Non classé

L’institut Docteur Angélique n’est pas reconnu par les diocèses de Tournai et de Namur

Commentaires (5)
  1. Pierre Mary de Montamat dit :

    Ah ben il était temps que vous ouvriez les yeux après lui avoir donné du ‘cher Arnaud’ !

    Bravo à vous ! Il faut dire aussi que la patience de l’abbé Pagès a été mise à rude épreuve, merci à lui !

    Et il faut dire aussi que même Anne Brassié était tombée dans le panneau (Mauvaise Nouvelle) !

    En effet son dossier est lourd. C’est tout de même un des rares à avoir dit que st Thomas d’Aquin ne savait pas ce qu’était le mariage et que nous avions du attendre le saint Concile Vatican II dans son enseignement infaillible pour le savoir !!! Ca ne s’invente pas, mais avec Arnaud, c’est cadeau !

    1. Rédaction Riposte Catholique dit :

      Droit de réponse d’Arnaud Dumouch

      En 2015, à l’heure où les Instituts de formation philosophique et théologique déclinaient en Belgique, le vicaire épiscopal de l’enseignement de Namur, l’abbé Henri Ganty, avait participé à la fondation et reconnu le diplôme d’un nouvel institut sur Internet.

      http://docteurangelique.free.fr

      Depuis quelques temps, une campagne violente sur Internet est organisée par un abbé parisien, l’Abbé H. Celui n’a pas reçu mandat de l’Eglise pour se prononcer. Il vient d’être recadré par son ordinaire, Monseigneur Philippe Marsset qui lui a enjoint de cesser.

      Monseigneur André Léonard, archevêque émérite de Maline-Bruxelles à l’époque de la fondation de l’Institut, a répondu de manière ferme le 21 juin 2021 par la lettre suivante dont on trouvera la reproduction ici :

      http://docteurangelique.free.fr/fichiers/MgrLeonardIDA.pdf

      Citation du document :
      « La qualité des cours philosophiques et théologiques proposés par l’Institut Docteur Angélique force l’admiration. Ils sont inspirés par la conviction que la science et la foi doivent marcher de concert, ce qui rejoint une intuition centrale de saint Thomas d’Aquin.

      En philosophie, les cours s’inspirent de l’interprétation du thomisme développée par le Père Marie-Dominique Philippe, mais en y incorporant des approches complémentaires : psychologie, sociologie, sciences modernes et même l’intérêt, pleinement justifié, pour les EMI (Expériences de mort imminente).

      En théologie, fidèle à Thomas d’Aquin, l’Institut Docteur Angélique, suit l’interprétation donnée par Benoît XVI dans Spe Salvi, § 47, et applique néanmoins aussi au moment de la mort de l’individu ce que Thomas réservait pour l’eschatologie générale.

      Pape Benoît XVI, décembre 2007 encyclique « Spe Salvi, 47 : “Certains théologiens récents sont de l’avis que le feu qui brûle et en même temps sauve est le Christ lui-même, le Juge et Sauveur. La rencontre avec le Christ [dans le passage de la mort] est l’acte décisif du Jugement [individuel]. Devant son regard s’évanouit toute fausseté. C’est la rencontre avec Lui qui, nous brûlant, nous transforme et nous libère pour nous faire devenir vraiment nous-mêmes”.

      Je considère donc que les étudiants ayant suivi le cursus proposé par l’Institut Docteur Angélique ont effectué l’équivalent de deux années de philosophie et de deux années de théologie.

      Sur cette base, J’encourage les Institutions dispensant un enseignement philosophique et théologique à tenir compte des résultats obtenus auprès de l’Institut Docteur Angélique et à accueillir les étudiants voulant poursuivre des études en la matière.

      Monseigneur André Léonard, archevêque émérite de Malines-Bruxelles »

      Au plan canonique, le vicaire épiscopal de l’enseignement du diocèse de Namur (l’abbé Henri Ganty) avait fondé et reconnu l’Institut Docteur Angélique. 356 étudiants se sont inscrits à ce jour. Il délivre un diplôme reconnu comme équivalent à deux années de philosophie et de théologie en Belgique.
      Pour accéder aux reconnaissances :
      http://www.belgicatho.be/archive/2021/07/05/reconnaissance-des-etudes-et-du-diplome-de-l-institut-docteu-6325313.html

      Arnaud Dumouch

  2. de Labriolle Philippe dit :

    Arnaud Dumouch, dans une prétendue réponse à De Meester parue en septembre 2020, soit avant celui auquel il répond, a fait connaître sa gnose, qu’il emprunte à Marthe Robin. Il dit que cette dernière serait l’inspiratrice de Gaudium et Spes 22-5, dont l’énoncé rompt avec l’enseignement constant, mais s’accorde avec le concept, lui-même hétérodoxe, de mort-passage, au cours de laquelle une révélation privée serait octroyée à tout homme. Lequel, face à un Christ mendiant d’amour, ferait, ou pas, l’aumône de lui-même, quel que soit son état de vie. Ceux qui exigent d’aller en enfer ne seront pas contrariés, ceux qui optent pour le paradis non plus. Le lobby qui veut faire canoniser Marthe Robin a pour objectif ultime de faire dogmatiser Gaudium et Spes 22-5, puis de faire nommer Marthe Robin Docteur de l’Eglise. A l’objection selon laquelle l’Eglise n’a plus de raison d’être, AD excipe que seul le stress du jugement disparaît…. Il proteste de son orthodoxie, se déclarant victime des progressistes…

  3. Horovitz dit :

    Comme à son habitude Dumouch ment avec un aplomb extraordinaire : je n’ai jamais été recadré par Mgr Marsset bien au contraire l’avenir le fera comprendre aux lecteurs.
    Fallait il donc une lettre d’un évêque émérite de 2021 pour prouver l’existence d’un prétendu institut qui existerait depuis 2015 ? Bizarre comme démarche non?
    Que Marie vous protège
    Père O.H

  4. Horovitz dit :

    De plus je n’ai jamais fait « de campagne violente » mais j’ai simplement voulu initier un débat sur YouTube de questions réponses, allez voir sur mon site.
    Dumouch n’a pas répondu à 5% des questions car elles ne lui plaisent alors évidemment transformation de Dumouch ce débat devient une campagne violente.
    Alors il faut faire venir du monde pour La Défense !
    Père O.H

Traduire le site »