En Une

Traditionis Custodes : les modernistes déclarent la guerre aux cantiques et à la liberté

Article suivant
Les bêtises de Mgr Batut
Commentaires (8)
  1. Courivaud dit :

    On s’en moque un peu. Ils vont s’éteindre.
    Quant à nous, restons vigilants et quittons l’entre-soi.

  2. lamblin dit :

    No comment

  3. gaudete dit :

    On ne comprend pas très bien est-ce Chiron qui parle ou est-ce un vulgaire journaleux du torchon qu’est le prétendu organe de la CEF? Je ne pense pas que ce soit Yves Chiron mais plutôt un de ces idéologues du journal et aller rechercher un cantique de 1880 et pourquoi pas du Moyen-Age et d’ailleurs ces cantiques n’étaient-ils pas aussi beaux que les niaiseries qu’on entend aujourd’hui durant les messes protestantes conciliaires? Quand on lit les bêtises de Mgr Batut, on est endroit de se demander si la majorité de l’épiscopat français n’a pas des idées frelatées et pas très ragoûtantes sur le sujet.

  4. Christian Loddé dit :

    La (B) manière de la Croix ! les journalistes de la Croix ont-ils jamais assisté à une messe célébrée selon le rite traditionnel ?

    Si oui , ils auraient constaté la diversité sociologique des fidèles ! Évidemment les assistants s’habillent correctement comme tout
    le monde devrait le faire pour célébrer Notre Seigneur !
    Quand vous allez dîner chez des amis , vous ne portez pas des blue jeans troués ….

  5. Patrick BUISINE dit :

    Il y a trop longtemps que le seul titre de ce journal constitue une véritable escroquerie intellectuelle !

  6. TD dit :

    Cet article est une illustration de la révolution : on revient au régime des suspects. Les traditionalistes sont suspects : les cantiques, les homélies, les règles sanitaires …
    La messe traditionnelle représente le monde ancien et de ce monde ancien rien ne doit subsister. Tout doit être détruit.
    La messe traditionnelle qui est à l’opposé de la révolution conciliaire car elle affirme toute la foi catholique est insupportable aux modernistes qui veulent l’éradiquer par tous les moyens.
    Benoit XVI avait tenté de concilier la Tradition avec la révolution de Vatican II -son expression était “herméneutique de la continuité”- mais manifestement cette interprétation ne tient pas.
    Vatican II est bien une révolution qui veut anéantir tout ce qui représente la Tradition.
    Vatican II était 1789 dans l’Eglise comme (disait le cardinal Suenens).
    Avec le sinistre pape actuel on est passé en 1793

    1. Rédaction Riposte Catholique dit :

      Bon, petit message d’espoir : on n’est plus très loin de 1795 (premier assouplissement de la liberté de culte sous le Directoire), ni de 1802.

  7. TD dit :

    Bien sur après la révolution est venu Napoléon qui avec le concordat de 1801 a rétabli le culte catholique en France. Mais ce concordat n’était guère favorable à l’Eglise (l’Eglise devait accepter d’avoir été spoliée de ses biens durant la révolution et ne pas les récupérer, les évêques nommés par le gouvernement, le catholicisme n’était pas religion d’Etat) et le pape Pie VII qui n’était guère enthousiasmé par ce concordat ne l’a accepté que pour rétablir le culte catholique en France.
    Pour en revenir à la situation actuelle l’herméneutique de la continuité si chère à Benoit XVI (un peu comme Napoléon qui a rétabli l’ordre en gardant les principes de la révolution) a montré ses failles.
    Désolé de contredire les catholiques conservateurs mais la racine du mal vient bien du concile Vatican II.

Traduire le site »