit :

    Voilà comment un des prédécesseurs de François traitait les religieux coupables d’homosexualité:

    Constitution du pape [Saint] Pie V sur la condamnation de l’homosexualité active des clercs catholiques romains (1568)

    “§. 3. C’est pourquoi, voulant poursuivre énergiquement ce que nous avons déjà décrété dès le début de Notre Pontificat [Constitution Cum Primum], Nous privons, de par l’autorité du présent canon, tous les Prêtres, et quels qu’il soient, et autres Clercs séculiers et réguliers, de quelque degré ou dignité qu’ils soient, pratiquant un crime si horrible, de tout privilège clérical, et de toute charge, dignité et bénéfice ecclésiastique. Ainsi, suite à cela, dégradés par le Juge Ecclésiastique, qu’ils soient livrés immédiatement à la puissance séculière, [et] qu’elle leur applique le même supplice, que celui concernant les laïcs ayant glissé en cette ruine, [et qui] se trouve être institué par les sanctions légales.”

    Sans plus de commentaires…

  5. Marie dit :

    Le probleme aujourdhui est que l’ homosexualite nest plus quun ” peche de jeunesse” ou une ” tendance” que lEglise doit “accueillir.”
    Le probleme suivant cest que le catechisme dit que cette conduite est ” désordonnée” et jamais ne sera légitime ni licite.cf les 2 testaments.
    Troisieme probleme les homosexuels se cooptent font société d’où la moitié de la société est exclue. Sexuellement psychologiquement, et professionnellement..
    La solution:
    Des femmes aux postes- clés de lEglise. Administratrices, theologiennes, universitaires ou simples religieuses. Collegues, coachs, conseillères.

    1. YR dit :

      Il n’est pas certain que mettre des femmes aux postes clés de l’Eglise éradiquera l’homosexualité des clercs, cela n’a rien à voir.
      La solution est peut-être de mieux former les candidats au sacerdoce :
      – avoir des spécialistes pour trier les vraies vocations c’est à dire à discerner l’appel du Christ, former les séminaristes à la prière et au vrai sens du sacerdoce, les mettre à part du monde le temps de leur formation, leur apprendre à préférer l’oraison que la télévision.
      – une fois ordonné, ne pas laisser le prêtre seul dans sa paroisse.
      Si cela était bien observé, je crois que les problèmes seraient déjà moins nombreux.
      Il est souhaitable que les femmes ne soient pas trop près des prêtres, ce n’est pas pour rien que les monastères veillent à séparer hommes et femmes. Ils sont complémentaires certes, mais la promiscuité engendre d’autres problèmes qui existent partout dans le monde du travail.

  6. Joseph 2 dit :

    Des femmes aux postes clef de l’Eglise, le péché de fornication existe aussi que je sache, la solution, c’est revaloriser la chasteté.

  7. Baggio dit :

    L’affaire Rica est un des très mauvais signes du début du pontificat du pape François . Mgr Ricca a eu une vie désordonnée . Son blanchiment est une honte. Il aurait du etre reduit à l’etat laic.

Traduire le site »