La béatification d’Edmond Michelet peut-elle être une canonisation de ses choix politiques?

Download PDF

Je parlais récemment avec un prêtre français, fort bien au fait de l’actualité romaine, du procès de béatification en cours d’Edmond Michelet. D’après les informations que nous avions chacun de notre côté, ce procès avançait rapidement et ce prêtre me disait:

“C’est un désastre. S’il est effectivement béatifié, tous les médias dans l’Eglise liront sa béatification comme une canonisation des options politiques prises dans les années 1950 et 1960 par la démocratie chrétienne.”

Cette interprétation est effectivement à craindre.
Personnellement, en matière de choix politiques, je suis extrêmement “libéral”. Je crois volontiers que les catholiques peuvent opter pour tel ou tel régime, qu’ils peuvent choisir telle ou telle priorité. Il reste que les choix politiques (et surtout religieux) de la démocratie chrétienne ouest-européenne n’ont pas été heureux. Je partage avec les démocrates chrétiens d’après guerre une commune aversion pour le national-socialisme et pour le marxisme-léninisme, mais je ne vois aucune raison d’approuver le prétendu anti-colonialisme (qui consista à laisser la voie libre à l’impérialisme soviétique en attendant la théocratie islamiste, sans parler du grave recul en termes de développement économique et culturel des pays concernés). Je ne vois aucune raison surtout d’approuver l’espèce de progressisme diffuse qui nous promettait la paix par la disparition des nations et une dissolution de l’Eglise catholique dans une espèce de magma interreligieux.
J’exagère naturellement, mais qui peut nier que ce fût la tendance lourde de la démocratie chrétiennes dans les années 1950 à 1970 (avant sa disparition)?
Qui peut nier aussi que la démocratie chrétienne s’est toujours alliée avec le socialisme, y compris communiste, contre les chrétiens dits “conservateurs”?
Bref, chacun fait ce qu’il veut en politique (à condition naturellement de respecter la loi naturelle et la loi divine), mais je ne me sens pas vraiment porté à applaudir aux “réussites” démocrates chrétiennes!
Et je ne verrais donc pas volontiers une canonisation de ces orientations politiques.
Cela étant, je crois aussi qu’il ne faut pas crier avant d’avoir mal:
1) Edmond Michelet n’est pas encore béatifié. Ce n’est pas parce que son procès avance vite qu’il aboutira. Je crois savoir que le dossier d’Isabelle la Catholique est bouclé depuis des années, mais bloqué en raison de ses possibles répercussions politiques et géopolitiques.
2) J’ai, en particulier, un peu de mal à croire qu’un homme qui a rétabli la peine de mort pour crime politique, qui a fait pression (alors que sa mission de Garde des sceaux aurait exigé un peu de retenue, pour ne rien dire de l’indépendance de la justice) sur les tribunaux pour “obtenir” la peine de mort contre les généraux Challe et Zeller (et peut-être d’autres encore), puisse être béatifié. Surtout en un temps où Rome est plutôt sur une “ligne” très réservée, pour ne pas dire plus, à propos de la peine de mort.
3) Si béatification il y a, elle ne pourra donc sanctionner que la qualité de la vie personnelle du croyant. Encore une fois, on note les ambiguïtés des béatifications: tout le monde les comprend comme des choix exemplaires que l’Eglise fait pour nous proposer des modèles dans notre vie terrestre, alors que, trop souvent, les procès de béatification se concentrent sur la vie spirituelle et sacramentelle des “candidats”. Il serait utile que l’autorité soit en mesure de dire: Tel fils de l’Eglise est au Ciel, j’en suis assurée (car le pouvoir des clefs va sans aucun doute jusque-là). Sans pour autant nous le présenter en modèle.
4) Quant à la canonisation de la démocratie chrétienne, je ne crois pas qu’elle soit envisageable. Pas à Rome. Pas dans la Rome actuelle. Chacun des collaborateurs du saint-siège sait bien que la démocratie chrétienne italienne a été le fourrier du communisme, en parfaite contradiction avec le mandat que lui avait fixé Pie XII. Et chacun sait aussi que la démocratie chrétienne a lâché précisément sur tous les points non négociables qui consistuent pour ainsi dire la plate-forme politique de Benoît XVI (je n’aurais pas la cruauté de rappeler, pour le cas français, les liens entre la démocratie chrétienne et Simone Veil…).

En un mot comme en cent, je prie bien volontiers pour que les portes du paradis se soient ouvertes pour Edmond Michelet. De là à en faire un modèle d’action politique, il y a une marge. Et de là à canoniser la démocratie chrétienne et les options concrètes qu’elle a prises, il y a un abîme!

11 comments

  1. BACLET

    Pour en savoir plus, l’ouvrage court mais dense et précis de Bernard Zeller est une source excellente :

    “Edmond Michelet est-il un saint ?”
    Edition La Doller, 2009

    A lire

  2. de la Croix Guy

    Voilà bien encore une preuve que la Curie romaine contient encore de larges traces du courant progressiste qui l’a envahie depuis plus de 60 ans…

  3. Benoît Lobet

    Comme pour Pie IX, dont la béatification posa des problèmes à d’aucuns – et j’en fus -, il faut rappeler qu’on ne béatifie pas une “partie” de personne, mais une personne tout entière, avec ses choix politiques, ses options de vie, ses comportements. La grandeur de l’Eglise catholique n’est-elle pas de proposer précisément des modèles multiples, qui, pourvu qu’ils soient authentiquement évangéliques, échappent à toute récupération ou à tout déni idéologiques?

  4. Kris Vancauwenberghe

    “La grandeur de l’Eglise catholique n’est-elle pas de proposer précisément des modèles multiples, qui, pourvu qu’ils soient authentiquement évangéliques, échappent à toute récupération ou à tout déni idéologiques?” C’est vrai, et si vrai que ça prémunira sans doute nos petits-enfants contre tout risque de béatification de l’abbé Lobet, puisque lui n’échappe pas aux récupérations idéologiques (entre autres nombreux exemples, son post sur le roi Baudouin ici: http://www.osservatore-vaticano.org/relations-avec-les-etats/communion-de-la-reine-despagne- si vla-preuve-par-golias).

  5. michael

    Comme celle de toute institution humaine, la politique de l’Eglise n’est certes pas la plus exemplaire. Dans l’Esprit, le Christ est certes plus communiste que tous ces vieux crabes qui durant toute l’histoire se sont montrés les complices des pouvoirs et de l’argent.
    Restera ce qui mérite de rester!

  6. Benoît Lobet

    Et, pour préciser encore ma pensée, et parce que je connais cette histoire de près, je peux affirmer que le Roi Baudouin a voulu préserver ET l’honneur de sa conscience ET le fonctionnement des institutions démocratiques du Royaume. Et il y est arrivé. J’espère qu’on le béatifiera un jour, lui – et aussi son épouse – pour avoir voulu préserver ce double enjeu et ainsi faire honneur au serment qu’il avait fait devant le pays en même temps qu’à sa foi chrétienne.

  7. Philippe Pouzoulet

    Ce commentaire démontre surtout que l’auteur ne connaît rien d’Edmond Michelet, de sa formation culturelle, de ses convictions, de ses engagements politiques …et de ses profondes divergences avec le MRP qui conduiront à la rupture à cause de sa fidélité envers De Gaulle.

    Sur l’Europe par exemple : il n’y a pas plus attaché à l’Europe des nations qu’Edmond Michelet : il l’a connue dans le camp de concentration ! L’auteur met complètement à côté de la plaque.

    L’auteur ne sait même pas que le parquet reçoit ses instructions du ministre de la justice. Il ne s’agit pas de pression sur la formation de jugement…

    Affligeant de stupidité et d’ignorance…Et ce sont des gens comme ça qui prétendent juger de l’initiative de l’Eglise ?

    Merci d’afficher des “vaticanistes” un peu moins nuls…

    • Vini Ganimara

      J’avoue ne pas comprendre en quoi votre réaction répond à mon article.
      Je n’ai jamais prétendu que Michelet préférait l’Europe fédérale à l’Europe des nations.
      Et je ne crois pas avoir nié non plus l’existence d’un lien hiérarchique entre le parquet et la chancellerie.
      J’ajoute que je n’ai jamais prétendu “juger de l’initiative de l’Eglise”, pour deux raisons au moins:
      1) Je n’en ai pas l’autorité;
      2) Il n’y a pas encore, que je sache, d’initiative de l’Eglise en cette matière, mais simplement un appel à documentation (à moins que le procès soit jugé d’avance?).
      Je dis simplement qu’il existe un risque, qui n’est pas négligeable, que la béatification de Michelet soit comprise comme une canonisation des options politiques et religieuses de la démocratie chrétienne (options qui dépassent largement le seul MRP et, plus largement encore, la personne d’Edmond Michelet).
      Que vous soyez attaché à la béatification du grand-père de votre épouse est parfaitement compréhensible et même louable, mais je ne vois aucune raison de ne pas s’interroger sur les conséquences d’un tel acte.
      A moins que vous imaginiez que, lors d’un procès de béatification, on ne s’intéresse qu’aux vertus personnelles de l’intéressé?

      PS: puis-je me permettre de vous faire remarquer qu’il n’est pas forcément de bonne stratégie de répondre par l’insulte à un article qui, lui, n’était pas insultant? Les lecteurs sont forcément amenés à songer que les injures masquent mal une argumentation un peu courte…

  8. charles baril

    moi les considérations politiques ne m’intéressent pas, comme c’était déja le cas à l’époque du christ! mais cet homme, car j’ai eu l’occasion de le ressentir à travers ses ouvrages mais aussi, de façon personnel, apporte encore aujourd’hui bonté et désintéressement, pour ceux qui savent sentir avec leur coeur! il est proche du christ… priez avec foi, vous verrez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *