En Une

Entre Riaumont et l’archevêché de Paris, quelque chose cloche…

Commentaires (5)
  1. Jean-François dit :

    Il faut arrêter un peu avec ces paroles stériles. On se trouve ici dans une situation qui concerne à peine 30 personnes du type bien connu des “tempêtes dans un verre d’eau”. Alors s’il vous plait arrêtez d’en faire la publicité.

    L’institut de Riaumont n’a un droit sur ces cloches alors, que chacun reste chez soi et les cloches seront bien gardées.

    D’un point de vue extérieur ça ressemble surtout à un gros caprice de l’institut de Riaumont qui voulait ces cloches et qui s’aperçoit qu’il ne les vraisemblablement pas.

  2. Raiponce dit :

    À l’attention de Jean-François
    Il me semble important de bien lire et réfléchir à tous les documents qui sont en notre possession. La vérité n’est jamais bonne à entendre ou plutôt à lire et à raisonner. Le patrimoine de la France est pillé. C’est une triste réalité. Des hommes et des femmes dénoncent une injustice, ils sont à la recherche de la vérité. Cela me paraît respectable

  3. Olivier 33 dit :

    Jean-François est à côté de la plaque.
    L’opposition du recteur de la cathédrale de Paris à laisser librement attribuer les cloches à l’institut de Riaumont plutôt que d’être livrées à la Chine est non seulement très regrettable, mais surtout inacceptable.
    Elle est symbolique de la capitualtion d’une certaine “église de France” dans le pillage de notre patrimoine catholique.
    Elle est symbolique aussi de l’entêtement mortifère d’une certaine “église de France” à rejetter et discriminer les catholiques de Tradition (ici Riaumont), quitte à encourager le démantèlement de notre patrimoine religieux
    Inacceptable.

  4. santelli dit :

    Ce n’est vraiment pas le moment de se chamailler pour ces cloches. Une seule chose compte : elles doivent rester en France et y sonner encore longtemps.

  5. Melmiesse dit :

    j’ai reçu la pétition sur mail le 29 décembre intitulée :communiqué numéro 3, que j’ai signée et envoyé à une amie demandant de faire suivre, mais avec les déplacements de fin d’année j’ignore la suite de mon envoi. Ce qui m’a semblé le plus inadmissible c’est le projet d’envoyer en Chine ces cloches; et d’en priver des jeunes qui veulent travailler

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »