Séminaire français de Rome : un nouveau recteur dans la “ligne” ?

Download PDF

Le séminaire pontifical français de Rome, via Santa Chiara, près de l’église de la Minerve, est une institution très importante dans le cadre de la formation du jeune clergé français diocésain. Ses élèves, envoyés par les diocèses de France, font leurs études de théologie, en préparation au sacerdoce, pour la plupart à l’Université grégorienne. Le séminaire, fondé en 1853, est resté sous la direction des Spiritains jusqu’en 2009. Aujourd’hui, la Conférence des évêques de France (CEF) en a la pleine responsabilité. C’est notamment le Conseil permanent de la CEF qui propose à la Congrégation du clergé ceux qui sont nommés au poste de grande confiance de recteur.

Le dernier recteur était Mgr Antoine Hérouard (depuis 2014, en remplacement de Mgr Sylvain Bataille, devenu depuis évêque de Saint-Étienne), lequel vient d’être nommé évêque auxiliaire de Lille, vraisemblablement avant de plus hautes fonctions. Personnalité que l’on qualifie de néoconservatrice, Antoine Hérouard s’est notamment attaché à conserver son séminaire dans la ligne classique mais surtout pas traditionaliste, qui est la marque propre de Santa Chiara (détail significatif : la soutane peut être portée dans les chambres, mais est interdite au réfectoire… et à la chapelle).

Qui va prendre sa suite ? On parle avec insistance de l’énigmatique P. Jean-Marc Micas, sulpicien, du diocèse de Toulouse, né en 1963, qui fut économe puis supérieur du séminaire régional de Saint-Cyprien, à Toulouse. Il avait pris la suite en 2007 du P. Jean-Loup Lacroix, sulpicien lui aussi, devenu depuis curé de la paroisse Saint-Sulpice, à Paris. Jean-Loup Lacroix s’était fait connaître par sa politique de “purges” des éléments par trop traditionnels de son séminaire. Jean-Marc Micas est devenu, en 2013, supérieur provincial de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice pour la France et d’autres pays francophones.

La Conférence des évêques, présidée par l’archevêque de Marseille, Mgr Pontier, et le tout puissant cardinal Stella, Préfet de la Congrégation du clergé, estiment que le séminaire français de Rome doit absolument se garder de toute tentation traditionaliste, et surveiller de près les jeunes clercs “identitaires” qui affluent vers Rome.

8 comments

  1. Je trouve cette orientation, si elle est confirmée, déplorable. Ceux qui comme nous dans “grégorien en paroisse” font des efforts considérables pour rendre à la liturgie de forme ordinaire la majesté, la dignité et la spiritualité qui permettent aux fidèles de s’élever vers Dieu, et qui pour cela peuvent s’appuyer sur leurs jeunes curés, vont devoir s’adresser ailleurs si les nouveaux curés sont formatés anti tradition.

    Mais pourquoi brader la tradition dans la liturgie? Nos messes en latin et grégorien attirent de plus en plus de fidèles pourtant et nous travaillons semaine près semaine pour que nos chants soient de plus en plus beaux. Ceux qui décident ont-ils lu les ouvrages de Benoît XVI, et du Cardinal Sarah par exemple. La tradition est le trésor commun de toute l’Eglise ( au sens grec d’ensemble des fidèles), elle n’appartient à aucun groupe et aucun groupe n’a le droit de l’ignorer, encore moins de faire comme si elle n’existait pas.

  2. Jules

    Enigmatique ? Je dirais plutôt ambigu . J’ai bien connu le séminaire de Toulouse dans las années 90-2000 . L’abbé Micas est à première vue quelqu’un de chaleureux…J’ai rarement rencontré quelqu’un de plus sectaire et intriguant…Quant aux purges du Père Lacroix devinez qui était derrière ? Si cette information se concrétise je souhaite bonne chance aux séminaristes. Ils en auront bien besoin…

  3. jpm

    je crois que votre connaissance de Mgr Hérouard est très …incomplète ; il a été membre du Siècle, Société para maçonnique huppée. etc….

  4. Pingback: ¿Va a volver el Seminario francés de Roma a su militancia anticonservadora? | Infovaticana Blogs

  5. emmanuel2

    Permettez-moi de m’interroger sur l’utilité de tels ragots.
    Si le contenu de la rumeur est faux, celui qui l’aura divulgué et tous ceux qui l’auront répandu auront péché par imprudence : comme le dit l’hymne grégorienne de l’office des lectures du dimanche de Carême, “Utamur ergo parcius verbis, cibis et potibus, somno, iocis et arctius perstemus in custodia.”
    Si le contenu de cette rumeur est vrai, je ne vois guère d’autre raison de le répandre que de faire pression pour éviter cette nomination. Une telle attitude n’est guère honnête .
    Enfin, les séminaristes du séminaire français ne doivent représenter que 2% des séminaristes français et ils ne sont pas des poupées qu’un supérieur peut manipuler à son gré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *