Incarnation et Résurrection se retrouvent à Turin…

Download PDF

Le Centre mexicain de sindonologie a lancé l’initiative qui a abouti à ce bel événement : le 12 décembre dernier, fête de Notre Dame de Guadalupe, patronne des Amériques et aussi symbole du mouvement pro-vie, une copie très fidèle de l’image miraculeuse vénérée au Mexique a été intronisée dans l’église du Très Saint Suaire de Turin.

Photo reprise sur ACIPrensa

La réplique de l’image imprimée sur le manteau de San Juan Diego il y a plus de 500 ans avait été offerte à la Commission diocésaine de Turin le 5 mai dernier. C’est l’archevêque de Turin alors en exercice, le cardinal Severino Poletto, qui avait alors pris la décision de l’exposer dans l’église où est conservé le Linceul et où, en l’absence d’ostension, on peut en voir également une réplique.

Le président du Centre mexicain de sindonologie, Adolfo Orozco Torres, a déclaré que « le 12 décembre passera dans l’histoire comme la date où se rejoignent la dévotion à Jésus à travers son image sur le Linceul et à sa Bienheureuse Mère en son invocation de Guadalupe, sur l’humble tilma de saint Juan Diego ». « Ce sont les deux images les plus importantes et les plus représentatives au niveau spirituel de notre rédemption », a-t-il ajouté.

Par le Linceul, « nous avons les marques de l’immense sacrifice au prix duquel Jésus nous a sauvés du péché », tandis qu’en l’image de Marie se matérialise le cadeau de la maternité de Marie que le Christ a donné aux hommes depuis la Croix. « Aujourd’hui, le Fils la reçoit dans sa maison de Turin », a conclu  Adolfo Orozco.

L’image miraculeuse de Guadalupe, ornée de signes que les populations amérindiennes connaissaient, montre une Vierge enceinte et souriante, vêtue de soleil, la lune sous ses pieds, mère d’un roi, l’antithèse absolue de la divinité solaire aztèque dévoreuse de sacrifices humains.

Source : ACIPrensa.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *