La pédophilie : « problème numéro un » pour les enfants stars de Hollywood

Download PDF

Enfin, les déclarations de l’acteur américain Corey Feldman, jadis enfant star puis acteur adolescent à Hollywood et toujours à l’affiche de films de série B, ont été répercutées par les gros médias « sérieux » – et plus précisément dans le programme Nightline de la chaïne ABC News. Cela fait quelque temps qu’il accuse Hollywood d’avoir un « grand secret » : la pédophilie omniprésente.

Lui-même a démarré sa carrière d’acteur de télévision à l’âge de 3 ans ; c’est à 14 ans qu’il a compris quel était le ressort de certaines promotions. Le casting canapé, comme il l’appelle, a cours à tous les niveaux, et même pour les acteurs les plus jeunes. « Je peux vous dire que le problème numéro un de Hollywood était, est et sera toujours la pédophilie «, a-t-il déclaré lors de l’émission.
Lui-même victime d’abus sexuels, dit-il, Corey Feldman explique :
« J’étais encerclé par ces hommes quand j’avais 14 ans. Encerclé. Littéralement. Je ne le savais même pas. Ce n’est que lorsque je fus assez grand pour comprendre ce qu’ils étaient et ce qu’ils voulaient, et ce qu’ils cherchaient à faire… Oh, mon Dieu, ils étaient partout, comme des vautours. »

Ces hommes-là avaient leur propre pouvoir ou des relations avec ceux qui exerçaient les plus grands pouvoir dans l’industrie du cinéma, assure l’acteur, pour qui tout cela a été possible en raison d’une culture du secret qui semble se perpétuer.
De fait ces choses se disent depuis un petit moment mais n’ont pu percer dans la grosse presse que par le biais des blogs de ragots « people », et sans provoquer l’indignation bruyante des médias.
LifeSite, qui répercute ces informations, a interrogé Bob Donohue de la Catholic League. Celui-ci observe :

Les mêmes gros médias qui assurent une hyper-couverture à propos d’un prêtre accusé de gestes « limites » comme d’embrasser une adolescente sur la tête, semblent encaisser avec aplomb les remarques récentes de Corey Feldman sur la prévalence de la pédophilie à Hollywood.

Les catholiques, en particulier, seraient ravis de savoir le pourquoi de cette réaction détachée à l’aveu de Feldman : est-ce parce que les journalistes ont depuis longtemps connaissance d’abus d’enfants répandus à Hollywood et respectent une règle non écrite qui les empêche d’en parler ? Si c’est le cas, leur réaction à l’affaire des prêtres mécréants apparaît décidément artificielle.

© leblogdejeannesmits.

2 comments

  1. Anonymous

    POURQUOI CE SILENCE DES MEDIAS sur ce qui se passe à Hollywood ?
    C'est simple : il faut tuer l'Eglise qui préconise une autre morale… (même si malheureusement quelques prêtres dévient), et cela gène les promoteur de la philosophie du sexe dieu !

  2. Anonymous

    PROCHAINE « NORME » ! : LEGALISONS LA PÉDOPHILIE « !!!!!
    http://marucha.wordpress.com/

    USA: konferencja zwolenników legalizacji pedofilii

    Posted by Marucha w dniu 2011-08-17 (środa)

    TRADUCTION :

    USA : CONFÉRENCE DES PARTISANS DE LA LEGALISATION DE LA PEDOPHILIE

    Posté par Marucha ce Mercredi 18 Aout 2011-08-17

    Aujourd’hui à Baltimore s’ouvre une conférence, avec la participation de chercheurs venant de différents milieu universitaires Etats Uniens, qui se propose de débattre des moyens pouvant amener la légalisation de la pédophilie. Ces savants vont réfléchir sur les moyens de convaincre l’Association Américaine de Psychologie de la nécessité de retirer la pédophilie de la liste des troubles psychiques, tout comme cela fut fait pour l’homosexualité .

    L’organisateur de la conférence est un groupe de militants pédophiles de l’institution B4U-ACT. Elle regroupe des psychiatres qui contestent le fait que les penchants sexuels d’adultes pour des enfants relèvent d’un trouble psychique devant etre soigné.

    Participent à cette conférence un certain nombre de représentants du monde universitaire, notamment d’Harvard et de la Johns Hopkins University ainsi que d’écoles supérieures de Louisville et de l’Illinois .

    Le Président de l’organisation B4U-ACT, Howard Kline a critiqué, fin de Juillet, la définition de la pédophilie formulée par l’Association des Psychologues Américains estimant que les critères ayant donné lieu à cette classification sont « erronés et dépourvus de bases scientifiques ». Il a ajouté que se proposer de traiter les pédophiles était « inconvenant » et « erroné ». De l’avis de Kline l’Association des Psychologues Américains se base avant tout sur des recherches effectuées sur des prisonniers, hors ce ne sont pas toutes les personnes ayant des penchants sexuels envers les enfants qui s’avèrent etre des délinquants. Il a ajouté que son Organisation « peut aider » l’American Psychologists Association à changer sa classification de la pédophilie « puisqu’existent des gens qui écrivent sur ce thème ».

    Le B4U-ACT classe la pédophilie comme une simple orientation sexuelle autre et condamne « la stigmatisation » dont elle est l’objet. « Nul ne décide de ses penchants sexuels pour les enfants. La cause en est inconnue. En réalité nul ne connaît non plus les causes des penchants sexuels pour les adultes » – assurent les militants de la légalisation de la pédophilie qui n’aiment pas l’idée d’avoir à soigner ce dérèglement.

    Dans son communiqué de presse la B4U-ACT informe l’APA qu’elle a critiqué sa classification des maladies psychiques.

    Dans son interview pour LifeSiteNews le professeur de droit Judith Reisman, expert en matière d’éthique sexuelle et de pornographie, a critiqué la conférence de Baltimore. Elle a reconnu que déjà , dans les années 70 , elle s’est confronté avec de multiples initiatives visant à légaliser la pornographie infantile. Les pédophiles avaient alors engagé des « savants » amenant divers « travaux scientifiques » sur la pornographie, la prostitution et sur d’autres aberrations sexuelles. Ils envoyaient ensuite leurs conclusions à divers parlementaires qu’ils voulaient convaincre d’adopter leurs scandaleuses lois

    Cest à la suite d’initiatives du meme ordre e de moultes démonstrations que les sodomistes ont obtenus en 1973 que l’homosexualité soit effacée de la liste des maladies psychiques figurant dans la classification du guide publié par l’Association des Psychologues Américains . Quand bien meme ont paru depuis de nombreux travaux scientifiques confirmant les aspects négatifs de l’homosexualité et sa nocivité pour la santé de nombreuse associations de psychiatres gardent désormais le silence sur ce sujet.

    Source : LIfeSiteNews.com, AS
    http://www.piotrskarga.pl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *