Mexique : le cardinal Sandoval Iñiguez contre la “préférence sexuelle”

Download PDF
L’archevêque de Guadalajara, le cardinal Juan Sandoval Iñiguez, a dénoncé dans son éditorial hebdomadaire dans El Semanario, l’organe de presse de son diocèse, le caractère anti-démocratique de la réforme constitutionnelle qui prétend « protéger » les « préférences sexuelles » de la « discrimination». Et il avertit tous les pères de famille du « danger couru par leurs enfants » en raison de ce projet.
La réforme constitutionnelle, adoptée par le Sénat le 8 mars dernier après avoir été approuvée par les députés, n’attend plus que l’approbation du Congrès des Etats pour prendre valeur de norme suprême au Mexique.
Son article 5, paragraphe 1 présente comme « positives » les « préférences sexuelles », termes qui ne se trouvent, rappelle le cardinal, dans aucun instrument international. Puis il dit les choses avec une grande franchise, une franchise qui sous d’autres cieux où la protection de l’« orientation sexuelle » est déjà bien installée, provoquerait sûrement un tollé (vous voyez le cardinal Vingt-Trois parler ainsi ?).
C’est donc à titre documentaire, et pour faciliter les comparaisons d’un pays à l’autre, que je vous propose ma traduction de ces larges extraits.

Cela semble être une expression inoffensive et sans grandes conséquences, mais elle est dangereuse et terrible parce qu’elle exclut de la protection toutes les autres préférences. Elle crée une limite en évoquant explicitement les préférences sexuelles, ce qui exclut les préférences religieuses, politiques, sportives, etc., qui ainsi se trouvent “déprotégées” par la Constitution.

En outre, si l’on protège les préférences sexuelles, on ouvre la porte à toutes sortes d’irrégularités et d’aberrations, parce qu’il faut bien signaler qu’il existe des préférences sexuelles très aberrantes, comme par exemple la pédophilie et la zoophilie, entre autres. Ainsi des pratiques comme le prétendu « mariage » entre personnes de même sexe, seront pour ainsi dire consacrées par cette réforme. Par ailleurs, par l’amendement de l’article 3, on solennise le fait que l’éducation doit être dispensée en accord avec l’« idéologie du genre » et que par conséquent, il faut enseigner aux enfants à respecter tous les genres et préférences sexuelles, malgré les désordres et les irrégularités que cela implique. Ainsi, les maîtres ont le champ libre pour enseigner tout ce qu’ils veulent.

Ces instructions ont été mises en avant au sein de la « Charte des droits des enfants », où l’on inclut les pré-pubères de 10 ans en même temps que les jeunes de 18 ans, alors qu’à l’évidence, il existe de grandes différences.

Selon cette Charte, il faut enseigner aux enfants comment démarrer leur vie sexuelle, l’utilisation des préservatifs et des contraceptifs, comment se protéger des maladies, à des âges aussi disparates.

Et cela se produit dans les classes des enfants sous la protection du Secrétariat à la Santé et du Secrétariat à l’Education.

Le cardinal dénonce une réforme faite « en catimini » et exhorte tous les parents qui seront, espère-t-il, alertés par son message, à s’organiser avec de bons juristes pour ne pas laisser  passer la réforme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *