Non classé

« Affaire de Recife » : le P. Euteneuer critique Mgr Fisichella et récompense Mgr Sobrinho

Commentaires (3)
  1. Sebaneau dit :
    iktus310 dit :

    Cher Daniel,

    Globalement, malgré quelques difficultés à obtenir des informations complètes, je partage votre point de vue sur cette affaire. Je vous remercie de vos efforts pour rétablir une présentation plus exacte des événements que celle qui nous a été largement servie.

    Toutefois, je regrette de lire sous votre plume des phrases telles que “Laissons tous ces ineptes se débattre dans leur vomi et s’en barbouiller. Croyez-vous sérieusement que cela donne plus de force à votre combat ? Avez-vous oublié le commentaire que notre Saint Père a fait le mois dernier des paroles de Saint Paul :

    mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. Car toute la Loi atteint sa perfection dans un seul commandement, et le voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres !” (…) malheureusement ce “mordre et dévorer” existe aussi aujourd’hui dans l’Église comme expression d’une liberté mal interprétée. Est-ce une surprise que nous aussi nous ne soyons pas meilleurs que les Galates ? Que tout au moins nous soyons menacés par les mêmes tentations ? Que nous devions toujours apprendre de nouveau le juste usage de la liberté ? Et que toujours de nouveau nous devions apprendre la priorité suprême : l’amour ?

    Dans votre phrase citée plus haut, vous visez certains évêques et certains journalistes chrétiens. Nos frères, donc. Qu’ils fassent fausse route, que leur langage ne soit pas exemplaire, c’est sans doute vrai. Cela ne justifie pas de les traiter en ennemis. Si nous voulons vraiment vivre en chrétiens, n’oublions pas ce que Notre Seigneur nous dit en Matthieu 5, 23,24 : “Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande”.

    Il y a une façon fraternelle et respectueuse de débattre qui ne ferme pas la porte à la réconciliation entre enfants de Dieu. Le Saint Père travaille à restaurer l’unité, ne travaillons pas à aggraver les déchirures.

    Bien cordialement.

    Iktus

  2. ALMERAS Marie-Françoise dit :

    Cher Monsieur,
    Daniel ne traite pas les évêques incriminés en ennemis mais déplore comme moi leur manque de charité chrétienne envers leur confrère évêque en se permettant de juger de son attitude, en émettant de faux arguments et en aboyant avec certains loups médiatiques “cathos” ! Seul à ma connaissance Mgr Rey dans l’Homme Nouveau ou sur le site de son diocèse a fait des déclarations justes et vraies étant allé sur place !

Traduire le site »