Divers Jeanne smits

Le parlement de Pernambuco se saisit des grossesses adolescentes

Commentaires (2)
  1. panouf dit :

    là, je vous trouve grave!!!
    Je vais vous dire ma position sur ce type d’affaire: on a le droit de juger les actes, et le devoir de ne pas approuver les actes contraires à la morale.
    Mais il a aussi été dit: “ne jugez pas et vous ne serez pas jugés; ne caondamnez pas, et vous ne serez pas condamné.”
    Personne ne peut choisir en toute sérénité dna sun cas comme celui-là, et je ne pense pas que la première attitude à avoir soit la condamnation dans des cas si difficile.
    De plus, j’aimerai savoir d’où vous tirez vos infos sur le choiçx forcé que vous dites. C’est bizarre, pour une fois vous ne citez pas vos sources…

    Je ne vous juge pas, mais je ne peux m’empécher de me demander si votre attitude ne fait pas passer vos principes avant les êtres humains; cela a pour nom l’intégrisme…

  2. Jeanne Smits dit :

    Hélas, il ne s’agit pas ici de la nécessaire miséricorde qui doit être offerte à ceux qui tombent – et bien sûr, cela concerne chacun d’entre nous – y compris par le moyen de l’excommunication qui n’est autre qu’un appel à se réconcilier avec Dieu, mais un cas de principe que le lobby pro-mort interprète comme révélant l’approbation de l’Eglise devant un avortement qualifié de “thérapeutique”.

    Je crois avoir systématiquement cité mes sources (compris dans ce message, derrière le lien “Journal officiel”). J’observe que Patrice de Plunkett ne le fait pas pour soutenir nombre de faits qu’il allègue et dont je n’ai trouvé confirmation en aucune langue.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »