Des jeunes en désaccord avec l’Eglise sur les principes non-négociables

Download PDF

Le document du pré-synode des jeunes a été publié et l’on y découvre, sans surprise depuis que nous savons qu’un jeune du MRJC représentait les jeunes français, que les jeunes catholiques envoyés à Rome ne partagent pas toujours la foi de l’Eglise sur des sujets pourtant essentiels :

Il existe souvent de profonds désaccords parmi les jeunes, à la fois dans l’Eglise et dans le monde, sur certains de ses enseignements qui sont particulièrement sensibles. Quelques exemples : contraception, avortement, homosexualité, cohabitation, mariage et comment la prêtrise est perçue dans les différentes réalités de l’Eglise. Il est important de noter que, quelque soit le niveau de compréhension des enseignements de l’Eglise, des désaccords et des discussions sont toujours en cours parmi les jeunes sur ces sujets polémiques. Par conséquent, ils peuvent vouloir voir l’Eglise changer ses enseignements ou au moins avoir accès à de meilleures explications et formations sur ces questions. Même si un débat interne existe, les jeunes catholiques, dont les convictions sont en conflit avec les enseignements officiels, veulent rester dans l’Eglise. Beaucoup de jeunes catholiques acceptent ces enseignements et trouvent en eux une source de joie. Ils ne désirent pas seulement que l’Eglise tienne fermement ses positions malgré leurs impopularités mais qu’elle les proclame avec une plus grande profondeur dans ses enseignements.

A travers le monde, la relation au sacré est compliquée. La chrétienté est souvent vue comme quelque chose qui appartient au passé et ses valeurs ou sa pertinence dans notre vie ne sont plus comprises. En même temps, dans certaines communautés la priorité est donnée au sacré car la vie quotidienne est structurée autour de la religion. Dans certains contextes asiatiques, le sens de la vie peut être associé avec des philosophies orientales.

Nos évêques ont du pain sur la planche pour former les jeunes à ces questions. Cela leur changera de parler d’immigration avec le CCFD.

14 comments

  1. Louis de Montalte

    Ce synode est une nouvelle manifestation de nombrilisme de la technostructure catholique !
    Prions, recevons les sacrements, pardonnons à nos ennemis, faisons un acte de foi dans le plan providentiel de Dieu, en un mot, essayons de vivre en chrétiens, avec la grâce de Dieu, et laissons ces c**neries au cléricalisme bergoglien.

  2. fg

    Les sujets présentés comme “polémiques” dans cet article ne le sont pas avec les yeux de la foi.
    Où comment introduire des vers dans un fruit sain.

  3. Antoine de Lisbonne

    Ces jeunes sont exactement le fruit de l’enseignement reçu au fil des ans avec l’aval du CEF. Pourquoi s’étonner alors ?

  4. Qon quijote

    Mais ces jeunes qu’ont-ils appris au “caté”, rien ils faisaient des dessins alors il est normal qu’ils soient dans l’air du temps! a qui la faute? 50 ans d’âneries ânonnées par des catéchistes qui ne pratiquaient bien souvent pa s elles-mêmes. Comment enseigner quelque chose en quoi l’on ne croit pas ? Il y aurait tant à dire. Mrjc, en dehors de l’enseignement du Magistère et CCFD succursale du parti socialiste avec ça on est bien monté et que fait la CEF?

  5. Bertrand

    Certes, il y a ces quelques lignes, qui peuvent agacer, mais ne sont pas non plus une surprise. Mais dans l’ensemble, ce document est plutôt une bonne nouvelle. D’abord, on voit que de nombreux jeunes souhaitent que l’Eglise soit plus ferme sur ces points. Ensuite, il y en a qui vont être secoués par certains points:

    «  Nous apprécions également le contraste entre le silence offert par la tradition de l’Eglise à travers l’adoration eucharistique et la prière contemplative. Cela donne un espace au milieu du bruit constant des communications modernes et c’est en ce lieu silencieux que nous rencontrons Jésus. Le silence permet d’écouter la voix de Dieu et de discerner sa volonté pour nous. Les gens en-dehors de l’Eglise apprécient aussi la méditation, et la riche culture de l’Eglise sur ce point peut être un pont pour ces personnes spirituelles qui ne pratiquent pas. Cela peut-être à contre-courant, mais efficace. »

    Ou encore:
    « Certains mettent l’accent sur la prière à l’Esprit Saint, notamment au travers des mouvements charismatiques. D’autres préfèrent le silence, la méditation et les liturgies traditionnelles.
    Toutes cela est bon et nous aident à prier de différentes manières »

    (Je n’ai pas corrigé les fautes)

  6. hermeneias

    Le plus gênant me semble t-il est que tout cela semble couru d’avance ou cousu de fil blanc c’est à dire soigneusement préparé via un tri soigneux des “jeunes” sélectionnés .

    Le cardinal Journet avait , lui , bien distingué sans les dissocier complètement l’Eglise de la sainteté et l’Eglise hiérarchique en rappelant que la seconde était ordonnée à la première !
    Il faut certes prier mais aussi se FORMER , parler et agir ….

    En d’autres temps une Catherine de Sienne exhortait papes et évêques , princes et chefs

  7. Villard

    Bravo à “Don Quijote”.
    Voilà une réflexion qu’on ne lit pas assez souvent. Les évêques se demandent comment endiguer la déchristianisation,, et évangéliser. Ce n’est pas compliqué : re catéchisons ! Nous verrons alors qui se dira catholique.

  8. Gilberte

    “Ces jeunes ont des convictions en conflit avec l’Eglise officiel” ? Jésus Christ expliquait la religion aux disciples et lorsqu’ils ne saisissaient pas, Jésus s’impatientait et s’écriait: “que vous êtes lents à comprendre”! eh oui, c’est Jésus Christ qui est la source du discernement du bien et du mal, pas les gouvernements ni les médias ni la grande distribution

  9. ALD

    Pour info, le synode sur les jeunes concerne tous les jeunes, ce n’est pas un synode sur les jeunes catholiques…mais les jeunes en général. Et quand le document parle des jeunes qui ont des désaccords, il parle de tous ces jeunes, pas uniquement des jeunes catholiques.
    Merci de ne pas faire de désinformation.

  10. Etienne

    En quoi l’Eglise devrait-elle organiser un synode des “jeunes en général” ?
    Pourquoi le fait-elle ?
    Pour instrumentaliser tout le monde dans le sens voulu par les organisateurs.
    Et il n’y a que deux axes possibles.
    – Soit manipuler les non-chrétiens pour les amener vers l’Eglise. Horreur : du prosélytisme hypocrite !
    – Soit manipuler les chrétiens pour les mettre en contradiction avec l’Eglise. Une déstabilisation scandaleuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *