Fonds publics pour deux cliniques d’avortement à Amsterdam

Download PDF

La secrétaire d’Etat néerlandaise de la Santé publique, du Bien-être et des Sports vient d’octroyer une subvention publique de quelque 520.000 euros aux deux cliniques d’avortement fonctionnant actuellement à Amsterdam, et qui sont toutes deux menacées de faillite. La clinique Oosterpark touchera 286.000 euros pris sur le trésor public, tandis que le Centre de santé sexuelle d’Amsterdam se verra octroyer 235.000 euros, à charge pour eux de fusionner d’ici à janvier 2010. Jet Bussemaker, qui répondait mercredi devant la Deuxième chambres aux questions à propos de sa politique en matière d’avortement a fait savoir que les cliniques d’avortement les plus proches, à Haarlem, Alkmaar et Leiden, ne seraient pas en mesure de pratiquer les centaines d’interventions qui sont assurées actuellement tous les ans dans la capitale néerlandaise. Pas question pour les femmes d’être mises sur listes d’attente !

Les chrétiens démocrates (CDA), l’union chrétienne (ChristenUnie) et le plus vieux parti protestant néerlandais (SGP) ont vigoureusement protesté lors du débat… parce que la secrétaire d’Etat vient au secours de deux cliniques qui doivent leurs difficultés financières à une gestion désastreuse. Que deviendra le pays, demande le SGP, si le gouvernement récompense ainsi le mauvais management ?

Le 17 novembre, Mme Bussemaker a répondu par écrit au responsable de ce parti en ces termes :

Par cette lettre je vous informe que deux cliniques d’avortement à Amsterdam, à savoi ACSG et la cinique Oosterpark, se trouvent dans une situation financière difficile. Les deux cliniques sont menacées de faillite pour cause d’une mauvaise direction et gestion. Une vérification auprès de l’Inspection a permis de constater qu’il n’y a pas eu de dégradation des soins pour autant. Ceux-ci sont de bonne qualité dans les deux cliniques.

En cas de faillite la continuité de l’accès à l’avortement à Amsterdam serait gravement menacée. Vu ma responsabilité qui me fait le devoir d’assurer un accès suffisant à l’avortement, j’ai donc décidé de mettre à disposition une somme non renouvelable pour les deux cliniques, en vue d’assurer le paiement de leurs charges pour novembre et décembre 2009.

Les cliniques ont indiqué qu’elles souhaitent fusionner pour constituer une seule clinique d’avortement à Amsterdam. Dès le premier janvier 2010 l’on travaillera, en collaboration avec le Collège des assurances de soins, à un plan de fusionnement. Le but de cette fusion sera de constituer une seule clinique d’avortement à Amsterdam, qui soit financièrement viable. A cette fin je désignerai quelqu’un, en concertation avec les parties intéressées, qui sera chargé dès le 1er janvier 2010 d’accompagner le fusionnement.


J’espère vous avoir informé de manière satisfaisante.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *