Quelques précisions sur la communication du saint-siège

Download PDF

Le moins que l’on puisse dire, c’est que, pour des laïques habitués à l’efficacité des communications d’entreprise,
la communication du “Vatican” (entité aussi vague qu’inexistante dans la réalité…) est complexe. Nous reviendrons un jour prochain sur ce dossier, mais, en attendant, voici un excellent
résumé découvert voici quelques jours
ici:

“L’organisation et surtout la structure chargée de la communication du Saint-Siège est très, voire trop complexe. Aussi, il est parfois fort difficile de s’y retrouver. Elle doit
justement, à mon avis, être réformée, simplifiée et unifiée. Elle est composée: – de la salle de presse (dirigée par la Secrétairie d’Etat – dont le directeur est le Père Lombardi), du site
Internet (www.vatican.va), du Centre télévisé du Vatican (CTV), de Radio Vatican (qui détient les droits sur la voix du Pape) et du journal “l’Osservatore Romano” dirigé par M. Vian. Le Père
Lombardi dirige le CTV et Radio Vatican.1


Le conseil pontifical pour les communication sociales s’occupe, pour faire très court, des “recherches” mais
n’occupe pas directement de la communication du Saint-Siège.


Navarro Valls faisait partie de la “famille” du Pape Jean Paul II, avec le secrétaire Don Stanislaw Dziwisz. Il
avait un contact très étroit, immédiat et direct avec le Pape. Ses liens avec la secrétairie d’Etat était plus flou.


Le Père Lombardi rencontre environ une fois par mois le Pape Benoît XVI. La Secrétairie d’Etat, dirigé par le
Cardinal Bertone, s’occupe donc de la communication du Saint Siège. Les actes officiels du Saint-Siège et de la Curie romaine (dicastères et conseils pontificaux) sont ceux que l’ont retrouvent
dans les Actes du Saint Siège (Acta Apostolicae Sedis).


Le Père Frederico Lombardi, n’est pas le porte-parole du Pape, mais le directeur de la salle de presse du
Saint-Siège. Cette dernière exprime la position du Saint-Siège par des communications précises: communiqués de presse, déclarations, conférences de presse etc.


Aussi, ni les propos des évêques de la Curie ou des Cardinaux expriment l’avis du Saint Siège. L’Osservatore
Romano (journal du Vatican) est un organe officieux.


Le Vatican n’est qu’un Etat, qui permet d’assurer la totale indépendance du Pape. Il ne dépend d’aucun souverain
pour assurer sa mission spirituelle. Aussi, pour l’Eglise il faut parler du Saint-Siège, une entité de droit, reconnue internationalement, qui peut exister sans le Vatican (ce dernier existe
depuis les accords du Latran de 1929 signés par le Pape Pie XI, qui mis un terme à une période, lorsque le bienheureux Pie IX, et ses successeurs (Léon XIII-Saint Pie X et Benoît XVI) se
considérèrent prisonnier au Vatican, et ceci suite à la fin des Etats pontificaux en 1871 (Il Risorgimento et l’Unité italienne ).”