Mgr Pontier encourage à violer la Tradition de l’Eglise

Download PDF

Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, s’est exprimé sur les débats qui agitent le synode des évêques, en en faisant une analyse dialectique, plutôt au ras des pâquerettes :

« Sur ces questions, le balancement se fait sans cesse entre ceux qui regardent les situations et ceux qui regardent les personnes »

Sous-entendu : ceux qui veulent l’interdiction de la communion aux divorcés-remariés (à la suite de saint Jean-Paul II) ne regardent pas les personnes… Et il a ainsi relevé la position de « ceux qui ne veulent pas transiger sur les faits pour éviter les réactions négatives au sein de la culture à laquelle ils s’adressent ».

“Il ne suffit pas d’avaler l’hostie pour être en communion”…

Et il a ajouté cette énormité : chaque évêque a carte blanche dans son diocèse sur la question par la suite. Voilà, le mal est fait. alors que le pape ne s’est pas exprimé et que, selon toute vraisemblance il ne s’exprimera pas officiellement sur cette question avant le synode de l’an prochain, les évêques sont invités par la frange progressiste à faire comme ils le sentent dans leur diocèse. Employant la même méthode, qui a fait ses preuves en son temps, lorsqu’il a fallut contester l’enseignement de Pie XII sur la vie, enseignement que le pape Paul VI a réaffirmé de façon magistrale dans la célèbre encyclique Humanae Vitae, les évêques précèdent la parole pontificale pour la rendre stérile. On se souvient de la contestation qui a eu lieu contre l’encyclique de Paul VI. Ce dernier sera béatifié demain matin. Une béatification aux allures d’enterrement de son enseignement, comme la canonisation de Jean-Paul II a signé le début de l’enterrement de son enseignement, avec l’oubli (pour ne pas dire le mépris) de Familiaris consortio.

Que chaque évêque fasse ce qu’il veut, afin de forcer le pape à aller dans le sens du progressisme. Ainsi la main de Paul VI fut-elle forcée de reconnaître le droit de donner la communion dans la main, au mépris de la tradition et de la foi de l’Eglise. Parce que cela se faisait déjà. Avec les conséquences que l’on sait. La communion aux divorcés-remariés ? Certains la donnent déjà. Le pape n’a plus qu’à suivre le mouvement. Ou pas.

maximilienbernard@perepiscopus.org

17 comments

  1. jejomau

    Chaque fidèle aurait donc carte blanche pour se saisir de son “pseudo-évêque” par le cou pour le jetter hors de sa cathédrale ??

    Mgr Pontier devrait se méfier.

    Cela s’est produit plusieurs fois dans l’Histoire de l’Eglise. On a vu des évêques poursuivis par une foule en colère et être remplacés par un saint “nommé” par cette même foule !

  2. dj

    Pourriez vous m’expliquer ?
    Quand les fidèles se présentent pour recevoir la communion, il est impossible de vérifier leur situation. Comment reconnaitre s’ils sont mariés ou “divorcés remariés” ?
    Le prêtre ne demande pas leur livret de famille !
    Donc ce débat n’a pas lieu d’être, c’est à chacun de déterminer s’il va communier ou pas.

    • Ehrlacher

      Exact, c est à chacun de déterminer s il peut ou non…en son âme et conscience! Mais tout fidèle fait partie d une “corporation” à la tête de laquelle est placé un “chef” (comme un Président de la République est à la tête de la nation). Chaque chef essaye de faire appliquer des lois ou des principes. Mais il existe des désaccords, ou des rébellions. Mais là où le laïque donne des sanctions (pv, justice), le spirituel laisse aussi une responsabilité à chacun

  3. Bayard

    Non le gallicanisme n’est pas mort. Il est suffisamment fort dans notre pays pour oser dicter ses propres lois aux fidèles, en leur livrant, comme au super marché, des denrées dangereuses pour la santé, mais qui portent néanmoins l’estampille du gérant de la grande surface.

  4. Thomas Michelet

    Les évêques n’ont pas attendu le synode pour mettre en place des pastorales contraires à la doctrine : il n’y a qu’à voir le diocèse de Fribourg en Allemagne, à la veille du synode. Mais déjà il y a quelques années, plusieurs évêques allemands (Kasper, Lehman) avaient fait la même proposition d’accès à la communion pour divorcés remariés qui avait fait l’objet d’un réponse négative de la Congrégation pour la Doctrine de la foi en 1994 (Lettre aux évêques sur l’accès à la communion eucharistique des divorcés remariés), et en 1998 d’une note du Cardinal Ratzinger (À propos de quelques objections à la doctrine de l’Eglise concernant la réception de la communion eucharistique de la part des fidèles divorcés remariés). Le synode est justement là pour mettre ces problèmes sur le tapis et décider d’une pastorale commune, pour empêcher que continuent à se développer les pratiques parallèles et les magistères parallèles. Ça supposerait que les théologiens fassent leur travail en amont pour trouver des solutions qui soient authentiquement traditionnelles et authentiquement pastorales, sans opposer les deux (l’agir suit l’être).

  5. Thècle

    C’est une abomination. Et les fidèles là-dedans ? on nous mène sur des voies mauvaises. Beaucoup n’y voient que du feu….La doctrine de l’Eglise est immuable, conforme aux enseignements du Christ et ceux qui désobéissent en mettant l’Eglise devant le fait accompli sont des scélérats. Quant on voit aujourd’hui dans les églises tous les abus concernant la distribution de la Communion et que vous dites aux prêtres : “ce que vous faites n’est pas permis par l’Eglise”, ils répondent “mais….tout le monde le fait !” …..Voilà une raison on ne peut plus déloyale et perverse. Si tout le monde le fait, ce doit être bien…..!!!

  6. J’attends la Canonisation du Pape Pie XII
    Ce Pape ,courageux et humble ,dans une période terrible de notre histoire
    et de l’histoire de l’Eglise ,est complètement oublié .
    S’il est un pape qui devrait être canonisé , c’est bien lui ,PIE XII !
    Mais il est vrai qu’il n’est pas “politiquement correct ” !

    Ces canonisations “inter – papales ” me mettent mal à l’aise ….

    • Bien de votre avis Papé ! Cela me gêne aussi Jean XXIII, Paul VI, Jean Paul II, et Pie XII que l’on a maltraité, insulté même, traité de fasciste etc… Oui bien d’accord avec votre commentaire !

  7. zézé

    Apparemment, le Concile Vatican II ne suffit pas à révolutionner notre religion…. malheureusement cela fait de nombreuses années que les Evêques et Prêtres (sans le consentement de leur supérieur) font ce qu’ils veulent : communion dans la main, raccourci dangereux de la Consécration…. et autres prières remplacés par des chants plus que “bizarres”. Bref, la parole de Jésus LUI-même, à travers les Evangiles, est bafouée, les prélats s’en “fichent” PARDONNEZ-Moi, pour ce mot mais c’est , la, vérité !!!!
    @dj : NON ce n’est pas aux laïcs de faire ce qu’il leur plaît !! Communier, c’est recevoir le Saint Corps de Jésus, en Corps, Ame et Esprit… Alors NON, ce n’est pas à nous de décider, d’abord, il faut se confesser…avant ; et Jésus est clair dans ses propos… les Evangiles sont là pour en témoigner…
    Paul VI a eu raison en quelque chose lorsqu’il a dit : “la fumée de Satan est entrée au Vatican”.. Dieu veuillez nous épargner de votre courroux contre toutes ces choses funestes.

  8. Otto

    La “carte blanche”, je l’ai seulement trouvée dans l’interview avec Radio Vatican. Et là, le contexte est la question comment approfondir les questions posées par Synod au niveau des diocèses. Exemple de l’archidiocèse de Paris qui est mentionné: il y aura des équipes de synode dans chaque paroisse.
    Là, je ne peux franchement pas voir le scandale.

    Écoutez ici:
    http://fr.radiovaticana.va/news/2014/10/16/%C2%AB_le_rendez-vous_du_synode_%C2%BB_avec_mgr_georges_pontier/1108768

    Et qu’on n’est pas en communion en simplement avalant le corps du christ (par exemple, quand on n’y croit pas ou quand on n’est pas en état de grâce) est vrai aussi!

  9. ça suffit

    Il ne s’agit pas d’une hostie mais du corps de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il est vr&ai que quand l’on voit certains dire la messe on peut se poser la question de la validité!!!!!!

  10. joëlle

    l’église est de ce monde mais n’est pas du monde , des crétins irais ce jeter dans le Rhône on devrais les suivre bêtement en ne respectant pas ce que le Seigneur veux !!!
    pas une église qui se pli au veaux de chrétiens, que dire au gros caprices très gros caprices de ses Chrétiens qui veulent une église à l’image de ce pauvre monde qui suis hélas Satan plus que le Christ !!
    par ce qui faut pas se voilé la face , touts ses détournements de ce monde sont inspirer par cette saleté de Satan !!!
    honte à cette évêche qui ne donne pas envie de continuer à pratiquer en allant à l’église une église qui devrais être et rester très ferme !!! et ça c’est un prêtre quelle horreur, il est vrais qui est à Marseille ou il y à n’importe quoi dans cette ville !!! on doit respecter le corps du Seigneur !!!

    • brandenburg

      Madame,je suis marseillais et je sais aussi bien que vous que cette ville est en état de décomposition avancée et que son archeveque est une calamité mais il y eu Mgr de Belsunce et Mgr de Mazenod qui sauf erreur a été béatifié.Il a crée un ordre missionnaire pour l’Afrique,les Pères Blancs.De Marseille sont partis des milliers de missionnaires pour l’Afrique et l’Asie et avant de s’embarquer ils montaient à Notre Dame de la Garde.L’immigration incontrolée des italiens qui sont presque tous devenus communistes puis des magrébins ont détruit la ville pour longtemps par leur criminalité et leur refus de s’intégrer sans obtenir des compensations qui ont ruiné la ville et son port.C’est ainsi que Marseille est devenue la grande ville de France la plus déchristianisée:1% de pratiquants!Il nous faudrait un vrai Archevèque à poigne mais aucun Eveque ne veut venir à Marseille,alors nous avons des médiocres ou des nullités comme pontier.Qu’y faire?J’habite l’immeuble à coté du couvent des dominicains.Dans les années 60-70,ce couvent est devenu fou:frères ayant des enfants,marxisants préchant la révolution et autres jobardises.Aujourd’hui le couvent renait lentement mais reste hésitant avec tantot encens et beaux habits liturgiques,tantot cérémonies ras de terre.Espèrons!Mais moi aussi je plaide coupable!

  11. Gilberte

    il ne suffit pas de gérer le passé des divorcés-remariés, mais aussi de prévoir l’avenir des futurs mariés qui penseront : puisque divorcer et se remarier permet l’accueil par l’Eglise marions-nous, si cela ne marche pas, nous divorcerons; le mariage devient inutile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *