En Une

Les évêques et le Motu Proprio

Commentaires (16)
  1. Arome dit :

    Personne ne sera content, il faut pourtant que certaines choses soient dites.

    L’allergie de l’épiscopat à la forme extraordinaire (FE) devrait les interroger eux-mêmes. Certains gestes autorisés ne leur posent pas de problèmes : communion dans la main, ouverture des mains au Notre Père… pourquoi cette crispation sur le latin ? Question candide, qui ignore volontairement l’Histoire, mais qui demeure : cette crispation sur la FE, et sur la FE seulement, est-elle un signe de pleine liberté spirituelle et de paix intérieure ? Pas sûr.

    Pour les fidèles FE (dont je fais partie), il faut être honnête : beaucoup n’ont pas compris que le renouvellement des générations ouvrait grand les diocèses, et qu’il fallait s’y investir en masse. Une sorte de Sens Commun dans l’Eglise, sauf que dans l’Eglise ça aurait eu plus d’efficacité. Une belle occasion ratée, peut-être pas encore fermée. Ensuite, et le point est grave, il y a deux commandements dans l’Eglise : aimer Dieu, ce qui inclut le culte et l’union continuelle du coeur avec Dieu. De là découle le 2e commandement : aimer son prochain comme soi-même, selon le trop plein du coeur qui découle de l’union du coeur avec Dieu. De là une certaine charité, une douceur dans les rapports avec le prochain et une volonté d’aller vers lui. De point de vue, il est difficile de nier qu’il y a une vraie marge de projet (quelque soit le rite employé, c’est vrai. En général, l’ouverture est plus facile dans les grandes villes, l’anonymat de la foule permettant peut-être de savoir qu’on peut toujours se fondre dans la foule comme dans une zone refuge. A la campagne, l’anonymat est impossible, et l’union fraternelle vraiment héroïque). Je mentionne ce point parcequ’il est souvent défaillant. Il semble que ce soit lié à la génération, à la taille de la ville, et aussi à une certaine conscience et profondeur de l’amour de Dieu. Le culte ne suffit pas, s’il n’y a pas une volonté continuelle et concrète d’union au Coeur de Jésus.

  2. Arome dit :

    PS : qu’on ne s’y trompe pas cependant : le plus grand problème est celui du refus de certains clercs d’appliquer les décisions pontificales. C’est là, et de loin, le plus grand scandale. La persistance d’un tel autisme du coeur interroge : pourquoi ont-ils tant de mal à comprendre ce qui attire les fidèles vers la forme extraordinaires ? Quant aux difficultés des fidèles se trouvent dans toutes les communautés (latin ou pas), même si celles en latin n’y échappent pas (et elles devraient, car elles sont plus scrutées que les autres, et devraient montrer l’exemple des merveilles de l’amour de Dieu).

  3. Gaudete dit :

    Pauvres évêques (enfin la plupart) qui se révèlent d’un sectarisme à toute épreuve. Au lieu de se servir de la Foi qui règne chez les fidèles de la Messe St Pie V, ils se gaussent. Quand on voit les résultats pathétiques qu’ils ont dans leurs diocèses. S’ils étaient “normaux” ils se poseraient des questions et chercheraient pourquoi ça ne marche pas chez eux. Mais non, on enfoui la tête dans le sable et on achève le travail de destruction qui a été commencé

  4. R dit :

    Bi formaliste?
    C’est un peu comme si on obligeait les homosexuels, pour avoir le droit de suivre leur penchant (certes contre-nature), à être bi régulièrement.

  5. Excellent, merci à Paix Liturgique.
    La première remarque est phénoménale !
    Les évêques français vont se libérer quand ? Demain, le 20 janvier ?

  6. Kevin dit :

    Quoi de plus naturel que les catholiques préfèrent garder leur liturgie et respecter le Saint Sacrifice de la Messe ! Ils attendent avec impatience de remettre le Christ Jesus au milieu de son Église avec sa très Sainte Mère.

    Les catholiques ne sont pas séduits comme Jean-Paul II à embrasser le coran, ni à faire le jeu des hérétiques protestants et des francs-maçons comme Paul 6, ni à se prosterner à plat ventre parterre devant la déesse sud américaine (et pas belle) pour l’adorer, comme les acolytes conciliaires de Bergoglio dernièrement au Vatican ! Alors que les mêmes ne se mettent même plus à genoux devant le Christ Dieu qu’ils ont relégué avec la très Sainte Vierge Marie sa mère ! etc …

    Depuis longtemps les conciliaires ont confirmé leurs totifrotis avec les ennemis de l’Eglise. Ni bi-catholiques, et avec une religion pas du tout parallèle, ils se sont destinés par leur orgueil ´créatif ´ et leurs renoncements à tomber dans un cul de sac vide.

    Continuons à prier, le Christ n’abandonnera pas son Église, qu’il nous donne beaucoup de saints prêtres et beaucoup de saintes vocations religieuses dont nous avons tant besoin pour avoir des évêques, des cardinaux et des papes catholiques.

  7. Courivaud dit :

    L’encéphalogramme “des évêques de France” reste toujours aussi plat et pourtant nous avons reçu tant de signaux d’avertissements céleste et terrestre en 2019 (incendie de Notre Dame) et 2020 (“auto-interdiction” des cérémonies religieuses au sens large décidée par les évêques eux-mêmes, y compris pour certains malades décédés du COVID-19).
    Faudra-t-il leur enlever la crosse la mitre pour qu’ils réagissent enfin ?
    Mais enfin, pourquoi les “bons évêques” considérés comme “pro-Summorum Pontificum” ne ne sont pas désolidarisés de tels propos ?
    Là aussi, il faudra que les choses changent. Je ferai déjà remarquer qu’ils ne sont pas venus à la manifestation de dimanche 17 janvier pour la défense de la vie.

  8. M. Jean-Paul Benoist dit :

    Mes bien chers Amis,

    Il reste donc si peu de Foi! “Quand le Fils de l’homme reviendra sur terre, trouvera-t-Il encore la Foi?” C’était bien entendu l’Homme qui parlait, en tant que Dieu=union hypostatique, évidemment, Notre Seigneur Savait! N’oublions jamais ces Grandes Leçons, prions, méditons, contemplons, faisons l’exercice de l’Elévation à Dieu! Le Saint Rosaire (La Salette, Lourdes, Pontmain, Pellevoisin, Banneux, Beauraing…
    Pénitence, pénitence, pénitence… Ne jugeons surtout pas: après tout, ne sommes-nous pas tous que de pauvres pécheurs! Et nous n’avons même pas le droit de nous juger nous-mêmes! Pas le choix: le Juge sera, qoiqu’on en veuille toujours Le même, tout le monde le sait! Par contre, pour l’eau tiède, je suis innocent (pour une fois), ce n’est pas moi! Pour le reste, même si l’on n’a pas commis l’irréparable, s’en croire capable sera toujours vrai!

  9. M. Jean-Paul Benoist dit :

    Courage, Votre Grandeur!

    C’est bien par le début qu’il faut commencer, pas par la fin. En très grande union de prières,

    Avec mon plus grand respect et en union de prières.

    Je ne sais pas grand’chose: je ne suis qu’un pauvre pécheur, mais cela, au moins, je le sais!

    Très humblement vôtre, le petit rien du tout.

  10. Joelle le Morzellec dit :

    Je regrette profondément le point de vue épiscopal officiel.
    En effet en participant à la messe traditionnelle, nous avons le sentiment de nous reconnaitre dans les chants que nous connaissons, en français ou latin, sentiment d’appartenir à une véritable communauté qui “communie” dans le chant. Jamais je n’ai ce sentiment de communauté dans ces messes où les chants n’ont aucune beauté, personne ne les connaît, ils ne résonnent pas en nous, ils ne nous évoquent rien. C’est pourquoi les jeunes veulent cette liturgie, qui est belle et nous transporte.
    Dans le département du Calvados où j’habite actuellement, malheureusement, personne ne connaît ces chants “modernes”, pourtant désormais vieillots, et ces chants au cours des messes sont lamentables.
    Pourquoi refuser la beauté qui mène à Dieu ?

  11. Pierre FLÈCHE dit :

    Ce résumé révèle une fois de plus que la CEF poursuit sa ligne dictée par la franc maçonnerie.
    Heureusement, l’Esprit Saint veille, et les jeunes prêtres seront sans doute moins faciles à maîtriser que leurs ainés soixante-huitards.

  12. Tony dit :

    Il fallait bien sortir ce torchon pendant la semaine de prière pour l’unité des chrétiens ! Quelle maladresse! On invite le Pasteur protestant , pendant qu’ on calomnie et on tape sur le Frère catholique !

    Qui l’a écrit? Pas de signature . Des anonymes apparemment. Tous les évêques l’ont lu avant publication ?
    Pas une mise en garde d’un seul d’entre eux ! Viendra t’il cet erratum? Je devine qu’un certains nombres d’eux vont se faire entendre à la maison de l’épiscopat parisienne..

    On peut aussi faire un état des lieux pour la Messe Montini-Bugnini et il y aura à dire ! Il faut s’interroger sérieusement sur son origine plus que douteuse.
    La Constitution Sacro Sanctum Concilium sur la liturgie n’est pas appliquée; ni étudiée et est jetée aux orties; elle n’est pas mise en œuvre correctement Le concile est dépassé pour les milieux for. J’assiste à la Messe ordinaire depuis le début et la décadence se poursuit inexorablement d’où l’abandon de nombreux catholiques pour la Messe dominicale. Il faut que les évêques se ressaisissent rapidement sinon cette forme ordinaire de la Messe va disparaitre.
    Il faut des nominations épiscopales de prêtres maitrisant les deux formes et qui fassent appliquer correctement la For;
    Quant à moi je participe aux deux formes et mon choix va sans hésitation pour la Messe de Jean XXIII qui a assurément un bel avenir !

  13. Arome dit :

    Les commentaires sont intéressants. Certaines questions sont légitimes :

    – pourquoi est-ce que les évêques laissent un organisme bureaucratique confisquer leur parole ?

    – quand et que faudra-t-il pour que les évêques reprennent autorité sur les rédacteurs de leurs compte-rendus ?

    – qui exigera avec suffisamment de force la dissolution de la CEF, et quand ?

    Les autres questions sont de plus long terme. Cela étant, la dissolution de la CEF me paraît un objectif consensuel (pouvant fédérer catholiques sincères de toutes les tendances), et réaliste (la CEF n’est pas bien établie théologiquement. Plus d’un évêque doit râler, mais en sourdine, donc l’édifice est déjà affaibli). Question suivante : qu’est-ce qui motivera les laïcs en nombre suffisant pour enfin passer à l’acte ? La question du COVID, de la perte de foi publique dans les vertus de la prière et de l’eau bénite (y compris à Lourdes !!), les acceptations des limitations de messe ont frappé plus de gens que la question (réelle, mais ancienne et peu fédératrice) de la messe en latin. Pour autant, tout le monde aurait intérêt à commencer par supprimer la CEF. C’est même plutôt enthousiasmant, et puis ça ferait de économies – et en limitant l’impact carbone, ce serait bon pour la planète ! Qui lance la pétition ?

  14. Marcos dit :

    “Plusieurs évêques soulignent l’importance d’offrir cette possibilité de célébration pour permettre aux fidèles de conserver un lien avec l’Eglise catholique et ainsi leur éviter de chercher à rejoindre des communautés ou des lieux desservis par les prêtres de la FSSPX. Toutefois, lorsqu’un lieu tenu par la FSSPX se trouve à proximité, il n’y a pas de flux notable de retour à l’Eglise catholique” (page 2)
    ” (SP) évite quelques départs vers la FSSPX” (page 3)
    ” (L’archevêque de Rennes nous dit : ) la FSSPX a catégoriquement refusé le prêtre que j’ai envoyé (pour un mariage)” (page 5).
    Autrement dit : l’ennemi c’est la FSSPX, qui ne fait pas partie de l’Eglise catholique, même si Mgr d’Ornellas s’obstine à leur envoyer des prêtres. Pourtant, le rédacteur du libelle s’en prend systématiquement à la FSSP, ces mauvais camarades qui ne veulent pas célébrer selon le nouvel ordo. “C’est à vous que je parle, ma soeur”.
    Autre incongruiité ; “célébrer ad orientem peut être un antidote au risque de cléricalisme”. Là, on demande un dessin …

  15. c dit :

    C’est vraiment consternant de lire un tel rapport. Et à une époque où l’on a le mot transparence sans arrêt à la bouche dans les hautes sphères, là on ne sait absolument rien sur la façon dont les diocèses ont travaillé sur le dossier et si les évêques ont rencontré des fidèles de la FERR. Mais il est vrai que dans certains diocèses, l’on préfère des églises fermées et l’absence de pratique religieuse catholique que des églises confiées à des prêtres FERR.
    L’ouverture aux autres, oui, mais pas catholiques désirant la messe de toujours.

  16. Courivaud dit :

    réponse à Arôme (son courriel du 24 janvier 2021)

    Tout à fait d’accord avec vous, “trace carbone” excepté (ce nest pas la peine d’imiter Greta).

    Il revient à la VRAIE presse catholique, qu’elle soit sur papier ou en ligne, de lancer cette pétition demandant la suppression de la CEF
    Il me semble que l’on devrait agir comme cela.
    Plus exactement : il revient à plusieurs associations ayant le souci du maintien de la tradition au sein de l’Eglise catholique de se concerter pour définir ensemble les termes de cette pétition et demander à ladite presse de la faire publier.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »