2012 : année du vieillissement actif ?

Download PDF

Et puisque nous en sommes à la Commission « Emploi, Affaires sociales et Egalité des chances » de l’Union européenne, je vous signale, toujours en cette journée française pour les retraites, une nouvelle initiative décidée par elle lundi : 2012, propose-t-elle, sera désignée comme « l’Année européenne pour le vieillissement actif ». Il s’agit d’améliorer l’accès à l’emploi des personnes « plus âgées », d’exploiter leur disponibilité pour le bénévolat et de les encourager à vieillir en bonne santé, tout cela pour réduire le coût des retraites et des soins à dispenser à des gens dont la longévité ne cesse de croître.

Tout cela part d’un constat : dès 2012, par le jeu combiné des départs à la retraite des cohortes du « baby boom » et la dénatalité par endroits catastrophique, on assistera au début du rétrécissement en chiffres absolus de la population active, alors que la population des plus de 60 ans croîtra de 2 millions de personnes par an, provoquant une « tension » maximale entre 2015 et 2035 selon les projections retenues par l’UE (2 actifs de 15 à 64 ans pour 1 retraité au lieu de quatre actuellement). Ces chiffres tiennent compte « des hausses probables de l’immigration et du taux de natalité ».

Alors même que le domaine du « vieillissement actif » est supposé être du domaine de la souveraineté des Etats-membres, ceux-ci semblent disposés à lâcher même cet os qui leur a été laissé à ronger pour laisser la Commission européenne prendre l’affaire en mains, parce que s’annoncent un lourd défi pour les finances publiques tout comme des risques pour la « solidarité entre les générations ». C’est ce qu’on lit dans la proposition officielle qui figure sur le site de la Commission pour l’Emploi :

Le 22 février 2007, le Conseil a adopté une résolution sur « Les perspectives et défis du changement démographique en Europe: la contribution des personnes âgées au développement économique et social », qui a mis en évidence la nécessité de renforcer les possibilités de participation active des personnes âgées, les nouvelles possibilités économiques (« économie des seniors ») qu’engendre la demande croissante de certains biens et services destinés aux personnes âgées, ainsi que l’importance de promouvoir une image positive de celles-ci dans l’opinion publique.

Faire la « pub » des vieux pour qu’on ne les laisse pas crever ? C’est cela qui est dit, en termes plus choisis…

Que les vieillards apportent une contribution irremplaçable (d’autant plus qu’elle est immatérielle) à la société, personne ne devrait le contester. Mais cela est vrai aussi lorsqu’ils sont grabataires, malades, seuls, diminués, parce qu’ils ont un trésor à transmettre et exigent toute la créativité de la charité pour que les plus jeunes et les plus valides écoutent leurs appels.

Que l’Union européenne se mêle de diriger leurs vies n’est décidément pas une bonne nouvelle…

© leblogdejeannesmits.

1 comment

  1. Anonymous

    Ceci est extrêmement grave, car le médecin , une des plus nobles activités libérales , n'est plus que le rouage d'une machine infernale.Infernal veut dire de l'enfer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *