Art : l’Eglise a accepté d’être asservie au ministère de la culture

Download PDF

Sur Polémia,  Jean-Claude Hulot consacre un article à un ouvrage d‘Aude de Kerros sur l’art contemporain, qui atteint même l’art sacré. Il y a malheureusement eu un hold up au sein de l’Eglise qui est en France sur les constructions architecturales, les ornements, les statuaires, les objets liturgiques, etc.:

“Mais la thèse la plus novatrice et intéressante de l’ouvrage d’une lecture parfois ardue réside dans le récit et la démonstration très étayée que fait Aude de Kerros de la façon dont l’AC s’est imposé dans l’Eglise avec la complicité active du haut clergé français soucieux de ne pas rater le coche de la « modernité » artistique. En recherchant à attirer les artistes (et en se laissant abuser par l’épithète de « sacré ») l’épiscopat a ainsi ouvert les lieux de culte aux installations de l‘art contemporain, introduisant un « art sacré «  qui n’a en fait plus rien de religieux… « Le sacré est sans doute spirituel et métaphysique mais il n’a plus l’aura du transcendant et du divin ». Aude de Kerros démonte méthodiquement les étapes de cette infiltration des lieux de culte par cet « art sacré contemporain » qui donne son nom au livre.  Elle montre aussi comment l’église a accepté d’être asservie au ministère de la culture et à une idéologie purement laïque dans laquelle le sacré n’est qu’une perversion du religieux qui parvient en fait à évincer totalement le religieux de l’art.

L’une des conséquences dommageables du concile Vatican II a bien été d’anéantir les ambitions artistiques de l’Eglise, en rejetant l’art au profit de la « participation » des fidèles. L’auteur ne mentionne qu’incidemment ses conséquences catastrophiques dans le domaine musical, sujet qui mériterait à lui seul d’être développé dans un ouvrage spécifique comparable à celui d’Aude de Kerros. Mais elle rappelle avec raison que la restauration du patrimoine architectural touché par la seconde guerre mondiale a été le fait du ministère de la culture et non plus de l’Eglise. « Le vitrail a été le cheval de Troie de l’entrée de l’AC dans les sanctuaires dès 1975 ». […]

Ce n’est qu’à partir de 1997 que les évêques français vont tenter de prendre le train en marche, croyant ainsi « inculturer la modernité comme les premiers chrétiens avaient, avec succès, inculturé le paganisme antique ». L’église a alors accueilli « happenings » et « installations » sans trop regarder ce qu’il  y avait au fond de ces événements.

L’ouverture du collège des Bernardins a marqué une étape importante dans ce processus en donnant l’aval de l’archevêque de Paris à cette nouvelle forme d’ « art sacré contemporain ». Dès lors, comme le souligne l’auteur « aucune œuvre non conceptuelle ne pourra souiller les cimaises consacrées à l’AC aux Bernardins ».

Et c’est ainsi que s’est imposé ce que l’auteur nomme dans une formule saisissante « l’art du piège conceptuel ». Car, non sans malice, Aude de Kerros pointe le déséquilibre intellectuel existant entre la forte puissance de l’administration de la culture et la faiblesse du haut clergé : «  face à des fonctionnaires illuminés par la pensée conceptuelle, mystiques de la vacuité et de la transgression purificatrice, les autorités ecclésiastiques ne semblent pas distinguer dans leurs rangs les grandes pointures. ». L’Eglise de fait devient juste un enjeu culturel majeur, en particulier parce qu’elle sert de caisse de résonance aux œuvres et … fait monter leur cote !

La déliquescence liturgique post-conciliaire offre un magnifique terrain aux adeptes de l’ « AC » qui parviennent ainsi à intégrer des « happenings » au sein même d’une liturgie complaisante.

L’ouvrage se conclut cependant heureusement par une note d’optimisme. C’est aux fidèles et au clergé de base qu’en effet qu’incombe la tâche de résister à cet asservissement de l’Eglise à l’Etat. Certains ont, heureusement, commencé, avec bon sens à en prendre conscience et à résister. Le redressement viendra-t-il d’eux ? L’auteur semble l’espérer, et l’on veut croire que son ouvrage aidera à la résistance des « artistes d’art ». Car l’art « c’est un acte d’espérance. On peut perdre, mourir, mais qu’importe. Il est hors de question de renoncer à un don divin. »”

6 comments

  1. frannot

    Aude de Kerros, Sacré art contemporain : évêques, inspecteurs et commissaires, Jean-Cyrille Godefroy éditions, collection Articles sans C, 18/05/2012, 231 p.

  2. eljojo

    Il faut aussi prendre en compte la dimension financière, hélas.

    En effet l'”art” moderne est souvent bien moins cher que l’art néoclassique, et l’Eglise en France manque de moyens.

  3. Ce qu’explique également Aude de Kerros dans son livre, c’est que le fait qu’une “œuvre” d’AC soit exposée dans une église donne une sorte de caution morale à cette “œuvre” et à son auteur.
    La religion catholique a inspiré tant de merveilles artistiques au fil des siècles, et dans tous les domaines, que si l’Eglise d’aujourd’hui accepte de présenter une horreur dans l’une de ses églises (et les exemples cités par Mme de Kerros ne sont pas tristes), cette horreur devient belle et bonne et respectable… et, comme indiqué dans l’article, les prix augmentent.
    Il est important que tous les catholiques s’instruisent à ce sujet et instruisent en retour leurs amis et leurs prêtres. En plus d’Aude de Kerros, on peut lire également Christine Sourgins et Raphaël Jodeau sur le net :
    http://bibliotheque.audedekerros.fr/
    http://sourgins.over-blog.com/
    http://www.sauvonslart.com/

  4. J’aurai pour ma part tendance à étendre cette analyse à la musique “sacrée” : pas celle des grands organistes comme T. Escaich et bien d’autres – mais aux chansonnettes qu’on entend trop souvent le dimanche à la messe qui sont d’une fadeur écoeurante. C’est sans doute compatible avec l’AC. Alors que le trésor de chants religieux dont nous disposons est admirable, notamment le chant grégorien, capable d’élever l’âme des fidèles vers Dieu, même de nos jours, j’en fais souvent l’expérience.

  5. jpr

    Cette intrusion d’un art (?) tout sauf sacré dans les églises n’est-elle pas, en un sens, révélatrice de la contagion maçonnique au sein même d’une certaine église ?
    Dans un autre domaine, il se dit que le milieu de la facture d’orgue, instrument sacré, est infesté de franc-maçons qui peuvent compter sur la diligence de leurs frères des ministères (“techniciens conseil”, notamment) pour se voir attribuer nombre de marchés publics de restauration d’instruments classés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *