Gilets Jaunes : le silence des pasteurs est total

Download PDF

Le collectif Antioche, composé d’ecclésiastiques français, né durant la campagne présidentielle pour s’opposer à Emmanuel Macron, estime que la situation actuelle valide son analyse :

À la veille du second tour des élections présidentielles, nous faisions part de notre trouble sur le choix politique qu’encourageaient unilatéralement les évêques de France : « Qu’en est-il du programme de M. Emmanuel Macron, ultra-libéral oligarchique, mondialiste, transhumaniste, technocratique, anti-famille, européiste, euthanasique, abortif et eugéniste assumé ? Bon nombre de points ne sont pas plus conformes à l’Évangile ou aux principes non négociables de l’Église que chez son adversaire, en particulier si l’on en croit le pape François et Laudato si’. »

Nous y sommes. Un an et demi à peine après l’élection, la situation confirme toutes nos inquiétudes, aussi bien quant au fond du programme mis en œuvre, que par une multiplication de gestes offensants et de paroles humiliantes pour les Français ordinaires. Le président élu, en partie grâce aux évêques, a mené la France à un état de tensions et d’inquiétudes inimaginables.

Face à cela, le silence des pasteurs est total. Ils semblent KO debout, empêtrés dans les scandales moraux qu’ils n’ont pas su gérer en temps et en heure, et pris à leur propre piège de s’être liés si imprudemment au gouvernement actuel. Une fois encore, personne ne leur demande de prendre parti, ou de proposer des solutions techniques. Ce n’est pas leur rôle, mais leurs réactions épidermiques et contestables sur certains sujets particuliers dans le passé, éclairent douloureusement leur absence actuelle. Ces catholiques trop frileux, qui ont massivement voté pour le législateur prochain de la PMA, protégeant leur fric, leur semblant de paix sociale et leurs acquis bourgeois, attendent la fin des gilets jaunes pour partir au ski. Elles se taisent aussi ces associations, mouvements, qui, hier, signaient des déclarations pour ériger un rempart au soi-disant fascisme !

Il conviendrait à nos pasteurs d’appeler solennellement tous les catholiques à un élan spirituel, à une prière forte et unanime pour notre pays, pour ses dirigeants, et pour que tous (re)trouvent le chemin de la responsabilité, du bien commun et de la justice. En d’autres lieux et d’autres temps, l’Église multipliait les « messes pour la patrie ». Pourquoi ne pas le faire dans tous nos diocèses ? Il conviendrait enfin que les laïcs catholiques mettent leurs compétences au service de la Cité, au risque de leur confort et de leurs préjugés, pour que le mouvement des Gilets jaunes ne débouche pas sur une tragédie.

Pour notre part, dépourvus de tout pouvoir, y compris celui de donner notre avis à nos pasteurs, dans nos paroisses, discrètement mais sérieusement, nous allons prier et faire prier pour la France. Nous allons faire monter des prières pour que, si c’est la volonté de Dieu, les périls qui s’accumulent s’écartent de notre pays, et que nos autorités spirituelles et temporelles retrouvent les chemins de la raison.

Notre-Dame de France, priez pour notre pays.

Notre-Dame de France, priez pour ses gouvernants.

Notre-Dame de France, priez pour nos évêques.

Collectif Antioche