En Une

Vaccins, messe : Mgr Schneider dénonce la « confusion qui prévaut dans la vie de l’Eglise »

Article précédent
Des nouvelles du Cardinal Burke
Commentaires (7)
  1. Courivaud dit :

    Je me contente de commenter la partie de l’entretien qui parle de la crise sanitaire, mais je ferai court.
    Mgr Schneider dénonce et explicite « la confusion qui prévaut dans l’Eglise » à propos des vaccins. C’est le moins que l’on puisse dire, mais il faudrait ajouter :
    – que beaucoup d’évêques appliquent un « silence-radio » à ce sujet et c’est bien regrettable ;
    – que même ceux qui maintiennent la liturgie traditionnelle, en France, par exemple, ne se sont pas franchement exprimé (à une excellente exception : Mgr Aillet, voire même Mgr Ginoux, et pourtant ils sont « conciliaires », diront certains)
    – mais aussi que les fraternités qui « pratiquent » le rite traditionnel ont été pour le moins fluctuantes pour définir à l’attention des fidèles l’attitude à suivre face à la crise sanitaire, certaines ne s’étant pas montrées franchement combatives pour exiger par exemple, le respect de la liberté du culte face au confinement arbitraire qui avait été imposé par les pouvoirs publics.

    Si l’on considère que la question du vaccin est liée aujourd’hui à l’imposition du passe sanitaire (Mgr Schneider ne s’y penche pas directement, seulement par allusions, et pour cause : il ne dispose pas d’un « observatoire » des 180 pays de l’ONU concernés par la crise sanitaire !, le Vatican, si !) et aux atteintes faites aux droits fondamentaux induits de cette mesure administrative, on ne peut pas dire que les fraternités « traditionnelles » disposent d’un magistère adéquat (je ne parle même pas du magistère ultra-conciliaire du pape François 1er !).
    Lisez par exemple, un article publié dans « FSPPX News » qui affirme pourtant se fonder sur le magistère (avec « l’appui » de saint Thomas d’Aquin) pour ne rien trouver à redire à la vaccination obligatoire spécifique anti-COVID et faire silence sur les mesures d’accompagnement, parmi celles-ci, le passe sanitaire, même pas évoqué :

    https://fsspx.news/fr/news-events/news/considerations-pratiques-sur-la-vaccination-contre-la-covid-19-68808

    Pour toutes ces raisons, Mgr Schneider ….. a raison de dire que la « confusion règne  » en ce domaine au sein de l’Eglise catholique.

  2. BiENDITDONC dit :

    La grande apostasie qu’a annoncée la Très Sainte Vierge à la Salette le 16 septembre 1846, se confirme hélas… alors courage continuons de prier le chapelet et peut-être la Très Sainte Vierge nous dira comme à Pontmain, .. »Mon.Fils se laisse toucher »

  3. Arome dit :

    Mgr Schneider parle juste, comme d’habitude. Il y a un mal du clergé, qui a précédé et causé au moins en partie Vatican II. On pourrait appeler ça une complaisance en soi, qui pousse à perdre Dieu et son service de vue, et à s’arroger un droit de propriété sur la patrimoine de l’Eglise, dans la confusion parce qu’elle permet tous les abus de pouvoirs.

    On aimerait : que l’Eglise lève l’ambiguïté d’un concile « pastoral ». Soit il est dogmatique et intangible, soit il est pastoral, optionnel et conjoncturel : donc réformable et dépassable. Et à ce moment-là, pas besoin de s’étriper pour cela.

    Mais ce n’est pas du tout le seul problème : l’Eglise a un droit canon, que le jeune clergé considère comme un repère et non comme une norme, selon ce que ses professeurs lui ont appris en séminaire. Conséquence : l’Eglise a fait elle-même le constat de l’inefficacité totale de son dispositif judiciaire en recourant à des « commissions indépendantes » pour enquêter sur la pédophilie en son sein. C’est gravissime ! Quel Etat au monde fait ainsi l’aveu que son système judiciaire est totalement inefficace ?

    Sans parler des folles soirées d’une partie du clergé romain, sans qu’on connaisse d’autres sanctions pour les auteurs qu’un froncement de sourcil ? Sans parler de la cathédrale de Vienne, transformée en dance-club pour festivaliers déguisés en démons et dansant sur le maître -autel ?

    Donc oui, confusion, incohérence, amour de soi, du pouvoir et des honneurs.

    Pour ceux qui aiment Dieu : prière, pénitence, réparation, prière continue, messes, messes, messes sans fin…

  4. gaudete dit :

    Ce que dit FSSPX/news n’a rien à voir avec ce qui se passe sur le terrain, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas gêner les acteurs de terrains, il y a assez de gestaltistes un peu partout pour dénoncer les gens

  5. Courivaud dit :

    pour Arôme.
    Remarques pertinentes, aussi

  6. Courivaud dit :

    pour Gaudete
    Dommage alors que FSPPX news (on peut dire « nouvelles », vous savez) ne se penche pas « sur le terrain » comme vous dites, car des textes « de doctrine » comme celui-ci, largement inadaptés, du fait de leur publication peuvent s’avérer contre-productifs pour la réputation de cette congrégation qui insiste tant – et à juste raison – sur le magistère. C’est à minima une erreur de communication.

    Vous voulez dire « gestapistes » ? Ah ! demandez à M. Véran et ministres consorts ce qu’ils en pensent après toutes ces mesures anxiogènes et disproportionnées qu’ils nous ont annoncées et exécutées, par voie de presse depuis un an – un an et demi.

  7. La disparition du sacré au sens guenonien est insupportable. Cela est discernable dans le langage même, une tournure d’esprit autoritaire ou douce peut le masquer , mais rien n’est plus beau que des musiques ancestrales, carolingiennes et mystérieuses

Traduire le site »