Andrea Tornielli sur la prochaine réunion d’Assise

Download PDF

Toujours à propos de la prochaine rencontre programmée d’Assise, voici le commentaire du vaticaniste Andrea Tornielli (traduction du blogue Benoît et Moi):

“Après un Noël et un jour de l’An ensanglantés, Benoît XVI a fait à l’Angélus du 1er Janvier une annonce passée à la sauvette: la convocation des dirigeants des religions du monde à Assise en Octobre.
Un geste d’autant plus significatif, car inattendu, par lequel Ratzinger s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur et entend célébrer le 25e anniversaire de cette rencontre interreligieuse voulue par le Pape Wojtyla à une époque où sur le monde était suspendue l’épée de Damoclès d’une guerre nucléaire.
Mais significative aussi parce que, lors de cette rencontre, il y eut des bavures et des abus, certainement pas dûs au Pape mais à la légèreté des organisateurs, qui finirent par faire passer un message syncrétique. On sait que le Cardinal Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, témoigna qu’il comprenait les objections.
Dans le livre “Foi, vérité et tolérance”, Joseph Ratzinger parlait de “dangers indéniables” , écrivant que beaucoup avaient interprété de façon “erronée” la rencontre d’Assise. Mais il ajoutait qu ‘”il serait tout aussi erroné de rejeter en bloc et sans condition, la prière multi religieuse”, expliquant qu’elle était soumise à certaines conditions.
La première est que ces rencontres interreligieuse ayant pour but l’invocation de la paix devaient “rester seulement comme un signe, dans des situations extraordinaires, où, pour ainsi dire, s’élève un cri d’angoisse commun, qui devrait toucher le cœur des hommes et en même temps toucher le cœur de Dieu. “
La seconde condition était de présenter l’événement “de manière extrêmement claire, afin de ne pas devenir une manifestation de relativisme , car il se priverait ainsi de son sens”.”

7 comments

  1. FredericW

    La seule véritable paix est donnée par Notre Seigneur Jésus-Christ et c’est une paix spirituelle, la paix entre Dieu et les hommes. Penser que la paix terrestre est possible, c’est une négation du péché originel. C’est une nouvelle tour de Babel, construction de l’homme ligué contre l’ordre voulu par Dieu et qu’il a communiqué à travers la seule religion catholique.

    A quel point faut-il donc être aveugle pour ne pas voir dans cette réunion une insulte ignoble, un blasphème contre Dieu?

    Le Pape est sans aucun doute notre père, mais quand lui-même contreviens aussi gravement à la volonté de son père qui est dans les cieux, nous avons l’impérieux devoir de lui désobéir.

  2. Qui connait la volonté de Dieu si ce n’est le pape? je tiens la réunion d’Assise pour un sommet du pontificat de Jean-Paul II, qui était un visionnaire; Dieu s’intéresse à tous les hommes et après l’unité des chrétiens il y aura l’unité de ceux qui cherchent Dieu; dommage que les tradis aient des vues aussi étroites, l’Eglise a besoin d’eux.

  3. ema

    Le Christ, Dieu fils de Dieu incarné, est venu sur terre pour tous les hommes, pour leur apporter le salut.
    Personne n’a dit que la Paix sur terre était totalement possible (la Religion catholique n’a rien à voir avec une idéologie ou une utopie), mais la paix doit être recherchée le plus possible d’autant que ce sont nos frères chrétiens d’Orient (et peut-être nous un jour en Occident) qui sont les principales victimes actuellement des persécutions.
    Par ailleurs ce n’est pas avoir des vues étroites que de dire qu’il y a qu’une seule vraie religion, celle du Christ et d’affirmer la primauté du successeur de Pierre. Par contre ne pas reconnaître la possible bonne volonté de chaque homme à titre individuel, quelle que soit sa tradition religieuse, ce n’est pas chrétien. Ne pas enseigner la parole du Christ pour essayer apporter le salut à nous frères humains par la conversion (et d’autant plus dans l’erreur lorsqu’ils sont dans un système où la liberté de penser et de s’exprimer est inexistante) ce n’est pas chrétien.
    “L’esprit étroit des tradis” (catholiques): ce n’est pas une question de pratique religieuse selon la tradition mais une affaire de personne et de manque de charité chrétienne. La charité n’est pas non plus faiblesse, syncrétisme, relativisme. La charité ce n’est pas non plus de l’irénisme (la lucidité par rapport notamment à l’ensemble des textes du Coran et des hadihs, Taqya et dhimmitude, est indispensable).
    Il ne faut pas non plus interpréter les paroles du Saint Père et faire des procès d’intention par rapport à Assise (St François a su s’imposer au calif pour permettre une réinstallation permanente catholique à Jérusalem!) alors que nos frères chrétiens d’Egypte et d’Orient versent leur sang pour le Seigneur.

  4. ema

    “A quel point faut-il donc être aveugle pour ne pas voir dans cette réunion une insulte ignoble, un blasphème contre Dieu?
    Le Pape est sans aucun doute notre père, mais quand lui-même contrevient aussi gravement à la volonté de son père qui est dans les cieux, nous avons l’impérieux devoir de lui désobéir.”

    Il est évident qu’un musulman qui prie son dieu, ne prie pas Dieu, et que s’il prie en appliquant le Coran, il ne peut pas prier dans le même but que le Chrétien.
    Le Saint Père le sait très bien, mais il est de son devoir de Pape et de chrétien de rechercher le dialogue.
    Le Christ, pourtant Dieu, aurait pu se taire. Il a parlé en sachant qu’il finirait sur la Croix pour le salut des hommes.
    Il faut mesure garder qu’en l’on parle de blasphème et que l’on n’est pas d’accord avec ce que fait notre très Saint Père(même si l’on considère que le Siège de Pierre n’est plus occupé ou mal occupé!)
    Je me permets, et j’en suis désolée, d’en arriver à dire qu’en ayant de tels mots on adopte une attitude qui s’apparente à celle de ceux qui parlent de blasphème en terre d’Islam. La liberté d’expression bien sûr, la raison gardée aussi.

  5. axelthienpont

    il n’y a pas de plus grande charité que de dire la vérité au monde: le seul vrai Dieu est Jésus-christ, et nul n’est sauvé que par lui et Son Eglise.
    Si les réunions “d’Assise ” et autres oecuménistes (et non oecuméniques tendant à réunir dans la foi en Jésus-Christ), servaient à celà, nul doute que les autres religions ne viendraient pas.
    S’agissant de la paix, tout au plus le saint-Père devrait ne faire qu’une “captatio benevolentis”, capter la bienveillance des non catholiques vers la seule paix véritable, celle procurée par le Christ, avec la nécessité de se convertir à Lui pour être sauvé.
    Or il ne s’agit pas de celà, mais bien de prier pour la paix: qui dit prier dit adresse à Dieu, ou aux différentes “divinités”. Or tout autre “divinité ” que la Sainte trinité est une création du Prince de ce monde, le père du mensonge dont parle Jésus lui-même.
    C’est en celà que hélas les papes depuis surtout Jean Paul II s’écartent tragiquement de Saint Pierre parlant aux juifs à la Pentecôte au péril de sa vie.
    Pie XII disait du véritable oecuménisme: “Il consiste à attirer les non -catholiques à se faire catholiques, san leur laisser accroire qu’ils apportent quoi que ce soit de plus à la Sainte Eglise: c’est plutôt le contraire, ils y trouveront la paix de leur âme et donc accroitront la paix dans le monde.” (citation non mot à mot, mais sens respecté).
    Le Concile Vatican 2 a bouleversé toutes ses notions de simple bon sens, et l’oecuménisme d’Assise ne fait que conforter les fausses religions, ennemies par nature du Christianisme: les persécutions ne pourront que s’accroître, les chrétiens n’étant plus protégés par leurs autorités écclésiastiques, lâches devant les vérités à dire face à l’adversaire, Satan. Quel prélat hors de la Tradition parle encore des deux pouvoirs en lutte dans le monde, la cité de Jésus face à celle de Lucifer. Car ce combat existe bel et bien, et si même le pape n’en parle jamais, qui en parlera? On est très loin du langage de tous les papes, de Pierre à Pie XII.

  6. Franz

    Voir une dizaine de personnes devant les caméras du monde entier, réunies au même endroit, au même moment, chacune priant “son” dieu, soi-disant pour la même cause, alors que chacune est convaincu que le “dieu” des autres est faux et que le sien est vrai, est un spectacle surréaliste !
    Notre Seigneur nous a demandé d’oeuvrer pour la paix.
    Que donc les hommes de bonne volonté (ici des leaders de différentes confessions) se réunissent et fassent une déclaration commune de bonne intention, mais civile !
    Mais par pitié, que chacun prie de son côté sa divinité et que les lieux de cultes catholiques ne soient plus profanés par des célébrations d’autres croyances.
    Pensez-vous que les musulmans vont un jour prêter une mosquée pour y dire la Messe ???
    Pas de syncrétisme, pas d’ambiguïté, pas de relativisme.
    Le pape et la congrégation pour la doctrine de la foi doivent s’assurer que tout se passera bien… plutôt que d’accuser, à posteriori, les organisateurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *