Mgr Brouwet sous surveillance ?

Download PDF

Mgr Antoine Herouard, évêque auxiliaire de Lille et ancien secrétaire général de la Conférence des évêques de France et ancien supérieur du Séminaire français de Rome, a été nommé délégué pontifical pour le Sanctuaire de Lourdes au terme d’une visite canonique menée par Rome.

Mgr Brouwet publie ce communiqué :

Cette nomination est un témoignage de l’intérêt que porte le Pape à notre sanctuaire. Cette aide est la bienvenue pour nous aider à mieux structurer notre organisation interne et nous mettre toujours plus au service des pèlerins
Pendant la durée de son mandat au sanctuaire Mgr Hérouard présidera le conseil de Lourdes et prendra toutes les décisions qui lui sembleront opportunes pour la vie du sanctuaire. Rien ne change, en revanche, pour notre diocèse.
Mgr Hérouard nous apportera ses compétences et son expérience pour que le sanctuaire devienne toujours plus « un lieu de prière et de témoignage chrétien correspondant aux exigences du peuple de Dieu » (Lettre de nomination envoyée à Mgr Hérouard).

Sans que l’on sache précisément les faits reprochés à l’évêque de Lourdes et aux responsables du sanctuaire marial, Mgr Hérouard est chargé de veiller à « accompagner l’accueil des fidèles ». Andrea Tornielli, du dicastère pour la communication du Saint-Siège, indique

«La décision est en ligne avec celle déjà prise en 2017 pour Medjugorje: le pape François tient de façon très particulière au soin des pèlerins et désire que les centres de dévotions mariales deviennent ‘toujours plus un lieu de prière et de témoignage chrétien correspondant aux exigences du peuple de Dieu’. «Il faut noter que la nomination du délégué n’est pas à durée indéterminée, (comme celle de Mgr Hoser à Medjugorje) ce qui signifie, que dans l’intention, cette charge n’est pas permanente dans le temps mais qu’elle est finalisée par le soin pastoral et spirituel des pèlerins. Le pape François qui tient beaucoup à ce soin pastoral, désire accentuer le primat spirituel face à la tentation de trop souligner l’aspect gestionnaire et financier. Il veut davantage promouvoir la dévotion populaire qui est traditionnelle dans les sanctuaires».

Cette nomination sonne comme un désaveu pour l’évêque de Tarbes et Lourdes, Mgr Nicolas Brouwet, nommé en février 2012.

La Conférence des évêques de France n’a été avertie que très tard de l’enquête menée à Lourdes par l’envoyé du pape, Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation et chargé des sanctuaires à travers le monde.

Les faits reprochés à Mgr Brouwet seraient des « peccadilles » : recherche active pour trouver de l’argent pour la survie des sanctuaires, installation de plusieurs machines pour vendre des médailles souvenir à l’entrée du sanctuaire…

En avril , après 10 années passées dans le rouge, le Sanctuaire de Lourdes annonçait avoir terminé l’exercice 2018 à l’équilibre, avec même un excédent de 200 000 €. Tout ceci semble donc être un prétexte. Mgr Brouwet avait recruté il y a trois ans un ancien DRH de Renault France, Guillaume de Vulpian. Il annonçait un retour à l’équilibre au prix d’une réduction des dépenses de fonctionnement et en augmentant les recettes: celle des ventes de cierges notamment et par une légère augmentation de la contribution demandée aux pèlerinages organisés. Mais cette phase a créé un trouble chez les employés mais aussi parmi certains clercs ou chez les directeurs de pèlerinage, au point que le Vatican a dû lancer – selon les procédures habituelles quand une difficulté surgit dans l’Église – une enquête sur place qui a été très discrètement conduite ces derniers mois par l’archevêque italien, Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pour la Nouvelle Evangélisation. Cette structure vaticane a effectivement pour mission de veiller sur les grands sanctuaires du monde.

D’autres reprocheraient à l’évêque son classicisme, liturgique et doctrinal…  Mgr Fisichella a effectué plusieurs séjours à Lourdes pour y rencontrer Mgr Brouwet, ainsi que le recteur du sanctuaire le père André Cabes, le directeur général Guillaume de Vulpian, et plusieurs responsables et employés.