Veronica Connolly, handicapée, pro-vie, risque la prison

Download PDF

Cela se passe non pas en Chine, mais au Royaume-Uni, et la protagoniste de cette histoire se nomme Veronica Connolly, et non Guen Guangcheng. Et elle n’est pas aveugle, comme lui, mais clouée dans son fauteuil roulant. Cette grand-mère catholique de 50 ans sera entendue mardi devant la Haute Cour de Londres qui examinera l’appel de sa condamnation en première instance pour avoir envoyé des photos d’avortements à des pharmacies commercialisant la pilule du lendemain. Les premiers juges l’avaient estimée coupable d’envoi de publications « offensantes », et avaient prononcé une amende à son encontre.

S’estimant justifiée en conscience Veronica Connolly avait refusé de s’acquitter de la somme, ce qui la rend passible d’une peine de prison – qu’elle est d’ailleurs prête à accomplir, a-t-elle déclaré à The LifeLeague, l’association pro-vie au sein de laquelle elle milite.

Elle avait été condamnée en première instance en mai, le même jour qu’Edward Atkinson et pour le même motif : celui-ci avait envoyé des photos de fœtus avortés à des employés du Queen Elizabeth Hospital. Récidiviste, Atkinson, 74 ans, était condamné à 500 livres d’amende et quatre semaines de prison, plus deux encore pour avoir refusé de payer une première amende de 500 livres prononcée en 2002. La condamnation de mai dernier était assortie d’une période de cinq ans de placement sous contrôle judiciaire pour agissements anti-sociaux, sous peine de cinq ans d’emprisonnement en cas de nouvelle récidive.

A cette occasion, l’hôpital Queen Elizabeth dont il dépend l’avait en outre radié d’une liste d’attente pour une chirurgie de remplacement de la hanche, établissant une interdiction de tout soin à son encontre, hormis les interventions d’urgence.

Cela se passe au Royaume-Uni, pas en Chine…

Source : ici (attention, photos en première page).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *