Pèlerinage de Chartres: une belle démonstration de foi (I)

Download PDF

     

Riposte catholique est revenu, à plusieurs reprises, sur le 35ème Pèlerinage de Chrétienté. Cette année, le “cru” était largement positif. Outre une organisation rodée et améliorée (on a pu constater la présence de nombreux membres de l’équipe logistique tout au long du parcours), il faut également constater un afflux exceptionnel de pèlerins, probablement aux environs de 10 000, si ce n’est plus. L’Écho Républicain, le journal local, pouvait même titrer en couverture: “Encore plus de pèlerins”.

À certaines étapes, il a fallu compter deux heures entre l’arrivée du début de la colonne et celle de la fin de la colonne. Ce fut le cas à la halte des Courlis, soit une heure de plus que ce qui était prévu dans la grille horaire. Le scénario a été le même à la cathédrale de Chartres; quand la messe a débuté, des pèlerins arrivaient encore sur le parvis. Les organisateurs ont vu grand, devant arrêter la liste des inscriptions quelques jours avant le pèlerinage. Par ailleurs, il serait même question d’un deuxième pèlerinage ou d’un dédoublement de l’itinéraire pour soulager le traditionnel pèlerinage de Pentecôte. C’est dire l’importance du Pèlerinage de Chrétienté, dans l’Église de France, mais également dans le monde entier. Ainsi, on a pu voir de nombreux pèlerins venus du monde anglo-saxon ou germanophone.

La présence du cardinal Raymond Leo Burke était également un signe fort lors de la messe du lundi de Pentecôte. Il a salué la cathédrale de Chartres comme la “maison de Marie”, selon une expression ancienne. Remerciant l’évêque de Chartres, Mgr Michel Pansard, l’homélie du cardinal était assez riche. Il a rappelé le rôle de la Sainte Vierge dans la vie de l’Église et de la Chrétienté. Il a ainsi évoqué le rôle de Marie à Lépante. Le sermon était particulièrement au diapason du centenaire des apparitions de Notre Dame, à Fatima.

  

Enfin, l’effet Chartres s’est poursuivi au-delà des transports, dans le métro parisien, dans les rames du métro parisien… L’esprit de Chrétienté était bien présent ces trois jours.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *