4 comments

  1. C.B.

    “Après l’échec, pouvoir se relever”. C’est exactement pour cela que l’Église a, me semble-t-il, interdit un nouveau mariage après “l’échec” (divorce civil). C’est le seul moyen de permettre au couple de se retrouver, peut-être très longtemps après ce constat d’échec, peut-être même seulement dans l’autre monde. C’est un magnifique témoignage de la force de l’espérance.

    • Isa

      En tout cas , tout dans l’annonce de cet évènement propose le contraire, avec la caution des écrits du Pape!
      Bel exemple de déconstruction constructrice parée des vertus de la charité!
      Ah le loup déguisé en berger! Les bonnes vieilles méthodes, il n’y a que ça de vrai!

  2. Faidherbe

    Le mariage religieux est un serment fait au conjoint dans le sang du Christ de l’aimer, le chérir et lui rester fidèle jusqu’à ce que la mort nous sépare. Ne pas rester fidèle c’est être parjure et avoir une relation sexuelle en dehors du mariage est un adultère. Maintenant il existe nombre de mariages religieux nuls : pour faire plaisir à un parent, parce qu’on est toujours passé à l’église dans la famille, etc… Après cela je voudrais ajouter une réflexion au témoignage que je viens de lire: une amie divorcée vient de ré-épouser civilement son conjoint (le mariage religieux était inutile puisque toujours valide.

  3. Reivax

    Je signale l’existence de la Communion Notre-Dame de l’Alliance http://www.cn-da.org/ : “Séparés, Divorcés, Fidèles” : “La Communion Notre-Dame de l’Alliance réunit des hommes et des femmes engagés dans un mariage sacramentel et vivant seuls à la suite d’une séparation ou d’un divorce. Dans la foi au Christ et l’amitié fraternelle, ils suivent un chemin de fidélité, de pardon et d’espérance.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *