La “com” conduit les AFC à s’emmêler les pinceaux

Download PDF

Antoine Renard, représentant des Associations familiales catholiques (AFC) au sein du CESE, a voté « pour » l’euthanasie, à la surprise générale, y compris du service de communication du mouvement, qui a peiné à expliquer ce qu’il s’était vraiment passé.

Instigateur du « dissensus » au sein de la commission de travail temporaire sur la fin de vie – soit la mention dans le texte d’un avis divergent contestant la préconisation d’ouvrir la voie à l’euthanasie –, il a décidé de tout miser sur cette mention, qui changerait le sens général de l’avis à ses yeux…

Ne pouvant obtenir la suppression des préconisations favorables à l’euthanasie, il ne voulait pas s’exclure du débat et obtenir qu’il soit dit que ce n’est pas un sujet consensuel au CESE. « On a voté pour un texte qui prévoyait clairement le dissensus », confirme Marie-Pierre Gariel, adhérente des AFC, mais qui siège au CESE pour représenter l’Unaf (Union nationale des associations familiales). Mais le CESE souligne que le texte  valide l’euthanasie et passe à la trappe le dissensus. Logique.

Les AFC rament pour rattraper le coup :

La communication du CESE autour de l’avis qu’il a rendu mardi dernier – 10 avril 2018 –  sur la fin de vie, a rendu difficilement compréhensible les votes exprimés sur cet avis, notamment par les AFC et l’UNAF. Le CESE, ce faisant, a compromis la compréhension même du contenu de cet avis.

Les AFC ont toujours et seront toujours fermement opposées à toute mesure politique ouvrant, ou même favorisant, l’euthanasie au nom d’un prétendu « droit à mourir dans la dignité ».

C’est ce qu’elles ont clairement rappelé dans leur communiqué de presse en date du mercredi 11 avril.

C’est pour cela qu’elles se sont positionnées résolument CONTRE l’euthanasie tout au long de la rédaction de l’avis du CESE.

C’est pour cela aussi qu’elles ont voté « contre » une portion des préconisations figurant dans cet avis, mais « pour » l’avis consultatif qui a été soumis au vote dans son ensemble.

Durant toutes les discussions en commission et en séance, les AFC (et l’UNAF) ont défendu pied à pied leurs convictions et avec d’autres, ont obtenu du CESE que soit exprimé un dissensus* formel sur les préconisations 12, 13 et 14.

Ce dissensus est explicitement mentionné dans l’avis du CESE et les préconisations 12, 13 et 14 y font explicitement référence par la mention « Le dissensus décrit précédemment sous les termes « Divergences exprimées » s’applique à cette préconisation », qui est sans ambiguité.

La position du Groupe UNAF qui figure dans l’avis du CESE renforce la portée de ce dissensus et de la réserve formulée dans chacune de ces trois préconisations.

En votant « pour » l’avis, les AFC ont approuvé la formulation du dissensus et le fait qu’il s’applique aux préconisations 12, 13 et 14.

Les AFC regrettent profondément que le CESE ait manqué de rigueur et de loyauté en n’évoquant pas clairement ce dissensus dans ses actions de communication. Elles regrettent que ce manquement provoque la confusion et l’équivoque, ce dont La Croix a fait état le 12 avril.

Aussi, dans le contexte de la prochaine réforme constitutionnelle qui devrait conduire à une évolution du CESE, la 3e assemblée de la République, conviendra-t-il de se montrer particulièrement attentif à ce que ses nouvelles missions et règles de fonctionnement assurent une communication transparente de la diversité d’analyse de ses membres, et la formalisation sans ambiguité des divergences exprimées.

Antoine Renard déplore :

« L’expérience que nous venons d’avoir m’a montré qu’à ce moment-là, il faudrait quitter la table »

Quant un texte porte un aspect insupportable (l’euthanasie), on le refuse, même s’il y a un autre passage (le dissensus) qui est intéressant. Et Emmanuel Macron se fera un plaisir de rappeler aux évêques que le représentant des AFC a voté le texte dans son intégralité.

17 comments

  1. denis

    mail envoyé ce jour à mon AFC :
    Bonjour,
    Je tiens à vous exprimer ma colère face à ce vote inadmissible du représentant AFC national le 10 avril dernier au CESE. Ce vote était clairement un vote pour ou contre l’euthanasie en dépit de “variations” qu’il n’était pas permis de défendre face à la question principale de l’euthanasie. Finalement en comptant les pour et contre on voit que les AFC ne ce sont même pas abstenues ( Scouts et guides de France (SGDF), Joc et MRJC ce sont abstenus) mais ont voté “POUR” l’euthanasie.
    Les AFC se sont bien décrédibilisées dans ce vote “pour” avec l’argument idiot qu’il fallait pouvoir rester dans la course du dialogue pour améliorer un avis ce qui sera en fin de compte une acceptation de l’euthanasie.
    Il me semble que la compromission est une marque de fabrique de beaucoup “d’idiots utiles” aux AFC.
    Cela me semble bien éloigné du si si no no de l’Evangile.

    Dans cette situation je suspends mon adhésion aux AFC de Versailles
    cordialement

  2. Colette

    Lorsque un texte n’est pas clair, il faut le refuser en bloc.
    On ne discute pas et on ne vote pas un texte dans lequel il est question d’euthanasie.
    A vouloir louvoyer en politique, M.Renard a été pris à son propre piège.
    Ce n’est pas la première fois.

  3. MERCURY

    Je vous signale une erreur de français qui est actuellement assez commune sur internet. Est-ce une conséquence des logiciels de correction ? Je ne sais pas. Mais ce qui est certain, c’est que la formulation “expliquer ce qu’il s’est vraiment passé” n’est pas française. Il faut écrire bien évidemment : “expliquer ce qui s’est vraiment passé” = expliquer ces choses qui se sont vraiment passées. Merci d’en tenir compte pour la qualité de votre lettre. Bien à vous. HM

  4. Roger

    Soyons sérieux le CESE n’est rien d’autre qu’une vaste loge …que font des catholiques en ce lieu parmi de tels gens ? À moins d’avoir le courage de Lech Walesa, ils vont se faire rouler !

  5. denis

    Contrairement à ce qui est dit par les AFC le groupe UNAF dirigé par A Renard a bien voté massivement POUR l’avis proposant l’euthanasie.
    Le détail du vote par groupes du CESE est donné sur le site du CESE http://www.lecese.fr/travaux-publies/fin-de-vie-la-france-l-heure-des-choix (onglet vote et déclarations)
    on y voit dans le groupe de M. Renard 8 voix pour et 1 seule voix contre !
    ainsi “grâce” à cette négociation “réussie” (?) le vote POUR l’euthanasie totalise 108 voix et seulement 17 CONTRE . Beau travail de négociation.

  6. jpr

    Alors, pas au CCFD, pas à la JOC, pas au MRJC, pas aux AFC, pas à l’Ordre de Malte, pas aux scouts et guide de France, pas à la plupart des diocèses… cela a au moins le mérite de nous faire connaître à qui ne jamais faire de don si l’on veut un emploi conforme à la foi catholique.

  7. Je ne me fais aucune illusion : l’euthanasie sera légalisée un jour dans notre pays. Ce n’est qu’une question de mois ou d’années. L’opinion est plutôt pour, même si chacun espère ne pas en avoir besoin, mais des fois que ça s’avérerait utile… Mgr Georges Pontier a dit clairement l’opposition de l’épiscopat : visiblement celui-ci a de moins en moins d’influence, même sur le laïcat chrétien. Mais c’est dit, merci Monseigneur ! Il ne nous reste plus qu’à prendre la résolution, à l’heure de notre mort, de nous remettre entre les mains de Dieu avec confiance.

  8. Serge

    Je trouve assez malin de la part du CESE d’inclure dans le corps de la décision de quoi apaiser les consciences ( le dissensus ) pour avoir un accord sur le titre qui , lui, fait l’objet d’une communication officielle et large.

    Piège à méditer !

    Je n’en veux vraiment pas à M Renard qui par ailleurs a fait un excellent travail à maintes reprises.
    Il a ici peut être fait une erreur d’appréciation. Mais qui n’en fait pas soi-même sur un tas de sujet catho ou pas ? Il a sous estimé la perversité du CESE.

    Le AFC sont une fragile chandelle allumée qui se bat sur beaucoup de sujet en développant une stratégie souvent gagnante de petites victoires. J’admire la ténacité et l’énergie de ses bénévoles qui œuvrent avec intelligence.

    Je serais moins indulgent avec les SGDF , JOC et MRJC dont on sent bien que leurs combats respectifs contre les sujets de défense de la vie sont plus que mollassons. Car en effet à force de comprendre l’émotion des jeunes on oublie de les enseigner. La force de la pédagogie comporte certes le volet “apprentissage de la réflexion indépendante d’un sujet” mais aussi la force de conviction du pédagogue. Ces mouvements de jeunes, par souci de pluralité, sont devenus incapables d’avoir une pédagogie de conviction … ce qui mène à ces évitements, voir ces renonciations.

    En ce qui me concerne j’augmenterai mon don aux AFC. Car je ne serai pas celui qui jette la pierre sur celui qui agit quotidiennement sur beaucoup de sujets catho…bien plus que moi !
    Je comprends ceux qui sont en colère…
    Mais je pense qu’il ne faut pas tirer sur une de nos rares ambulances.

    En union

  9. Gariel

    Ce serait en effet dommage de tirer sur la seule ambulance qui existe et se lance dans le débat politique, à l’appel de nos papes qui nous ont tous encouragés à être présent dans ce secteur compliqué, dans un monde perverti et dominé par les loges. Les cathos ne sont pas majoritaires en France. Pourtant, leurs idées sont excellentes, étayées et respectueuses. La question est “comment les faire passer ?”. Sûrement pas en se retirant de la table (tentation évoquée par Antoine Renard, mais heureusement non suivie). Les AFC présents, sans aucun doute totalement opposés à l’euthanasie, ont voté pour un texte dont les 11 premières propositions sont remarquables (soins palliatifs, etc.) et les 3 dernières complètement inacceptables, ce qu’ils ont obtenu de faire écrire dans le texte (dissensus). De plus, grâce à leurs courageuses interventions, ils ont obtenu d’autres résultats et non des moindres, comme d’empêcher que soit qualifiée de “soin” la sédation létale.
    Au bilan, la communication du CESE est parfaitement déloyale en omettant (sciemment ? Vu la précipitation du communiqué dès le vote, il est permis de penser que cette manœuvre était parfaitement orchestrée) de mentionner ce dissensus. Le combat continue, de la part de la CNAFC et de l’UNAF. On peut espérer qu’un nouveau communiqué rétablira la vérité sur le texte effectivement voté. On sait que les media ne s’empresseront pas tous (!) d’en faire de la publicité. Pour autant, fallait-il ne pas mener le combat ?

    Que ceux qui ont fait mieux pour défendre les idées de l’Eglise sur la défense de la vie leur jettent la première pierre. Pour ma part, je les remercie de leurs efforts et les encourage à poursuivre sans souci des blessures, surtout celles qui viennent de leur propre camp (mais il est vrai que la manipulation est bien faite, par des “pro”, pour les susciter), et je continuerai plus que jamais à payer ma cotisation aux AFC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *