L’évêque de Moulins plaide pour la devise de la République

Download PDF

Cri du cœur de Mgr Laurent Percerou :

Pour que cesse toute haine,

Pour que s’ouvrent de nouveaux chemins de fraternité.

Sur les frontons de nos mairies, trois mots sont écrits : liberté, égalité, fraternité. Trois mots qui constituent le socle de la nation française. Trois mots qui ont fait rêver et font rêver encore tant de peuples à travers le monde, soumis à l’oppression, à l’injustice sociale, à l’extrême pauvreté. Trois mots qui appellent au dialogue, à la concorde et à la recherche d’un avenir pour tous, quelques soient nos origines, nos religions, que nous soyons jeunes ou vieux, bien-portants ou porteurs de handicap… Pour le chrétien et l’évêque que je suis, ces trois mots m’invitent à prendre toute ma place dans notre communauté nationale, car ils habitent l’Evangile du Christ, les mots de ma prière. Ils colorent mes écrits, les textes de mes homélies et, je l’espère au moins de temps en temps, mes manières d’être, de penser et d’agir …

Liberté, égalité, fraternité… Certains d’entre nous les auraient-ils oubliés quand le langage des poings, la destruction et le pillage, les cris de haine et les menaces de mort font la une des médias depuis tant de semaines… Comment ne pas réagir, comme citoyen et comme chrétien, quand certains n’hésitent même plus à laisser libre cours à leurs plus bas instincts en recouvrant les portraits de Simone WEIL de la croix gammée, en sectionnant les arbres de la fraternité plantés sur les lieux où avait été retrouvé, il y a 13 ans, le corps supplicié du jeune Ilan HALIMI, ou en inscrivant « JUDEN » sur la vitrine d’un magasin parisien tenu par un frère juif.

Je voudrais ici manifester mon soutien, mon respect pour nos frères et sœurs de confession juive, qui appartiennent à cette communauté qui porte douloureusement le poids de la Shoa et qui pleure encore aujourd’hui tant des leurs qui ne sont jamais revenus de l’enfer. J’exprime tout particulièrement mon amitié à mes frères et sœurs de la communauté juive de Vichy et à tous les frères et sœurs juifs qui vivent dans le département. Je leur dis mon dégoût devant de tels actes, et ma fierté aussi de voir en eux mes ainés dans la foi, porteurs de la promesse. Je sais que lorsque je prie les psaumes, c’est avec eux et pour eux que je me tourne vers l’Unique, le Roi de l’univers.

Disciples du Christ, en ces temps troublés, il nous faut être à la hauteur de notre foi en Lui, le Prince de la Paix. Hommes et femmes de bonne volonté, nous devons être conscients que l’avenir de notre société dépend aussi de nous. Nous en sommes, en effet, à des titres divers, les acteurs : dans nos familles, sur nos lieux de travail, dans les associations, dans nos quartiers et nos villages, dans nos communautés chrétiennes… Devant tant de violence et de haine, alors que quelques vents mauvais soufflent à nouveau, il est temps de condamner, en paroles et en actes, les comportements qui déchirent le corps social et stigmatisent certains de nos concitoyens. Il est temps d’être des bâtisseurs de paix et de justice, en fidélité à notre foi et à notre devise nationale. Les débats qui sont organisés ici et là, même s’ils ne régleront pas à eux seuls tous les problèmes, peuvent être le moyen de rétablir le dialogue et de se découvrir membres d’une même communauté nationale, c’est pourquoi je crois important d’y participer.

Prions pour nos gouvernants qui ne doivent pas simplement éteindre un incendie, mais reconstruire, avec nous tous, une société dont la devise n’est pas qu’une inscription aux frontons des bâtiments publics, mais un idéal à viser, un programme à mettre en œuvre. Il y a urgence !

16 comments

  1. VILLEMOT

    Il me semble que l’on puisse être plus lucide que ce que dit l’auteur de ce texte.
    La devise de la république a une origine et un sens qui ont fait beaucoup de morts dans les rangs des hommes dotés de la foi théologale.
    La ritournelle autour de ‘frères ainés’ dénote une paresse intellectuelle confirmée par Benoît XVI. Aucun juif sérieusement pratiquant n’accepte cette formule à l’emporte-pièce car les frères aînés ont toujours le mauvais rôle dans la Bible hébraïque.

  2. kaouito

    Qu il s occupe de ce quoi il est un (piètre) représentant, son église et non pas de politique (maçonnique)

    s il n a pas encore compris ce que signifiait cette devise beaucoup de gilets jaunes et autres l ont comprise

    qu il retablise une Eglise (vrai) et pas une eglise paillasson ouverte a tous les abus en tournant le dos à Dieu, comme le fait la nouvelle messe, ou alors tout le rituel est faux.

    Notre Dame de la Salette nous avait prévenu, le clergé, a essayé de cachér son message, maintenant les médias alternatifs nous l ont transmis – il est trop tard pour ces vendus à l oligarchie nomade

    Soit il n a pas compris le système, soit il est aveugle et sourd, soit enfin il en fait parti

  3. ROYAL Pierre

    Bla bla bla… En voilà un qui aura la légion….. “d’horreur” pour son cas !!
    C’est très bien de dénoncer les actes (ignobles) antisémites, mais alors, en tant qu’Evêque, pourquoi pas un mot sur les profanations de 5 Eglises la semaine dernière? Quelle honte !!

  4. BMN

    la nouvelle génération d’évêques nommés depuis une décennie est assez inquiétante, car ces jeunes et maintenant nombreux épiscopes demeurent globalement comme leurs devanciers et ancêtres des 3 générations précédentes d’un conformisme mondain, horizontal et naïf consternant et désespérant, une espèce de bourgeoisisme orléaniste spirituel :
    – politiquement démocrates républicains (donc génétiquement révolutionnaires),
    – philosophiquement existentialistes (forme contemporaine du péché originel dans laquelle j’auto-engendre mon essence) et hégéliens (la synthèse de l’histoire en marche est création du saint esprit),
    – scientifiquement évolutionnistes (le péché des origines est le lent et merveilleux passage du big-bang à la matière inerte, d’où l’apparition du vivant, d’où l’apparition de l’esprit et de l’humain et maintenant émergence christique de la noosphère),
    – géo-politiquement mondialistes (nécessité d’un gouvernement mondial, réchauffement anthropique de la planète, …),
    – théologiquement modernistes (rationalisme, scientisme, nouvelle théologie, exégèse historico-critique des écritures, …),
    – religieusement relativistes (éthique de responsabilité plutôt que de conviction),
    – autorité épiscopale inversée (déconstruction du pouvoir où le pastoral est supérieur au doctrinal)
    – ”last but not least, … in cauda venenum, …” : obsession maladive absolue, véritable hubris spirituel, acmé de la pensée, concernant l’immuable, intouchable et sacro-sainte Shoah (les exterminations et sacrilèges anticatholiques/chrétiennes sont d’importance secondaire et toujours négociables)
    en bref toujours en retard de plusieurs trains … notre Dieu, notre Dieu, pourquoi nous avoir abandonnés ?

  5. l’Evêque de Moulins est un résidu de la machinerie révolutionnaire développée au siècle dit des “lumières” et qui a abouti à l’institution de la république : une conception politique immanente de la société, “totalitaire” en ce qu’elle impose une conception d’ensemble de l’Homme et de la société dans laquelle il n’existe RIEN au-dessus de la Loi pour justifier un prétendu “vivre ensemble”.
    Ce “citoyen évêque” a jeté à la “poubelle de l’Histoire” la mort et le martyr des catholiques victimes du Laïcisme révolutionnaire/républicain, morts à cause de la foi catholique, pour “DIEU et le Roi très chrétien, lieu-tenant de DIEU”, le génocide vendéen, les noyades de Nantes, les martyrs de Septembre, etc…
    Le “citoyen évêque Percerou” en fonction dans l’Eglise mériterait le sort de l’ex-Cardinal Carrick renvoyé de l’Eglise ces jours-ci.
    Pour sa défense, le citoyen Percerou peut arguer avec les hommes d’Eglise, depuis le Concordat napoléonien (religion du plus grand nombre des français, religion d’Etat, exit =l’unique religion du seul vrai Dieu), les “Ralliements” à la république et la course à la modernité effrénée depuis Vatican II, qu’il n’est pas le seul à perpétrer ainsi le “reniement de Pierre”.
    Les choses étant ce qu’elles sont, comment s’étonner alors de l’effondrement de l’Eglise et des catastrophes collatéralles, sociétales, politiques.
    La France et l’Eglise de France dans l’abandon du “Pacte de Reims” courent à leur ruine ! (pour l’heure et pour combien de temps encore ?).

  6. BMN

    À propos des §§ sur Simone Veil (avec un V, et non pas Weil la philosophe), halimi, juden, shoa, vichy … une phrase du raciste Voltaire : ”si vous voulez savoir qui a le pouvoir, demandez-vous qui vous ne pouvez pas critiquer”

  7. Gaudete

    il est FM ou quoi pour faire l’apologie de ces trois mots qui reflètent à eux seuls la révolution, l’assassinat de Louis XVI et le massacre des vendéens, qu’il nous dise où est la liberté, l’égalité et la fraternité dans ce pays vendu aux puissances étrangères? et il croit à une incantation pour revenir à la véritable liberté, la véritable égalité, quant à la fraternité n’en parlons même pas, tant que le pouvoir tyrannique en place laissera faire les voyous islamistes gauchistes et j’en passe, tant qu’il détruira la famille et qu’il autorisera et remboursera l’avortement et bientôt l’euthanasie etc…. Tant que l’avortement sera glorifié sur les autels de la ripoublik maçonnique, la violence se propagera et continuera de plus belle et pour ce qui est de l’antisémitisme, il devrait nommer les vrais auteurs il ne sont pas tellement le fait de français de sang et de souche et que les politicards et même les évêques n’aient pas peur de les nommer!

  8. Gilberte

    Bravo pour cette défense des insultés menacés de haine antisémite. Mais Jésus Christ insulté, piétiné dans ses églises vandalisées n’est-Il pas un grand oublié: Il n’est pas nommé
    Il est Dieu, né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu, dit le credo

  9. A chacun son credo, Monseigneur. Le vôtre est: “Liberté, égalité, fraternité”, le mien est le Symbole des apôtres. Si dans votre religion, la priorité est de servir l’homme à travers la devise de la république, dans la mienne elle est avant tout de servir Dieu; ce Dieu qui, en Jésus-Christ est mort et ressuscité pour nous sauver du péché et de la mort éternelle. Comme vous le voyez, tout nous sépare. Il est vrai que je suis catholique et que, ne vous en déplaise, plutôt que la philosophie des lumières, j’ai choisi le message de Celui qui est la lumière.
    Adresse site internet: jpsnyers.blogspot.com

  10. Tite

    On ne peut pas être catholique et républicain… totalement antinomique… voire, schizophrène.
    Je rappelle la devise COMPLÈTE de la république française :

    La liberté,
    L’égalité,
    La fraternité…
    … OU LA MORT !!!

    Des centaines de milliers de Français en ont subi les conséquences.
    La France est la terre des martyrs… de la révolution “dite française” et de la “République”.
    Il est indigne de cautionner un régime qui a massacré un peuple attaché à son Dieu, à son Roi
    et ses prêtres !
    Il est indigne de ne pas voir, de ne pas savoir que ce régime a servi de modèle aux pires tyrannies du monde moderne (soviets, maoïstes, nazis,….).

    Tout était dans cette révolution :
    Les camps d’extermination,
    Les Vendéens brûlés dans des fours ou dans leurs églises,
    Des régions entières affamées, dévastées,
    Des villes brûlées, rasées (comme Lyon),
    Des prêtres, des religieuses, noyés, massacrés,
    Des femmes enceintes éventrées,
    Des enfants, des bébés, fracassés contre les murs,
    Des milliers de gens “raccourcis”… comme ils disent… et même leurs chiens ! à tel point que lorsque l’on a creusé sous la place de la Concorde pour installer les lignes de métro, à quelques mètres de profondeur et sur une large surface, la terre était gorgée de sang séché !

    Ci-dessous, un extrait des études de Reynald Secher :

    Il énumère les différents moyens proto-industriels mis en œuvre par les émissaires du Comité de Salut Public et de la Convention montagnarde :

    aux Ponts-de-Cé des sacs sont réalisés en peau d’homme ou de femme, des pantalons de gendarmes sont confectionnés en peau humaine,

    les fours à pain sont utilisés pour brûler vifs les villageois, aux Lucs-sur-Boulogne la crémation a lieu dans l’église,

    des camps d’extermination sont établis à Noirmoutier,

    des essais de gazage infructueux sont réalisés par le chimiste-député Antoine-François Fourcroy, puis par le pharmacien Joseph Louis Proust qui a mis au point un dispositif utilisant une boule de cuir,

    des bateaux sont coulés dans la Loire ce sont les « noyades des galiotes », les « mariages républicains » consistent à dévêtir puis à lier par couple hommes et femmes avant de les noyer à Nantes,

    à Clisson la graisse est extraite par carbonisation des villageois, elle est utilisée pour faire du savon.

    NON ! On ne peut pas être catholique et républicain !
    A vomir ! Hélas, pas le seul…

  11. Nos élites de 1789 ont eu l’astuce de mettre un point entre chaque mot des sois-disant “valeurs de la république”
    Liberté. Egalité. Fraternité.
    Ce qui signifie en clair :Qu’il n’y a : Ni Liberté, Ni Egalité, Ni Fraternité.
    A moins qu’entre les “Frères des loges.
    A bon entendeur salut !
    Kephas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *