Brèves

Offrir des carême de jeûne au pape et à l’Eglise, pour le sacerdoce catholique
Download PDF

C’est ce que nous propose la Fraternité Sacedotale Saint-Pierre :

Le carême propose trois grands axes d’effort aux chrétiens : la prière, la pénitence et l’aumône. Ainsi, Saint Pierre Chrysologue écrit : « Le jeûne est l’âme de la prière, la miséricorde est la vie du jeûne. Donc, celui qui prie doit jeûner ; celui qui jeûne doit avoir pitié ; il se fait entendre de Dieu, celui qui ne refuse pas d’entendre lorsqu’on le supplie ». Le Carême nous rappelle les quarante jours de jeûne et de prière vécus par Jésus dans le désert, avant le commencement de sa mission publique. Il purifie l’âme.

En cette année sacerdotale, et en réponse à l’appel urgent du pape dans son message de carême 2009, la Fraternité Saint-Pierre organise une grande opération : « Carême pour le sacerdoce ». Cette opération propose à chacun d’offrir librement des jours de jeûne pendant son carême 2010 à trois grandes intentions :

Pour le pape et l’Eglise universelle.

Pour les vocations et la sainteté de la vie des prêtres.

Pour une intention particulière (qui est chère au coeur de la Fraternité Saint-Pierre, et qui ne sera communiquée qu’au pape), importante dans le cadre de cette année sacerdotale.

Les jours de jeûne ainsi offerts seront rassemblés dans des carêmes complets (la somme des jours offerts sera divisée par 40) et présentés au pape à l’occasion de Pâques 2010. Le nom des personnes participantes ne sera pas communiqué.

La charité fraternelle, conséquence d’une prière et d’une pénitence humble, nous enseigne que les économies réalisées par les privations de nourriture pourront avec fruit être transformées en aumônes pour l’Eglise ou les plus nécessiteux.

Le carême commence le mercredi des cendres, cette année le 17 février, et se termine le Samedi-Saint 3 avril.

Y participer.

Arthur Leroy

Royaume-Uni : les catholiques pratiquent plus que les anglicans
Download PDF

L’AFP rappelle que :

Le Royaume-Uni compte 4,2 millions de catholiques sur quelque 61 millions d’habitants.

Contre 25 millions d’anglicans.

Mais pour la première fois depuis le XVIe siècle, le nombre de pratiquants catholiques a dépassé celui des anglicans : 861 000 fidèles assistent chaque dimanche à une messe catholique contre 852 000 pour les anglicans. Comme l’explique un prêtre de l’Oratoire londonien de Brompton, qui a accompagné plusieurs de ces fidèles, “chaque fois qu’il y a une crise chez les anglicans, un certain nombre franchissent le pas et nous rejoignent. Ce chemin n’est pas vécu par eux comme une rupture, mais au contraire comme une réconciliation, un retour à l’Église, et à la maison – comme le suggère l’expression ‘back to Rome, back Home'”.

Arthur Leroy

Propagande homo à l’école : stop !
Download PDF

Lu sur le site d’Europe 1 :

europe1“Le site internet de l’hebdomadaire Les 4 Vérités a lancé une pétition intitulée Halte aux incitations homosexuelles dans les écoles primaires!. Des associations s’élèvent aussi. Béatrice Bourges de l’Association pour la protection de l’enfance considère qu’il est trop tôt pour parler homosexualité à des enfants de huit ans. Pourquoi projeter des enfants dans un mode d’adulte ? s’interroge-t-elle. Il y a des enfants qui peuvent être blessés, considère-t-elle également. L’éditorialiste de l’hebdomadaire Minute est même allé jusqu’à s’interroger : On n’ose penser de quelle lune il s’agit.”

Christine Boutin, présidente du Parti chrétien démocrate, a quant à elle adressé une lettre ouverte à Luc Chatel, le ministre de l’Éducation nationale :

(…) Je me permets de vous exprimer ma surprise et mon indignation, partagées par un nombre croissant de Français, au sujet du projet de diffusion du film Le baiser de la Lune, destiné aux élèves de CM1 et CM2.

Ce film, comme l’indique son réalisateur lui-même, doit servir « d’outil pédagogique » pour « apporter une meilleure représentation des relations amoureuses entre les personnes du même sexe », « à l’intention des enfants de CM1/CM2. » Ce film développera notamment « des exercices ludiques amenant les élèves à réfléchir sur les relations amoureuses : norme, stéréotypes, relations amoureuses entre personne du même sexe. »

« La neutralité philosophique et politique s’impose aux enseignants et aux élèves, » lit-on sur le site de l’Education nationale. Or, ce film bafoue le principe de la neutralité de l’enseignement public en s’immisçant dans la conscience et l’intimité des enfants sans égard pour la responsabilité éducative de leurs parents.

Au nom d’une idéologie relativiste poussée à l’extrême, et sous l’impulsion de groupes de pression, ce film idéologique prive les enfants des repères les plus fondamentaux que sont la différence des sexes et la dimension structurante pour chacun de l’altérité.

Vous comprendrez comme moi que « l’apprentissage du respect de l’autre et de sa différence », intention officielle du film, ne peut se faire en niant une différence fondamentale, la différence des sexes, qui est constitutive de notre humanité.

« L’apprentissage du respect de l’autre » ne peut pas non plus se faire en caricaturant  « le regard archaïque d’une grand-mère sur les relations amoureuses », regard qui est celui de la très grande majorité des Français.

Monsieur le ministre, je vous demande, au nom du respect de la neutralité de l’Education Nationale, de bien vouloir affirmer votre opposition à ce film en obtenant l’interdiction de sa diffusion (…).

Arthur Leroy

Baiser de la lune : la polémique prend de l’ampleur
Download PDF

Entendu sur France-Info hier matin :

Ecoutez la chronique de David Abiker...“Comment expliquer l’homosexualité aux élèves bretons de CM1-CM2 en luttant contre les préjugés, c’est le projet d’un dessin animé réalisé par le Rennais Sébastien Watel. L’extrait circule sur Internet depuis quelques jours, ça s’appelle ‘Le baiser de la lune’, l’histoire de Félix, un petit poisson amoureux de Léon, un autre petit poisson. Extraits : ‘Cette nuit, j’ai rencontré Léon, le poisson lune et m’a fait brillé comme un soleil. Je ne dois pas être tombé amoureux de lui car il ne ressemble vraiment pas à une princesse. Je l’ai toujours pas dit à grand-mère mais ma princesse, c’est Léon’. Et il y a sur Internet un début de polémique. Le court métrage qui doit être diffusé dans des écoles a certes reçu le soutien de plusieurs institutions locales comme le Conseil régional de Bretagne ou le magazine Têtu. Néanmoins le ministère de l’Education nationale aurait renoncé à poser son logo sur le générique. C’est le sens de la question écrite posée par la députée Parti de gauche Martine Billard qui ne comprend pas le revirement ministériel. A l’inverse, Ouest-France rappelait la semaine deernière que le site de droite libérale Les4Vérités.com dénonçait l’entrée dans les écoles de la propagande du lobby homosexuel. (…)”

> Signez la pétition des 4 Vérités !

Arthur Leroy

EXCLUSIF ! Le vrai visage du Planning “familial”
Download PDF

death insideConstance et Charlotte (*) se souviendront longtemps de leur après-midi au Planning « familial », rue Vivienne dans le IIème arrondissement de la capitale. « La ‘permanence IVG’ était ouverte le lundi après-midi… » sourit l’air malicieux la première. Les deux jeunes femmes (qui n’ont pas froid aux yeux, vous allez voir !) ont voulu vérifier par elles-mêmes si ce qu’on dit sur le Planning était fondé. Elles témoignent en exclusivité pour Riposte-catholique.fr :

Il est 14h. A l’arrivée de Charlotte et de Constance dans la salle d’attente, deux jeunes concubins et un homme que les tourments de la vie semblent ne pas avoir épargné. Sa moitié est en consultation. Beaucoup d’affiches et de prospectus sur le « droit à l’avortement », la contraception, le SIDA, la sexualité. Des préservatifs partout. De l’attente aussi. Ce qui permet à nos aventurières d’entendre une permanente au téléphone (qui n’arrête pas de sonner) avec des femmes leur conseiller Barcelone ou Amsterdam. Comme lieux pour avorter, c’est-à-dire enfreindre la législation française qui interdit d’avorter au-delà des 12 semaines (depuis la loi Aubry de 2001). Mais aussi pour enfreindre les législations de ces pays. En Espagne, le délai légal est 12 semaines s’il y a viol, 22 semaines en cas de malformation et libre si la santé physique ou mentale de la mère est menacée. Aux Pays-Bas, l’article 82 du code pénal assimile à un infanticide le fait de tuer un fœtus viable. Par conséquent, la limite extrême pour pouvoir pratiquer une interruption volontaire de grossesse est généralement estimée à vingt-quatre semaines. Mais devant l’extrême difficulté à dater précisément le début de grossesse, cette limite est généralement ramenée à vingt ou vingt-deux semaines à partir du premier jour des dernières menstruations. Or, la femme qui appelle est une femme en bonne santé qui a dépassé les 24 semaines d’aménorrhée. Pas la moindre tentative de dissuasion ou même de raisonnement. « Vous devrez payer en liquide là-bas » prévient la conseillère du Planning.

Cet après-midi, Constance et Charlotte apercevront 3 permanentes, tout ce qu’il y a de plus BCBG. Deux ayant la cinquantaine et une plus jeune… enceinte. Celle-là même qui recevra Charlotte. C’est au tour de la femme du couple qui les précéde d’entrer dans une salle de consultation. Sans son homme, insiste la permanente du Planning. Il n’a manifestement pas son mot à dire… Puis arrivent en salle d’attente trois jeunes d’origine africaine, deux filles et un garçon. Ils ont séché les cours du lycée pour se rendre au Planning.

C’est au tour de Charlotte d’entrer en consultation. Sans Constance à qui on demande si elle est seulement une amie… Le scénario préparé par les jeunes femmes est le suivant : Charlotte est certaine d’être enceinte car elle ne s’est pas « protégée ». Elle ne sait pas quoi faire. On n’est donc pas dans le cas de la jeune femme qui vient pour avorter mais dans celui de la jeune femme en détresse qui « ne [sait] pas quoi faire ». Et à qui devraient être proposées des solutions alternatives à l’avortement.

La consultation dure trois quarts d’heure. Trois quarts d’heure très pénibles. « J’avais peur de rire, je n’en ai pas eu envie une seule fois » raconte Charlotte, « choquée » selon ses propres termes. La « conseillère » du Planning est familière et extrêmement crue. Elle cherche à savoir comment et quand on eu lieu les rapports « avec son copain ». Si d’habitude elle se « protège ». Pas simple d’y répondre : « je n’avais pas prévu qu’on me pose toutes ces questions » nous confie-t-elle.

Elle demande à la conseillère qui lui propose d’avorter : « Qu’est-ce qui se passe concrètement ? »« Ce qui se passe, c’est qu’on aspire la grossesse ». Pas l’enfant, « la grossesse ». Charlotte la questionne ensuite sur les risques qu’elle court. « Non, vous ne pouvez pas être stérile ». Rien sur le Post Abortive Syndrom« Pas de risque de stérilité, au contraire » assure même la permanente au téléphone à son interlocutrice, témoigne Constance, restée en salle d’attente.

10s
"Mais il n'y a pas de bébé"

« Le bébé va-t-il souffrir ? » ose Charlotte. « Mais il n’y a pas de bébé » lui assure la conseillère. L’enfant qu’elle est censée porter a dix semaines. « A partir de quand c’est un enfant ? » insiste Charlotte. « Il ne faut pas se projeter comme ça, c’est vous qui le décidez, vous avez votre propre conscience à vous » répond la conseillère. On est en pleine éthique situationniste. Feu Pierre Simon, l’ancien grand maître de la Grande Loge de France à l’origine des lois Neuwirth (1967) et Veil (1974) ne déclarait-il pas à Historia (juillet-août 1997) : « Pour nous, maçons, c’est le respect de la vie qui prévalut mais le concept de vie se redéfinit quotidiennement » ?

Suit la rédaction d’ordonnances diverses. La dame du Planning explique à Charlotte que jusqu’à 7 semaines, on peut avorter avec des « médicaments ». Pas un instant, on ne proposera à la jeune femme la moindre alternative, elle qui était venue sans forcément souhaiter avorter.  Charlotte a pourtant tendu des perches à son interlocutrice : « si j’en parle à mon copain, peut-être qu’on pourrait essayer… ». Et la « conseillère » de ne rien répondre et d’esquiver. Quand elle lui demande son âge, Charlotte lui répond « 19 ans ». « Ah ça va » commente la permanente…

« Vous avez de la chance d’avoir une amie qui vous accompagne au Planning » lui souffle-t-elle en la raccompagnant dans la salle d’attente.

(*) Les prénoms ont été modifiés

Arthur Leroy

XIIè ardt : que DALE pour la tradition
Download PDF

Reportage

Samedi 23 janvier, il est 18h30. Nous avons rendez-vous à la station de métro Picpus dans le XIIème arrondissement de Paris avec Bruno de Jouy. Il a fondé le “Droit A la Liturgie Extraordinaire” (DALE) avec d’autres jeunes catholiques “tradis” en décembre dernier. L’objet de ce groupe est d’interpeler publiquement (et surtout médiatiquement) les prêtres et les évêques lorsque l’application du Motu Proprio Summorum Pontificum promulgué par le Saint-Père est déficiente. Or, malgré les demandes répétées de 90 familles (environ 250 personnes) et 3 réunions avec les autorités écclésiastiques, le XIIème arrondissement de Paris n’a toujours pas de messe “Saint-Pie V” (c’est-à-dire de messe selon la forme extraordinaire du rit romain).

A la sortie du métro, vingt personnes de tous âges et de tous styles patientent déjà, bientôt rejointes par un stagiaire-journaliste de L’Express.fr (son papier daté de lundi). Direction l’Immaculée Conception, à 300 mètres, où la messe anticipée doit s’achever vers 19h30.

Alors que les fidèles quittent les uns après les autres l’église, les militants du DALE se dirigent vers la crèche, à droite de l’autel, et commencent un chapelet. L’orgue les accompagne :


Pendant ce temps, deux jeunes déploient une banderole à l’entrée de l’église, banderole dont le message “Droit à la liturgie extraordinaire” est visible depuis l’autel :

Vu de dehors :

Bruno de Jouy a entamé de son côté une discussion avec le curé de la paroisse, le Père Géniteau :


19h50 : le curé, méfiant, nous déclare n’avoir “pour l’instant pas d’avis sur cette manière de faire donc pas de commentaire”.

Réaction de Bruno de Jouy, après sa discussion de 5 minutes avec le Père Géniteau :

20h14 : arrivée d’une voiture de police. Les policiers s’énervent à la vue de ma caméra et prennent mon identité.

Les policiers : “le curé a peur des enregistrements, la présence des caméras le gêne.”

Bruno de Jouy : “On doit s’entretenir avec le curé”.

20h20 : à Bruno de Jouy qui lui affirme sa détermination, un agent répond : “Vous savez bien, on est parti pour une médiation”. Il se trompe mais je ne le sais pas encore…

Bruno de Jouy apprend en effet peu après qu’il n’y aura “aucune discussion possible”. Le curé a déclaré à la police avoir reçu des ordres de ses supérieurs. “C’est le message de l’archevêque” déclarent les agents :

Réaction à chaud de Bruno de Jouy : “Faire quatre, cinq, dix stations de métro pour pouvoir aller à une messe tridentine n’est pas normal”. Il rappelle également que la semaine dernière était celle de l’unité des chrétiens :

La police déclare posséder une “réquisition du curé” :

La doyenne du groupe, une arrière-grand-mère de 91 ans, nous confie : “[la messe tridentine] me manque”, “je suis malheureuse”. Son âge l’empêche d’aller à la messe ailleurs :

Deux véhicules de police sont là. Les agents, qui ne sont pas rentrés dans l’église, en annoncent “deux en route”, pensant que le groupe est plus nombreux.

Réaction à chaud d’Antoine, militant du DALE :

Une troisième voiture de police vient d’arriver :

La police commence à s’impatienter :

Finalement, Bruno de Jouy prend la décision de quitter les lieux pour 21h :

La dernière prière :

Les militants quittent l’église :

Bruno de Jouy dresse un bilan de l’occupation pacifique de ce soir et prévient : “Nous, le DALE, nous allons continuer nos actions”.

Paris, le 23 janvier 2010 – Arthur Leroy pour Riposte-catholique.fr

L’actualité du réseau
Download PDF
  • Americatho a franchi mercredi la barre des 600 000 pages lues. Jeudi, le blog consacré à l’histoire et aux actualités du catholicisme aux Etats-Unis publiait son 1 000ème article. Son animateur Daniel Hamiche ne s’attendait pas à un tel succès : “Au fond, c’est vous lecteurs connus ou inconnus de ce blogue qui méritez d’être remerciés, car sans votre fidélité, vos commentaires, vos messages (et vos corrections !), je n’aurais sans doute pas maintenu cette expérience lancée avec un « petit grain de folie » et qui est très dévoreuse de temps. Donc : un grand merci à vous tous !”
  • Le portail Riposte-catholique est quant à lui cité par la revue de presse de l’hebdomadaire Les 4 Vérités du 16 janvier dernier, à l’occasion de la sortie de nos premières “munitions pour la riposte” , consacrées à Pie XII (fichier au format .pdf).

Arthur Leroy

Halte à la propagande en faveur de l’homosexualité au sein de l’école
Download PDF

Communiqué


Le Collectif pour l’enfant (site) s’insurge contre les récentes initiatives de l’Education nationale prises pour des visées idéologiques, et non en vue de l’épanouissement des enfants scolarisés. Béatrice Bourges, porte-parole du Collectif pour l’enfant, dénonce les deux atteintes graves que l’Education nationale a récemment portées au principe de neutralité auquel elle est soumise.


Première atteinte : le projet de diffusion du film « Le Baiser de la Lune », subventionné par de nombreux organismes publics, auprès des élèves de CM1 et CM2 « destiné, comme l’explique M. Watel, réalisateur du film, à aborder les relations amoureuses entre personnes du même sexe ». Il ridiculise au passage « le regard archaïque d’une grand-mère sur les relations amoureuses ». Lors de sa diffusion dans les classes, il sera accompagné d’un livret pédagogique et d’« exercices ludiques amenant les élèves à réfléchir sur les relations amoureuses : norme, stéréotypes, relations amoureuses entre personnes du même sexe ».


Cette intrusion dans l’intimité et la conscience de si jeunes enfants, au mépris du respect qui leur est dû et sans égard pour la responsabilité éducative de leurs parents, ressemble fort à un conditionnement. Elle n’est pas légitime au regard des obligations de service public de l’Education nationale. Elle est grave au regard de l’atteinte portée aux droits et devoirs des familles.

Deuxième atteinte : les élus lycéens du Conseil académique de la vie lycéenne de Paris ont organisé jusqu’au 15 janvier un concours contre les discriminations dont l’affiche indiquait clairement une similitude entre couple homosexuel et couple hétérosexuel.


Sous couvert de lutte contre les discriminations, ces initiatives manifestent en réalité une volonté affirmée de promouvoir l’homosexualité dans les établissements scolaires, au mépris du respect de l’enfant, et à des âges cruciaux pour son développement. Dans le domaine si sensible de l’éducation sexuelle et affective, où les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, on ne peut laisser ainsi le champ libre à des groupes de pression.


La lutte contre les discriminations, quelles qu’elles soient, passe par l’éducation au respect de l’autre. Cette exigence élémentaire de toute vie en société est une mission quotidienne que la très grande majorité des enseignants poursuit avec attention avec leurs élèves. De tels projets ne s’inscrivent absolument pas dans cette mission éducative ! Quelles seraient les réactions si des films de promotion religieuse étaient imposés dans les écoles sous prétexte d’éducation à la tolérance ?

Le Collectif pour l’enfant demande donc que ne soit pas diffusé le film « Le baiser de la lune » dans les écoles. Il demande également que ne soient plus subventionnées avec l’argent public de telles opérations.


Le Collectif pour l’enfant regroupe aujourd’hui 71 associations de protection de l’enfance.

Etats-Unis : 2-0 pour les défenseur de la famille
Download PDF

afaTim Wildmon, le président de l’American Family Association (site), s’est réjouit hier dans un communiqué de deux victoires majeures pour les défenseurs de la famille.

Il s’est tout d’abord félicité de celle du Républicain Scott Brown (un conservateur modéré) mercredi dernier, rappelant qu’un sondage en novembre 2009 lui donnait 31 points de retard sur la démocrate Martha Coakley.

Pendant 46 ans, le “catholique” (pro-avortement, pro-revendications homosexuelles) Ted Kennedy avait occupé ce siège.

“[La victoire de Brown] est un désaveu décisif du plan des Démocrates pour s’emparer entièrement de l’industrie des soins médicaux, socialiser notre système de santé, faire financer la pratique de l’avortement par le contribuable américain et faire émerger un gouvernement bureaucrate entre vous et votre médecin.

Bien que nous soyons en désaccord avec Brown sur des points essentiels, les experts des deux côtés de l’échiquier admettent que la victoire de Brown pourrait bien signaler la fin de la tentative de prise de contrôle du système de santé, ce qui en faisait potentiellement une des élections les plus importantes de l’histoire des États-Unis.”

“Cerise sur le gâteau”, Erroll Southers, “très mal choisi” par Brack Obama pour diriger l’Agence américaine de sécurité aérienne, a annoncé qu’il renonçait à son poste.

L’AFA avait mobilisé ses adhérents et sympathisants à l’occasion de cette nomination ce qui avait abouti à l’envoi de plusieurs dizaines de milliers de courriels aux sénateurs. “Vous avez été entendus” écrit, enthousiaste, Tim Wildmon.

Southers mettait le réchauffement climatique au même niveau que le terrorisme islamique dans les menaces pour la sécurité nationale et avait déclaré que les ‘anti-avortement’ étaient aussi dangereux pour celle-ci que les djihadistes” a-t-il rappelé.

Arthur Leroy

Lorsque la réalité rejoint la fiction
Download PDF

ABBE DUBOST – Serait-ce pour cela que vous m’avez fait venir ? Pour m’annoncer que vous souhaitez me voir quitter Saint-Symphorien ?

MGR GALLORME – J’étais heureux de vous revoir, mais je ne veux pas biaiser avec vous : oui, c’était également pour cela.

ABBE DUBOST – Je croyais que l’Église manquait de prêtres.

MGR GALLORME – Cela, c’est le discours que véhiculent les médias. L’Église a des besoins nouveaux, qui échappent à la logique des statistiques.

ABBE DUBOST – Auriez-vous déjà choisi mon successeur ?

MGR GALLORME – Non, parce qu’en vérité, je n’ai pas l’intention d’en nommer.

ABBE DUBOST – Je ne comprends pas.

MGR GALLORME – Ce n’est pas parce qu’il y a un presbytère à Saint-Symphorien que je vais nommer un curé. Ce que je souhaite, c’est que les chrétiens apprennent à se prendre en charge. Pardonnez-moi, mon Père, mais je crois que vous avez un peu trop couvé vos paroissiens. Depuis que l’on m’a confié ce diocèse, onze prêtres sont morts ou sont partis à la retraite. Je ne les ai pas remplacés.

ABBE DUBOST – Je pensais que c’était faute de vocations.

MGR GALLORME – Savez-vous ce qui s’est passé dans ces onze paroisses ? Eh bien, je ne crains pas de le dire, une nouvelle Pentecôte. Partout, les chrétiens ont accepté de devenir eux-mêmes les artisans de leur avenir. Ils ont pris en charge la vie de l’Église. Ils sont devenus responsables. Quel signe éclatant de vitalité spirituelle ! C’est ainsi que se refait la catholicité. Non pas dans l’arrogance et le triomphalisme, comme au temps de nos pères, mais au travers des responsabilités que prennent en mains les baptisés. Ce renversement de perspectives est plein de promesses. Il donnera à l’Église une moisson nouvelle.

Ite Missa Est
Ite Missa Est

Les deux protagonistes de cet échange ne sont pas Mgr Nourrichard, évêque d’Evreux, et M. l’abbé Michel, curé de Thiberville, tout récemment révoqué de sa charge. Ce sont les personnages principaux d’une pièce écrite par Michel De Jaeghere, Ite Missa Est, bouleversant huis clos mettant aux prises l’abbé Dubost, modeste curé de campagne attaché à sa soutane et à la messe de son ordination et son évêque Mgr Gallorme, qui lui annonce qu’il souhaite le voir quitter sa paroisse. Les dialogues sont plus vrais que nature et ont un accent d’authenticité époustouflant pour qui a suivi l’affaire de Thiberville. Michel De Jaeghere avait même imaginé une visite à la nonciature.

Lorsque la réalité rejoint la fiction.

Ite missa est, Michel De Jaeghere, 149 pages, 16 € franco de port

Arthur Leroy

Et si les “catholiques” belges qui contestent la nomination de Mgr Léonard n’étaient pas catholiques ?
Download PDF

A propos de la bronca politico-médiatique qui a suivi la nomination par Benoît XVI du nouvel évêque de Bruxelles, Mgr Léonard, le blog “Pensées d’outre-politique” constate qu’en Belgique, avoir la foi est perçu comme être intégriste :

“(…) je connais de loin le nouvel évêque de Bruxelles et ancien évêque de Namur, pour l’avoir croisé en diverses occasions. J’ai toujours vu en lui un grand intellectuel, un homme diplomate, chaleureux et spirituel, et un prêcheur d’une éloquence remarquable. Visiblement, il est aussi une bête de scène médiatique, qui a eu les honneurs de l’émission Strip-Tease. Bref, le genre d’ecclésiastique qui galvanise ceux qui ont la foi, un pasteur dont les discours ne ressemble pas à la guimauve indigeste qu’on entend souvent dans nos églises. Du coup, bien sûr, cela irrite profondément ceux qui n’ont pas la foi : on n’aime pas entendre les choses qui fâchent.

Et il faut dire qu’en Belgique, niveau désert spirituel, il y a de quoi faire. Auparavant évêque de Namur depuis 1991, diocèse qu’il a remis debout, Mgr Léonard avait été très contesté au sein de son église locale. Non pas parce qu’il était « catholique réactionnaire », comme le répètent depuis quelques jours tous les médias belges, mais simplement, parce qu’il essayait d’appliquer les préceptes de la religion à laquelle il appartient. Étonnant, non? Le nouveau primat de Belgique avait par exemple eu toutes les peines du monde à faire comprendre à ses fidèles qu’à l’évidence, tel prêtre de son diocèse ne devait pas vivre au presbytère avec sa maîtresse. Non, ça, ça n’était pas possible. Il est vrai que refuser, à notre époque, que les prêtres se marient – à une époque où le mariage est considéré comme has been, mais passons – montre un conservatisme scandaleux.

Vous rendez-vous compte? Mgr Léonard est également à rebours des évolutions sociétales choisies par la Belgique, comme le constate cet éditorial du Soir : « La stupéfaction provient du total décalage entre les positions vaticanes, prônées avec un prosélytisme sans complexe par Mgr Léonard sur l’euthanasie, le divorce, la bioéthique, l’homosexualité, et les évolutions récentes de la société belge, qui loi après loi, est devenue la plus progressiste d’Europe. Evolutions souvent partagées, voire souhaitées par nombre de catholiques belges. Mais le Vatican est tout-puissant, et le Pape, un souverain absolu. Cette nomination est le fait d’une Eglise qui n’est pas une institution démocratique. »

Oui, en effet, le Vatican n’est pas une institution démocratique. Elle a pour but de délivrer un message, qui n’a pas vocation à évoluer dans le temps au gré des caprices des époques successives. Heureusement, il reste des institutions qui ne changent pas de cap tous les cinq ans : félicitons-nous en! Exhiber des sondages qui ne signifient rien est donc d’une stupidité sans nom. A la différence d’un élu, un évêque ne doit pas, lorsqu’il agit, songer à être populaire. Cela lui évite d’ailleurs d’être populiste et de privilégier les décisions à la petite semaine.

Oui, en effet, Mgr Léonard n’a aucun complexe à prôner les positions du Vatican. Étrange pour un évêque de l’Eglise catholique.

Oui, en effet, Mgr Léonard n’a aucun complexe à dénoncer les évolutions sociétales belges s’il n’est pas d’accord avec elles. Le fait qu’un grand nombre de catholiques belges ne partagent pas cet avis est inopérant : peut-être que tout bonnement, ils ne sont pas catholiques ?»

Arthur Leroy

Présentation du rapport Leonetti : Véronique Besse “particulièrement vigilante”
Download PDF
Communiqué
 
Besse

Véronique BESSE s’est dit prudente suite à la présentation aujourd’hui du rapport LEONETTI qui doit permettre de préparer la révision des lois de bioéthique au printemps prochain.

Véronique BESSE se félicite du maintien des interdictions concernant la gestation pour autrui (mères porteuses) et le clonage des embryons humains. Ces interdictions sont la meilleure façon d’empêcher la marchandisation du corps humain.

En revanche, elle se montre particulièrement vigilante sur certains aspects de ce rapport, notamment le diagnostic préimplantatoire (DPI). Les prochaines lois de bioéthique devront l’encadrer strictement afin de ne pas ouvrir la porte à un eugénisme destructeur.

Dans le cadre de la révision des lois de bioéthique, Véronique BESSE s’engage à défendre la vie et le respect de la personne humaine.

L’intérêt supérieur de l’enfant à naître doit primer sur un supposé « droit à l’enfant ».

Thibaud

Hausse de la pratique religieuse dans les universités catholiques françaises
Download PDF

Lu dans un dossier de L’Etudiant consacré aux cinq universités catholiques françaises :

Pour ceux qui veulent pratiquer leur foi, chaque faculté dispose d’une aumônerie qui organise des manifestations ouvertes à tous. “Depuis quelques années, nous constatons une présence plus importante des étudiants, notamment lors des grandes cérémonies comme la messe de Noël ou la semaine pastorale”, relève Olivier Tranchant, vice-président chargé de la vie académique à la Catho de Lille. Même constat à Angers (…).

Arthur Leroy

L’Eglise est notre mère
Download PDF

C’est le thème du pèlerinage de Chartres des 22, 23 et 24 mai 2010 choisi par Notre-Dame de Chrétienté. (Très belle) présentation. Pour nos lecteurs qui ne connaissent pas du tout ce grand rendez-vous, cette présentation plus générale vous est destinée. Rejoignez-nous !

“Chartres sonne, Chartres t’appelle…”

Thibaud

Le Nouveau Centre à la dérive
Download PDF

Hervé Morin veut promouvoir de “grands sujets de société” comme l’adoption par les homosexuel(le)s. Le président du Nouveau centre et ministre de la défense (des revendications homosexuelles ?) s’est félicité lundi du chemin parcouru par son parti.

Promettant de s’atteler à la construction d’un projet politique dans la perspective des prochaines présidentielles et législatives, Hervé Morin a indiqué qu’il souhaitait défendre le dossier de l’homoparentalité “en ayant en tête l’idée d’intérêt de l’enfant”.

Sic.

“Il y a en France entre 30 000 et 40 000 enfants qui sont élevés par des couples homosexuels”, a expliqué le ministre en dénonçant la loi actuelle, “d’une hypocrisie formidable qui consiste “à autoriser des célibataires à adopter” mais pas les couples homosexuels.

D’où l’intérêt d’abolir l’adoption par les célibataires, dans l’intérêt de l’enfant qui a besoin d’un papa et d’une maman pour se construire…

“Face à cette situation, l’intérêt de l’enfant, c’est que les couples homosexuels puissent bénéficier du même partage de l’autorité parentale que les couples hétérosexuels. Ceci, pour assurer une protection supplémentaire aux enfants de ces couples. Au moins une dizaine de pays européens ont accepté cela et tous les pédopsychiatres de la terre disent que cela ne provoque aucune perturbation pour l’enfant, a osé Hervé Morin en proposant à son parti “d’accompagner ce mouvement de fond”.

C’est évidemment complètement faux.

Arthur Leroy

Sebastian Pinera et les points non négociables
Download PDF
pinera
Sebastian Pinera, président de la République du Chili élu dimanche avec 51,61% des suffrages

Le tout nouveau président de la République chilienne, rapporte Le Figaro du jour, se dit “très attaché à la famille dont le mariage représente la base”. “Mais je ne suis pas opposé à l’union civique homosexuelle, ajoute-t-il devant des journalistes de la presse internationale, sans se demander un instant si la légalisation de ces unions n’est pas une étape avant celle des parodies homosexuelles de mariage. L’avortement me paraît une agression contre la vie mais dans certains cas il est inévitable.” On aimerait savoir lesquels.

Et Le Figaro appelle cela “la droite chilienne décomplexée”…

Arthur Leroy

Les pro-vie seront de la partie le soir du Super Bowl
Download PDF

L’ancien quart-arrière de l’équipe de football de l’Université de Floride, Tim Tebow apparaîtra en compagnie de sa mère dans un spot publicitaire de 30 secondes diffusé à la télévision le soir du Super Bowl, la finale du championnat de football américain créée en 1967, qui a lieu le mois prochain.

Conçu par Focus on the Family, le message du spot sera : “Celebrate Family, Celebrate Life.”

Tim Tebow
Tim Tebow

Selon nos informations, la publicité pro-vie racontera la grossesse de Pam Tebow en 1987. Missionnaire chrétienne évangélique aux Philippines, elle tombe malade mais ignore la recommandation du docteur d’avorter son 5ème enfant et donne naissance à Tom. Footballeur hors-pair, il reçoit en 2007 le prestigieux Trophée Heisman pour ses talents sur le terrain.

Le Super Bowl (Wiki) est un événement majeur de la télévision américaine. Les études d’audience montrent que ce match enregistre des parts de marché considérables, situées entre 40 et 60%. On estime ainsi que 141 millions d’Américains (2006) suivent cette rencontre à la télévision. Sur les dix meilleures audiences de tous les temps aux États-Unis, la moitié d’entre elles sont survenues lors des Super Bowl.

Autant dire que les 30 secondes de spot publicitaires auront un impact certain ! Elles devraient coûter 2,7 millions de dollars. Une poignée d’ “amis très généreux et engagés” aura évité à Focus on the Family de débourser le moindre centime pour cette diffusion, a toutefois annoncé son président Jim Daly.

L’organisation chrétienne conservatrice fondée par James Dobson en 1977 a souffert de la crise et vu son budget annuel passer de 160 millions de dollars en 2008 à 139 millions l’année suivante, ce qui a entraîné 202 licenciements.

L’année dernière, NBC qui diffusait le Super Bowl avait refusé un spot publicitaire pro-vie de l’organisation catholique Fidelis Center for Law and Policy pour CatholicVote.com. Son message : “Life: Imagine the Potential” avec des images du petit Barack Obama dans le sein de sa mère. CNN avait également refusé de diffuser ce très beau film que je vous invite à visionner :

Arthur Leroy

Un miracle attribué à l’intercession de Pie XII ?
Download PDF

Le plus incroyable dans ce miracle est son histoire : une personne aurait prié Jean-Paul II pour être guéri. Celui-ci serait apparu une nuit en lui disant “moi, je ne peux rien faire, mais il faut prier ce prêtre” en lui montrant une image de Pie XII.

Cette personne n’a pas reconnu tout de suite l’image et ce n’est que quelques jours plus tard qu’elle l’a reconnu sur un magazine. Dès lors qu’elle l’a prié, elle a été guérie.

AL (via le Forum catholique)

L’incroyable mauvaise foi de la Préfecture de police de Paris
Download PDF

Elle annonce 3 100 personnes à la marche d’hier. Un chiffre ridicule. C’est à se demander s’ils ne comptent pas volontairement le nombre de manifestants à 14h15 (le rendez-vous étant fixé à 14h30)…

Choisir la Vie indique que son dossier de sensibilisation sur l’avortement a été distribué à 4 500 exemplaires. “Et encore, à 1 personne sur quatre sans compter les enfants au départ de la marche”.

Les Étudiants Pro-Vie annoncent quant à eux avoir distribué 5 000 stickers.

Axel de Boer (Solidarité) s’étonne :

je voudrais qu’on m’explique comment on donne 3 000 tracts à juste une partie des manifestants, dont 1 par famille (ce qui fait jusqu’à 5/6 personnes), s’il y a 3 100 marcheurs. A vue de tractage le chiffre de 20 000 est très réaliste.

Un lecteur du Salon Beige observe quant à lui que :

cela ne fait même pas de quoi aligner tout le monde en file indienne du début à la fin du parcours. Et oui 2.6 km = 2 600m or une personne occupe moins d’un mètre carré en terme de surface. Tout nombre inférieur à 20 000 personnes semble absurde à un géomètre digne de ce nom.
Preuve: admettons que le parcours de 2600m était à moitié rempli à cause des espaces pendant l’instant où la marche s’étalait du début à la fin. (on a dû remplir en gros les 3/4 mais admettons 1/2). Alors cela fait au moins 1 300 personnes qui sont collés à un même trottoir (il y a 1m entre deux personnes en gros selon la longueur). On peut aligner au moins 20 personnes selon la largeur de la route (il en faut 10 pour une bannière). 1 300 * 20 = 26 000. Alors après il faut admettre qu’on était pas serré comme des sardines mais comme on a pris comme base qu’il y a un mètre de distance dans la longueur entre 2 personnes, on peut largement admettre qu’on était plus de 20 000.

Plus de 20 000 personnes qui savent maintenant quoi penser de la Préfecture de police de Paris. Vraiment, il y en a qui n’ont pas peur de se ridiculiser !

Thibaud

L’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet attaquée
Download PDF

La façade et la porte de l’église du Vème arrondissement de la capitale ont été arrosés dimanche 17 janvier de peinture rouge.

Photo prise cette nuit :

st nic

Addendum 20h : passant devant l’église cet après-midi, j’ai pu constaté que des bouteilles en verre pleine de peinture rouge avaient été jetées contre la façade.

AL (merci à AS)

La marche pour la vie comme si vous y étiez
Download PDF

Notre édition spéciale.

D’autres vidéos devraient suivre dans la nuit de lundi à mardi.

Marche pour la vie 2010 : reportage exclusif
Download PDF

EDITION SPECIALE MARCHE POUR LA VIE

Nos entretiens :

Michel Hubaut, conseiller régional (Parti de la France) du Centre : “le premier des droits humains est le droit à la vie”

Olivier Berceau, “socialiste pour la vie” : “C’est Plunkett le bourgeois !”

Émile Duport, co-animateur de la marche : “Faire évoluer les mentalités en faveur de l’accueil de la vie”

L’abbé Pozzetto, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre “très heureux de voir qu’il y a plus de monde et une certaine diversité aussi”

Hassan a “vraiment l’impression qu’en France, les droits de l’homme ne sont que des mots”

Le Père Lelièvre (Fraternité de prière L’Evangile de la Vie) : “La journée d’aujourd’hui est le premier grand rendez-vous en importance depuis 1979, si on se fie à la présence de Mgr Lebrun”

Un marcheur évangélique : “Dieu nous dit : ‘tu ne tueras point’, même l’enfant dans le sein de sa mère”

Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas : “Les catholiques peuvent avoir un langage claire, ferme et en même temps extrêmement charitable et soucieux du bien commun”

Antoine Peyret-Lacombe, conseiller régional (Front national) d’Aquitaine : “L’Eglise de France, les évêchés, font pression sur les associations pour la vie, pour qu’elles ne fassent pas appel à des politiques”

Benjamin Izarn, président des Jeunes Pro-Vie : “faire rayonner la culture de vie dans les campus et aider les femmes enceintes en difficulté”

Un américain pour la vie :

Les compte-rendu du Salon Beige, d’e-deo, de Novopress, sans oublier le site officiel de la marche.

Traduire le site »