Contre le « mariage » gay en Argentine : les batteries du Cardinal et son franc-parler

Download PDF

Alors que la bataille fait rage en Argentine pour faire légaliser le « mariage » gay ou, à défaut, les unions civiles pour couples de même sexe, l’Eglise catholique sur place se mobilise avec beaucoup de constance et de visibilité. Je ne résiste pas au plaisir de vous traduire, même avec un peu de retard, la lettre envoyée fin juin par le cardinal Jorge Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, à toutes les religieuses cloîtrées de la capitale. Elles sont sa botte secrète. Dans un combat où l’adversaire, pour une fois, est très clairement désigné.

Chères Sœurs,

J’écris ces lignes à chacune d’entre vous qui êtes dans les quatre Monastères de Buenos Aires. Le peuple argentin va devoir affronter, dans les semaines à venir, une situation sont le résultat peut gravement blesser la famille. Il s’agit du projet de loi sur le mariage des personnes de même sexe.

Ici est en jeu l’identité et la survie de la famille : papa, maman et enfants. Est en jeu la vie de tant d’enfants qui vont subir des discriminations d’emblée, qui les priveront de la maturation humaine dont Dieu a voulu qu’elle soit donnée à travers un père et une mère. Est en jeu un rejet frontal de la loi de Dieu, qui est en outre gravée dans nos cœurs.

Je me rappelle une phrase de la petite sainte Thérèse parlant de sa maladie d’enfance. Elle dit que l’envie du Démon a voulu se repayer sur sa famille à l’entrée au Carmel de sa sœur aînée. Ici se trouve aussi l’envie du Démon, celle par qui le péché est entrée dans le monde, celle qui malignement prétend détruire l’image de Dieu : homme et femme qui reçoivent le mandat de croître, de multiplier et de dominer la terre. Ne soyons pas naïfs : il ne s’agit pas d’un simple combat politique : c’est le projet de détruire le plan de Dieu. Il ne s’agit pas d’un simple projet législatif (celui-ci est seulement un instrument), mais une « movida » du père du mensonge qui prétend embrouiller et tromper les enfants de Dieu.

Jésus nous dit que, pour nous défendre face à cet accusateur mensonger, il nous enverra l’Esprit de Vérité. Aujourd’hui la Patrie, devant cette situation, a besoin de l’assistance spéciale de l’Esprit Saint qui mette en lumière de la Vérité au milieu des ténèbres de l’erreur ; elle a besoin de cet Avocat qui nous défende des sortilèges de tant de sophismes par lesquels on tente de justifier ce projet de loi, qui embrouillent et trompent même des gens de bonne volonté.

C’est pourquoi j’ai recours à vous et vous demande oraison et sacrifices, les deux armes invincibles qu’avouait détenir la petite sainte Thérèse. Suppliez le Seigneur pour qu’Il envoie son Esprit aux Sénateurs qui doivent exprimer leur vote. Qu’ils ne fassent pas, mus par l’erreur ou par des situation de conjoncture, mais selon ce que la loi naturelle et la loi de Dieu leur dicte. Demandez-le pour eux, pour leurs familles : que le Seigneur les visite, les fortifie et les console. Demandez qu’ils fassent un grand bien pour la Patrie.

Le projet de loi sera traité au Sénat après le 13 juillet. Regardons vers saint Joseph. Vers Marie aussi, et l’Enfant, et demandons avec ferveur qu’ils défendent la famille argentine en ce moment-là. Rappelons ce que Dieu Lui-même a dit à son peuple dans un moment de grande angoisse : « Cette guerre n’est pas la vôtre, mais celle de Dieu. » Qu’ils viennent à notre secours, nous défendent et nous accompagnent dans cette guerre de Dieu.

Merci pour ce que vous ferez dans cette lutte pour la Patrie. Et s’il vous plaît, je vous demande de prier aussi pour moi. Que Jésus vous bénisse et que la Sainte Vierge prenne soin de vous.

Affectueusement,

Cardinal Jorge Maria Bergoglio, s.j., archevêque de Buenos Aires.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *