Mgr Luc Ravel, 80e évêque à s’exprimer sur le mariage

Download PDF

L’évêque aux armées a signé une tribune dans le Figaro, dans laquelle il défend le droit de l’Eglise à s’exprimer sur ce sujet grave. La voici :

“Écoutez. Le bruissement des murmures se transforme en discours distincts, sans s’être noyés dans l’océan de la colère ou le grondement des menaces. Ceux qui s’opposent à des projets sociétaux hasardeux, et j’en suis, le disent désormais à haute et intelligible voix par des mots mais aussi par des manifestations. On notera qu’elles sont organisées dans le respect de la République, laquelle est, selon notre Constitution française, laïque mais aussi démocratique. Et donc, pour les choses qui ne se délèguent pas, le peuple reste souverain. Je n’ai pas l’ambition de discerner ici si les lois matrimoniales proposées relèvent de ces choses qui ne se délèguent pas et en face desquelles tout citoyen doit avoir une opinion fondée sur une réflexion personnelle et non sur un réflexe commandité.

Mon propos vise à injecter, pour la détruire, le « poison » de la vérité au coeur d’une contradiction mise en scène par ceux qui s’offusquent de ce que les religions s’expriment, et surtout l’Église catholique.

D’une part, ils déplorent les agissements de l’ombre qui bousculent le dogme de la transparence, au nom duquel tout doit se savoir. D’autre part, beaucoup, les mêmes, s’agacent de nos voix de religieux qui résonnent dans l’espace public. Questionnons cette contradiction sans nous y laisser enfermer. Si parler en public ruine la laïcité et si agir en secret détruit la convivialité, que faire alors ? Penser comme les autres ? Mais qui sont les autres et combien sont-ils ?

Une erreur, commune, est de croire que l’Église va se murer dans le silence comme l’homme outragé se drape dans sa dignité. On imagine l’Église boudeuse et taciturne : « Puisque les gens ne veulent plus nous entendre, taisons-nous, laissons couler le fleuve de l’ignorance religieuse jusque dans la tête de nos enfants. » Mais la vérité est bien différente, il serait indécent de la taire. Notre manière de faire ne peut contrefaire le message de notre fondateur.

Il est absolument exact que le Christ énonce la distinction des autorités : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt 22, 21). Par là, il fonde la « laïcité ». Mais ce respect envers la diversité des autorités n’implique pas le silence de l’Église dans la sphère publique. Le Christ enseigne aussi ce qu’il a lui-même pratiqué : parler sur les places. Saint Paul prêche en donnant « un enseignement en public ou de maison en maison. » (Ac 20, 18) L’Église du silence est une église persécutée. Elle ne peut pas être notre modèle en France, terre de liberté. Benoît XVI nous l’a dit récemment : « Dans les débats importants de société, la voix de l’Église doit se faire entendre sans relâche et avec détermination… Cette parole, j’en suis convaincu, est attendue. Elle trouve toujours un accueil favorable lorsqu’elle est présentée avec charité… »

C’est précisément quand sa parole traverse l’espace public que l’Église s’inscrit au plus près de son autorité prophétique et que, par le fait, elle ne revendique aucune autre autorité, surtout politique. Qu’est-ce que l’autorité prophétique ? Une capacité d’influence qui jaillit d’un signe visible de tous, à travers lequel s’exprime toute l’audace humaine inspirée par l’Esprit vertigineux. Elle dérange par nature. Si l’État s’en prive par mépris, il chute. S’il l’écoute sans la suivre, il vacille. S’il s’en inspire pour gouverner, il s’élève. Voilà pourquoi les disciples parlent. Ils n’ont pas le choix.

Et s’ils se taisent, les pierres crieront, disait le Christ. Or, les pierres sont là, parlant une langue de beauté. Les pierres d’hier, clochers de nos églises, cloîtres de nos monastères, dortoirs de nos hospices. Mais chantent aussi les pierres d’aujourd’hui pour que la voix de l’Église scande encore les pas du progrès. Des cathédrales s’agrandissent, des centres spirituels naissent. Et le diocèse aux armées se lance dans la construction d’un « évêché » singulier, pour l’évêque, les aumôniers, les militaires. Un bâtiment, à Paris, pour rendre plus visible et efficace le chaleureux service de l’aumônerie militaire catholique. L’heure du « tape-à-l’oeil » est certes passée. Celle de la visibilité tranquille commence car l’invisibilité ne règle pas l’humilité. Parfois même, elle s’y oppose. Une telle entreprise répond donc paisiblement aux « taisez-vous, catholiques ! » par un lieu de fraternité. Fraternité ? Quel drôle de nom, où l’ai-je déjà lu ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *