Scandale pédophile

Bill Donohue s’interroge sur le nombre anormal de cas allégués d’abus sexuels par des prêtres pour le seul mois de septembre…

Article suivant
La photo du jour
Commentaires (4)
  1. Yves dit :

    M. Hamiche, il me semble que quelqu’un qui a 34 ans aujourd’hui est né en 1977 et non en 1987! quant au fond de l’article, bien sûr, il y a peut être plu qu’une coïncidence dans ces dénonciations simultanées. Mais le problème, ce n’est pas la dénonciation des faits, ce sont les faits… Et leur gravité, s’ils sont avérés, interdit de traiter les plaintes avec mépris ou légereté.

    Plutot que de polémiquer, prions, prions, prions.

  2. kenshin dit :

    je ne pense pas que cette article à pour but de polémiquer

    le vrai problème, C’est l’hypocrisie de bon nombre de gens

    Voici un article que j’ai lu ce matin :

    http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2011/10/01/pedophilie-quand-l-ambiance-est-a-la-tolerance.html

  3. btk dit :

    pour les plus ages d’entre-nous, il y a eu toutes les histoires de ballets roses/ballets bleus ; affaires du Coral, de la Casa Pia, Spartacus.. et encore aujourd’hui.. l’affaire Doutreau.. un vrai scandale !!
    et tous les pretres accuses a tort, accusations largement diffusees par les medias… qui ont garde le silence, quand ces pretres ont ete disculpes..
    il ne s’agit pas de minimiser des actes hautement reprehensibles, mais on peut (ou doit) se poser la question : qui dans les seminaires a mal forme les pretres ? je ne souhaite pas entrer dans le detail, ici, mais j’ai la reponse a la question… souvenez-vous .. ‘les fumees de satan sont entrees dans l’eglise’

  4. Michèle dit :

    De tels actes, abominables en eux-même, le sont d’autant plus quand ils sont commis par un prêtre, c’est vrai. Un seul prêtre coupable de tels actes, c’est un de trop, c’est vrai.
    Mais tout de même, il ne faut pas manquer d’air pour lister de façon obsessionnelle des abus réels ou supposés commis il y a un demi siècle,
    quand on sait qu’il se passe des choses bien pires dans la société civile, avec la complicité tacite des pouvoirs publics et des media: “Qui ne dit mot…”
    Car il s’agit là d’enfants victimes d’abus commis par des adultes qui sont pour la plupart des hommes mariés, pères de famille, quand ces enfants ne sont pas les victimes de leur “propres” pères et grand pères, oncles et parrains vicelards..
    Quand des décisions seront prises pour nettoyer ces écuries d’Augias, avec autant de courage, de détermination, de fermeté qu’en a mis le Saint Père pour mettre fin à ce scandale, ces accusateurs auront peut-être un semblant de crédibilité …ce n’est pas demain la veille

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »