«Les catholiques traditionalistes ont remporté une grande victoire»

Download PDF

Je ne peux pas m’empêcher de publier cet entretien avec l’ineffable Odon Vallet, spécialiste de l’Eglise selon nos médias. D’abord parce qu’on sent ce progressiste totalement frustré par le résultat du synode. Et aussi parce qu’il considère que l’Eglise de France porte une responsabilité dans ce qu’il considère être un mauvais résultat. C’est 20 Minutes qui l’a interrogé :

En quoi le texte provisoire marquait-il un pas important?

Le texte provisoire comportait deux ouvertures. L’une à l’égard des divorcés remariés.  L’autre à l’égard des homosexuels. Il ne s’agissait pas d’une révolution, mais d’une évolution. On ne proposait pas d’admettre au sacrement les divorcés remariés, mais seulement de prévoir, soit par annulation du mariage, soit par une procédure de pénitence, la réadmission au sacrement. Pour les homosexuels, il n’était pas question de reconnaître le mariage, mais de faire apparaître les «dons et qualités» qu’ils pouvaient offrir à l’Eglise. On les accueillait sans pour autant reconnaître officiellement leur union.

Une évolution qui n’est pas passée lors du vote…

Dans texte définitif, il n’est plus fait allusion à ces deux sujets controversés. C’est une défaite retentissante pour le pape François, un camouflet. Pire, un cardinal américain [Raymond Leo Burke, de l’opposition conservatrice], a même déclaré que le pape avait fait «beaucoup de mal en ne disant pas ouvertement qu’elle était sa position». En réalité, François est resté muet pour accorder toute liberté aux participants. C’est la première fois depuis 50 ans au moins, qu’un cardinal s’oppose ouvertement au pape. C’est la première fois, aussi, depuis plusieurs siècles que des évêques et des cardinaux ne lui font pas confiance.

Comment l’expliquer?

La quasi-totalité de ces ecclésiastiques a été nommée par Jean Paul II et Benoit XVI. Leurs opinions sont plus conservatrices que celle du pape. Certains se posent même la question de légitimité. Ils n’ont pas accepté la renonciation de Benoit XVI. Comme le pape François a dit que lui aussi renoncerait et que son pontificat serait bref, certains commencent à jouer la montre et attendent l’élection de son successeur.

Pourtant, c’est bien le pape François qui aura le dernier mot?

Normalement à l’issue du second synode en 2015, le pape prend des décisions sous forme d’une exhortation apostolique. Mais il est quasiment impossible que le pape aille contre les évêques et cardinaux. Cela risquerait de provoquer un schisme au sein de l’Eglise. Les catholiques traditionalistes ont remporté une grande victoire. La France a joué un rôle pilote là-dedans.

N’est-ce pas une victoire symbolique pour les homosexuels?

Cette tentative de changement a marqué les esprits dans les paroisses, les diocèses. De nombreux ecclésiastiques qui préparent au mariage avaient été heureux de voir que le synode semblait tenir compte des réalités. Mais le recul final les laisse désemparés. Dans beaucoup de pays comme la France ou l’Allemagne, l’église catholique est profondément divisée. Le grand succès des manifestations contre le mariage pour tous laissait présager cet échec du pape François. N’oublions pas que le centre de gravité du corps épiscopal est nettement conservateur. Le pape a perdu pour l’instant toute marge de manœuvre malgré son immense popularité. Comme il est rusé il va prendre le temps de réfléchir et tenter de reprendre la main d‘une autre façon.”

16 comments

  1. brandenburg

    Mais pourquoi les “intellectuels” ont-ils presque tous l’intelligence faussée?Parce qu’ils sont subjectivistes,idéalistes,idéologues,tyraniques,aveugles n’ayant aucune formation philosophique solide et oubliant que “philosophia ancilla theologicae”!

  2. Elda

    Odon Vallet s’excite tout seul et compte les points entre les évêques et cardinaux d’une part et le Pape de l’autre, comme s’il s’agissait d’un combat politique ! Je ne vois pas les choses comme ça.C’est sans compter avec la présence de l’Esprit Saint à nos côtés pour nous conduire. “Traditionnalistes”, “conservateurs”, “progressistes”…nous sommes tous catholiques ! Ce qui m’étonne c’est que Pape François lui même ait utilisé ces termes, plutôt stigmatisants à mon sens envers des chrétiens qui essaient de suivre au mieux le Christ. Quant à la “reconnaissance ” bienveillante de l’homosexualité, là, j’avoue que c’est un peu délirant, comme si la pratique homosexuelle impliquait qu’on soit un être humain différent des autres !!! C’est une autre boite de Pandore qui risque de s’ouvrir, avec comme corollaire le gommage de la notion de “péché” ou de “faute”, ce qui me semble (et pas seulement à moi..) totalement contraire à la doctrine catholique et un dévoiement de l’Evangile. L’entrisme du lobby LGBT au sein même de l’Eglise est nettement perceptible, hélas ! Heureusement certains évêques (Anatrella pour ne pas le nommer) ont là-dessus un discours parfaitement clair. A suivre…

  3. santiago64

    Tous ces commentaires d’un commentateur “officiel” des médias (c’est dire son inclination: “Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ” St Paul Galates 1:10) sentent le démocratisme qu’ils veulent inoculer dans l’Église du Christ, contre le Christ qui en est l’époux et la Tête.
    Dieu peut d’ailleurs se servir certes des “majorités” mais elles ne FONT PAS la VÉRITÉ.
    Personnellement je ne me réjouis pas du résultat des votes du Synode car si la majorité requise des 2/3 n’a pas été atteinte pour faire adopter les venins de Kasper, ce n’est que la minorité de BLOCAGE qui a permis d’éviter le scandale. Ce n’est pas rassurant pour la suite car avec le Pape qui peut modifier l’assemblée selon son penchant évident, le pire est encore possible.
    Une seule solution: PRIER & FAIRE PÉNITENCE. “Tout ce que vous demanderez à mon Père EN MON NOM, il vous l’accordera”. (St Jean 16,23)

    • Jean-Pierre Delmau

      100% d’accord avec santiago64 : il ne reste qu’à prier et faire pénitence.
      Reste que s’interroger sur la confiance qu’on doit placer dans le Pape est un inquiétant sentiment, qui ne me serait jamais venu à l’esprit.

  4. Françoise

    De toute façon les articles adoptés “par la majorité aux deux tiers” ne relèvent en rien de l’infaillibilité pontificale. “L’Eglise n’est pas une démocratie” a dit un prédécesseur du pape François. Aucun catholique n’est moralement contraint d’accepter les conclusions votées par ce synode, car le catholique lambda au bas de l’échelle de la hiérarchie a reçu lui aussi le Saint Esprit. Il est libre d’en prendre et d’en laisser, c’est un simple outil de réflexion. Il peut se réjouir, il peut être septique, il peut être choqué. Finalement, ce synode pourrait ressembler à une montagne accouchant d’une souris si elle s’éloigne des enseignements de Notre Seigneur.

  5. dudesert

    Le pape a conclu qu’il donne un an pour réfléchir sauf qu’il n’y a rien à réfléchir: la loi de Dieu est immuable.
    Quant aux journalistes, le jour où ils mettront autant de zèle et d’énergie à vouloir réformer le protestantisme, le boudiisme ou l’islam ……!

    • kanjo

      Pourquoi voudriez vous que les journalistes francs-maçons (les autres ne passent pas à la télé) mettent du zèle à réformer les hérésies ? C’est la vérité qui les dérange, donc c’est le discours catholique qui doit, selon eux, être réformé.

  6. Maurice

    En fin de compte, ce sont les merdias qui en ont fait des tonnes sur une reforme qu’ils voyaient se faire alors que ce n’était que des propositions de réflexions.
    Que n’avons-nous pas entendons de leur part … vont-ils aller jusqu’à nous dire qu’ils sont allés plus vite que la musique ? Certainement pas, ils vont fustiger les “tradis” comme c’est dit dans l’article.

  7. Thomas Michelet

    “on sent ce progressiste totalement frustré par le résultat du synode”
    “Les catholiques traditionalistes ont remporté une grande victoire. La France a joué un rôle pilote là-dedans.”

    Je ne dis pas que c’est juste. Je dis que ça soulage…

  8. Maurice

    J’ajoute :

    l’Église EST et doit rester ce qu’elle est, c’est celle de nos pères et qui sommes-nous pour changer l’héritage qu’ils nous ont laissé ? ! Nous devons bien au contraire de vouloir le changer, le protéger ! !

    Le temps change, c’est vrai, mais l’Église se doit de rester en dehors du temps ! Nous devons l’accepter telles qu’elle est sans devoir la mettre au niveau de l’idéologie de l’époque ou nous vivons ; pensons un tout petit peu ou l’Église serait si nos pères avaient agi de la sorte, elle serait protestante ! Comme l’est la réforme V2.

  9. FAIDHERBE

    Je ne comprends pas. Le pape n’a pas l’intention de changer les lois naturelles ni autres évidences qu’elles soient naturelles ou chrétiennes. Si j’ai bien compris ce synode ne doit être que le préambule du vrai synode de la Famille qui aura lieu en 2015. Notre Saint Père a été à l’écoute de ce qui se pense et de ce qui se dit, de ce qui se vit, c’est tout… et c’est beaucoup. C’est ça le discernement. Ecouter, prier et prendre des décisions mûrement réfléchies dans la prière.

  10. Ce qui est curieux , c’est que nos “maitres à penser” merdiatiques se considèrent toujours comme étant
    de gentils progressistes qui sont très en avance sur les pauvres traditionnalistes arriérés qui ne comprennent
    jamais rien .
    Comprendront-ils un jour que c’est la Tradition qui fait avancer l’Humanité en la faisant avancer dans la
    connaissance et l’Amour de Dieu et de notre prochain ?
    Je peux avoir de l’Amour pour mon prochain alcoolique ou homosexuel et c’est justement parce que je
    l’aime que je me dois de l’aider à s’en sortir en priant Dieu pour lui et non pas en approuvant et en
    encourageant son péché . Les vrais “progressistes” sont ceux qui aiment vraiment et qui essaient de
    faire grandir l’HOMME en le mettant dans la Lumière de Dieu …
    Réduire l’Amour et la Lumière au niveau des folies et des modes du siècle , ne se référer qu’aux élucubrations
    des pseudos intellectuels ne fera jamais progresser l’humanité !

  11. Méfions-nous de tous ces prétendus « maîtres à penser », toujours autoproclamés tels ou – pis encore, si l’on peut dire – titrés ainsi par les media occidentaux anti-chrétien. S’écarter de la Tradition catholique revient à s’écarter de l’Église catholique ; cela s’appelle /se tromper/ ! En outre, nous savons bien d’où viennent les progressistes (et où ils vont…) : http://www.chire.fr/A-138251-de-la-cabale-au-progressisme.aspx .

  12. Exaudiat

    Le douteux personnage ose se réclamer même du message de Fatima en disant que le pape doit beaucoup souffrir… Gag!

    En attendant, “immense popularité”??? Je me demande qui viendra l’acclamer l’an prochain, car il faut savoir que dans les paroisses (normales s’entend, pas même Ecclesia Dei) sa popularité est nulle – avec même des langues que la colère délie dans des proportions difficilement imaginables.

    Sans doute les cheveux bleutés des lecteurs de Témoignage chrétien et les amies de Madame Pedotti du Comité de la Jupe… Un minibus suffira.

  13. vindocinencis

    Juin 1789: les députés des états-généraux font un putsch et se déclarent assemblée nationale.
    1962: une minorité agissante à Vatican II refuse les sujets de discussion préparés et impose les siens.
    2014: le putsch a raté, il reviendra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *