En Une

Homélie de Mgr Philippe Brizard aux obsèques du Père François de Foucauld

Commentaires (11)
  1. Courivaud dit :

    De grâce, les larmes de crocodile, assez !
    Du silence et de la décence, messieurs les mitrés, avant car il s’agit de vous préparer surtout à une nécessaire enquête pénale qui portera très certainement sur plusieurs agissements de harcèlement moral dont vous serez sans doute accusés, et pas seulement l’*évêque actuel de Versailles.

  2. Arome dit :

    Amen, belle homélie.

    Maintenant, qui peut me dire :

    – si les laïcs dénonciateurs exercent toujours des responsabilités dans la paroisse ?

    – quel est le [responsable] qui a sélectionné les deux DRH retraités auteur d’un rapport de médiation ratée ? Même l’évêque a reconnu que leur rapport était biaisé, entirèrement à charge sur la foi de 5 témoins seulement, et leur méthodologie foireuse. D’accord. Qui les avait choisi ? Quand on a (au minimum) aussi peu de discernement, on démissionne ou on est écarté. La question est posée de la complicité avec un réseau de pourris comme semble le manifester la connivence entre les médiateurs et l’une des parties auditées (et ce n’est pas le curé)

    – pourquoi l’évêque demande-t-il de détruire les pièces de la médiation/audit ?

    – sur la video de condoléances de l’évêque, il semble avoir du mal à se retenir de sourire, voire de rire doucement. C’est moi ou c’est vraiment le cas ?

    Donc en gros l’affaire de Foucauld est enterrée avec ce pauvre prêtre. L’affaire Crépy / gouvernance du diocèse de Versailles devrait prendre la suite pour répondre aux questions ci-dessus. Je souhaite aux diocésains de Versailles qu’ils ne laissent pas passer cette affaire-là sans explications et actions claires et efficaces.

    1. Rédaction Riposte Catholique dit :

      C’est assez probable que le diocèse se mure dans son silence “institutionnel” après avoir multiplié tentatives de reprise en main ratées et manips eventées – ce qui montre bien au passage que cela ne marche, de plus en plus mal du reste, qu’avec les clercs- , mais c’est tout à fait probable aussi que les proches de la victime et les diocésains ne se laissent pas arrêter dans leur quête de vérité, d’autant que ce type de problème existe dans bien d’autres diocèses qu’à Versailles.

      A Paris avec les prêtres placardisés, dépressifs ou confinés dans des aumôneries d’hôpital, de couvents, des pastorales de niche etc il y aurait de quoi faire tourner deux petits diocèses de province. C’est un immense gâchis.

  3. PIEZO dit :

    C’est poignant et même en ignorant le détail de ce malheur je sais que la hiérarchie institutionnelle de ce prêtre n’ a pas eu LES MOTS DE l’AMOUR qui console et qui guérit comme une thérapie. SI les hommes ‘dits de DIEU ‘ n’ont pas de message DIVIN pour la vie quotidienne comme pour les actes décisifs ils ne sont RIEN. En important et en imposant le temporel l’INSTITUTION a tué les coeurs portés vers un idéal or un idéal veut la VERTIE de DIEU
    ELLE NE VEUT PAS CHANGER et retrouver l’humilité du moine et de l’ermite ; mieux vaut la quitter que lui faire encore confiance quand on n’entend plus la parole qui rend JUSTICE. cette affaire en son contexte me rappelle l’affaire DREYFUS banni par la haine des hiérarques mais réhabilité par la volonte d’un JUSTE
    dies irae ..

  4. Petit dit :

    Sermon épouvantable ! Lamentable !

    1. Rédaction Riposte Catholique dit :

      Précisons par ailleurs que suite à une première expression dans ce sermon jugée maladroite par l’assistance il a été interrompu, et qu’à la fin de la cérémonie un oncle de la victime (c’en est évidemment une) a remis les choses en place et a été applaudi à tout rompre, d’autant plus quand le micro s’est malencontreusement coupé…

      (Témoignage reçu d’un de nos lecteurs qui était à l’enterrement).

  5. Arome dit :

    Je prie pour que la volonté de Dieu se fasse. Et si c’est Sa volonté, qu’il y ait dépôt de plainte, et que la plainte aille au pénal. Il est extraordinaire de devoir mobiliser la justice humaine pour être protégés et si possible débarrassés de ces gens.

    Si l’amour du père de Foucaud n’était pas suffisant pour motiver la démarche, au moins que cela soit fait pour l’honneur de l’Eglise et pour protéger à l’avenir tous les prêtres, avant les prochains suicides.

    Si la justice fait son travail, ce sera une bonne chose. Si elle ne le fait pas, et si à cette occasion on découvre une connivence de plus, il faudrait alors poser – sans exaltation et sans faiblesse ni respect humain – la question des mesures nécessaires pour traiter ce problème. Cela a assez duré.

  6. Papilou dit :

    Lamentable, les clercs se couvrent tous les uns les autres! Minables, veules! Trop de prêtres souffrent de l’Autorité et des actions de groupuscules de laïcs qui ont pris le pouvoir dans certaines paroisses…ou ce qui en reste!

  7. Marcus dit :

    Je ne connais pas le fond du problème et ne jugerai donc pas pour ne pas être moi-même jugé. Cela dit, on devine en coulisses un petit monde de délateurs, de moralistes, de doctrinaires, de malfaisants, qui grouillent, grenouillent et scribouillent. L’obsession de ce noble “ami de la famille” semble être de dédouaner les pèrévêques, si bons, si clairvoyants, si courageux, si efficaces. Certains parlent ici de justice civile. Laver son linge en famille ne donne pas toujours de bons résultats. Il y a l’exemple d’un prêtre des Yvelines qui expie aujourd’hui ses fautes dans une prison laïque. Ses confrères de séminaire ont vu les écailles leur tomber des yeux au procès en appel. Il aura quelques années pour se ressourcer avant le jugement final, le seul qui compte. Se méfier du quant à soi. Prions malgré tout pour le père de Foucauld qui a deux saints intercesseurs dans sa famille. Cet homme, victime fragile d’une sous-Eglise en décomposition, présente toutes les caractéristiques d’un bon zigue.

  8. Peu importe dit :

    Un prêtre est appelé par le Seigneur. La vie nous est offert par Notre Père. Un prêtre qui se donne la mort, c’est pour moi un prêtre qui dit au monde : Dieu n’existe pas.
    Jésus sur la croix dans tout son Amour a dit “Père pardonne leurs ils ne savent pas ce qu’ils font” puis dans un élan peut-être de désespoir “Père pourquoi m’as tu abandonné” et Dieu L’a libéré de la souffrance.
    Ce que je reçois au travers de cet acte, aussi désespéré soit-il, aussi compréhensible soit-il, aussi légitime soit-il pour certain, c’est: il n’y a pas d’espoir. Personnellement, cela n’a pas d’importance la vengeance, la reconnaissance d’avoir été victime ou non, le mal est fait et l’a emporté, il semblerait, aux vues de la véhémence, la colère, la tristesse même la mort que laisse tout ceci, bien loin de la Paix du Christ.

  9. Courivaud dit :

    À Peu Importe
    Je crois qu’il faut nuancer le jugement que vous portez sur ce prêtre en premier paragraphe de votre commentaire. Il me semble que Notre Seigneur serait capable de donner des circonstances atténuantes à ce suicide car les médecins et les avocats (Notre Seigneur les entend aussi) vous diront que le harcèlement moral est capable de détruire tous les comportements raisonnables d’intelligence et de volonté de tout être humain (les prêtres sont aussi des êtres humains), comportements qui précisément sont le préalable à un acte surnaturel par excellence qui est celui de la foi, laquelle est intimement liée à l’espérance. Et le fait d’avoir été ordonné prêtre ne change rien à ce constat, quand bien même le sacrement de l’ordre est porteur d’une grâce divine toute particulière qui implique peut-être un héroïsme dans la foi.
    Mais précisément, l’héroïsme est lui aussi un acte liant intelligence et volonté, deux caractéristiques qui peuvent être détruites par ces agissements répréhensibles.

    Et il m’est d’avis par conséquent, que Notre Seigneur exercera sa sévérité,
    (laquelle est plus significative que celle de la justice humaine nécessaire pour réprimer ce délit pénal),
    d’abord à l’encontre des auteurs de ces agissements et de leurs complices actifs ET PASSIFS fussent ils eux aussi titulaires de ce sacrement.

Traduire le site »