Perepiscopus

“Nous ne pouvons pas rester muets devant les périls”

Commentaire (1)
  1. DANIEL dit :

    Qui a écrit ce beau texte, on ne nous le dit pas ?
    C’est vrai que la notion de dignité humaine étudiée au long des textes des papes (depuis par ex. léon XIII) montre une nette inflexion laïque après 1960 et rejoint celle antique dès lors qu’elle s’appuie sur la liberté de conscience (y compris dans l’erreur : Dignitatis Humanae)..
    La première mention de la “dignitas” antique explicitement éthique vient de Giovanni Pico della Mirandola (1463-1494) dans son ouvrage “DE LA DIGNITÉ DE L’HOMME”. Quand les libertins ont voulu utiliser cette notion à partir des années 1950-60 ils l’ont mise à toutes les sauces à tort et à travers au point qu’un travail de doctorant l’a dénoncé. Puis vers 2000 plus rien, le droit positif n’a plus eu besoin de se baser sur la dignité en tant que réalité car sa définition est trop “spirituelle” (le droits de l’Homme du Conseil de l’Europe de 1998 ne mentionnent plus cette notion) et celle de dignité laïque est trop utilitaire pour être un fondement, un principe. Par exemple comment dire que c’est la dignité humaine qui fonde le droit des homosexuels – qui possèdent la dignité humaine – à faire fabriquer un enfant pour l’adopter ?

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »