Messages du Pape

La morale: un défi pour la démocratie

Commentaires (4)
  1. Benoît Lobet dit :

    C’est évidemment l’enjeu majeur des décennies à venir partout dans le monde et, en particulier, en Occident. Le bien n’est pas au bout d’une décision démocratiquement majoritaire, ou en tous les cas pas nécessairement. Il y a des valeurs qui ne sont pas soumises à l’arbritrage démocratique – la vie, par exemple, vaut toujours mieux que la mort, même si une majorité démocratique légifère en sens contraire. La démocratie, “le moins mauvais des régimes” (Churchill) doit s’en souvenir, car elle se protège elle-même en protégeant ces valeurs-là : elle en fait partie! Elle doit se souvenir, ainsi, que la loi civile n’est pas seulement l’accord d’une majorité, mais “la mise en oeuvre de la raison”, c’est-à-dire de la “loi naturelle”, pour reprendre l’expression de Saint Thomas d’Aquin (lex ordinatio rationis). Le pape est dans son rôle lorsqu’il rappelle cela aux catholiques et à tous les hommes de bonne volonté…

  2. Melmiesse gilberte dit :

    on connait les principes moraux d’un candidat à une élection sinon il faut lui demander de s’exprimer clairement.C’est aux chrétiens de voter et de faire pression pour une politique moralement acceptable,
    sinon on peut avoir une dictature ou des droits de la “personne humaine” bafoués, surtout si on se soumet aux valeurs véhiculées par les médias

  3. de la Croix Guy dit :

    Décidément la “DEMOCRATIE” est définitivement rentrée dans le vocabulaire de l’Eglise Catholique…j’aimerais bien que cette même Eglise définisse une bonne fois pour toute ce qu’est ce régime politique qui tel qu’il est promu depuis la révolution française…et je me réferre à ce que Vladimir Volkof en a dit dans son livre que les prélats du Vatican devraient tous lire” Je suis moyennement démocrate”.
    En fait ce régime que l’on mime depuis trop longtems n’a jamais existé et n’existera jamais car il est issu depuis la Révolution de la dégénéressence et la révolte de l’élite dirigante contre Dieu.
    Les Rois de France tenaient leur pouvoir de Dieu et non du “PEUPLE” et cela jusqu’à la fin du moyen âge période après laquelle ils ont commencé à exercé leur pouvoir en faisant usage de leur propre autorité plutôt que celle de Dieu.

  4. Benoît Lobet dit :

    Je ne suis guère d’accord avec “de la Croix Guy” : la démocratie est née en Grèce, et précisément dans l’Athènes du Vème siècle avant J.-C., comme un régime de “gouvernement du peuple par lui-même”. Certes, à l’époque, c’était une démocratie directe, sans “représentants du peuple” (députés ou sénateurs), mais l’idée y était. Et la valeur de la démocratie a été présente chez les intellectuels et canonistes catholiques, y compris au Moyen-Âge, pendant la “chrétienté” médiévale : la souveraineté est autant au peuple qu’à Dieu, pour bien des théologiens et des canonistes du XIIème siècle, par exemple. La démocratie n’est donc pas une idée ou un régime inventés par la Révolution Française, qui enfanta du reste plutôt des régimes dictatoriaux : la Terreur, ou l’Empire…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »