(Rétro)Commissions épiscopales

Download PDF



Au cours de cette
assemblée plénière de novembre 2009, les évêques ont également procédé aux élections
suivantes
, pour des mandats de 3 ans.

Mgr Jacques Blaquart, évêque auxiliaire de Bordeaux a été élu membre du Conseil permanent (collège des évêques de moins de 5 ans d’ordination épiscopale). Le Conseil permanent est l’organisme qui reçoit délégation de l’assemblée pour : veiller à l’exécution des décisions prises par l’assemblée ; assurer la continuité de
l’action pastorale d’une assemblée à l’autre ;
assurer la coordination du travail des instances de la Conférence
;
nommer les secrétaires généraux adjoints, les directeurs des services nationaux et certains aumôniers
nationaux ;
étudier les questions urgentes qui n’exigent pas une décision de l’assemblée ;
préparer les sessions de l’assemblée plénière. (selon les statuts de la
CEF
)

Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque d’Albi a été réélu pour un 2nd mandat président de la Commission doctrinale.

Mgr Claude Dagens, évêque d’Angoulême a été réélu pour un 2nd mandat membre de la Commission doctrinale.

Mgr Bernard Housset, évêque de La Rochelle a été réélu pour un 2nd mandat président du Conseil pour la solidarité

Les commissions et conseils sont des organismes
d’analyse et de réflexion dans le champ pastoral confié à chacun d’eux par l’assemblée plénière. Ils définissent les orientations majeures des travaux à
entreprendre, choisissent les axes de travail, identifient les sujets à traiter, chacun dans leur domaine.
(selon les statuts de la CEF)

 

Rappelons, à toutes fins utiles, que la Conférence épiscopale n’est pas un échelon intermédiaire entre le pape et les
évêques : l’entière compétence de chaque évêque dans son diocèse demeure sauve
. Lire ce qu’en dit le Droit Canon et le Motu Proprio Apostolos Suos de Jean-Paul II sur la nature théologique
et juridique de la Conférence des évêques, dans lequel on peut lire : “
Les Évêques ne peuvent pas, de
manière autonome, ni personnellement ni réunis en Conférence, limiter leur pouvoir sacré au bénéfice de la Conférence épiscopale, et moins encore d’une de ses parties, que ce soit le conseil
permanent, ou une commission ou le président lui-même.